Nous marchons sur la tête, nous dormirons debout…

Espèces invasives © Nicolas Puzenat (Sarbacane)

Atteints par un mystérieux virus, les habitants de la Terre se mettent à perdre le sommeil. Très vite, les premiers signes de chaos apparaissent… Voici une fiction perturbante qui rendrait presque notre Covid-19 sympathique.

Rien ne laissait prévoir l’apparition d’un tel virus. Un virus au symptôme en apparence anodin, mais qui va avoir des conséquences funestes pour le monde entier. Sa particularité : la perte totale du sommeil. Témoins et victimes horrifiés de l’apparition du virus, un groupe de chercheurs va vivre la fin d’un monde en proie au chaos, celui des humains, les animaux étant étrangement épargnés par la pandémie.

Paru en octobre de l’an dernier, ce roman graphique intitulé ironiquement Espèces invasives, après deux mois de confinement lié à un Covid-19 qui nous est tombé sur le coin de la nuque sans prévenir, prend aujourd’hui par certains aspects une dimension étonnement visionnaire. Sidérés nous avons été, tout comme le groupe de scientifiques de l’histoire, venus des quatre coins du monde pour finir confinés dans un hôtel de Buenos Aires,. Et au fond, à quoi bon puisqu’ils le découvriront très vite, le virus dont il est question n’épargne personne… face à cette intrusion de l’irrationnel, leur esprit de scientifiques cartésiens sera mis à rude épreuve…

Ce huis-clos fantastique, d’une trame simplissime, est à la fois captivant et terrifiant, dans un contexte de chaos qui envahit les rues de la cité, en contraste avec le calme de l’hôtel quasi désert. Pour nos amis scientifiques, cet hôtel ne constituera hélas qu’un refuge bien dérisoire pour l’implacable virus tueur. La tension qui irrigue le récit rappelle un peu le Château de sable de Peeters, thriller métaphysique où chacun des protagonistes se sait condamné, prisonnier d’un compte à rebours irréversible qui les rapproche de la mort à toute vitesse, ou encore les Dix Petits Nègres d’Agatha Christie. Au-delà de son aspect ludique, ce récit est sous-tendu par un propos écologique très actuel, nous rappelant non sans malice que les « espèces invasives » ne sont pas celles que l’on croit et que l’être humain possède un don particulier pour ne voir que la paille dans l’œil de l’autre… En cela, les dernières pages résonnent de façon troublante avec la récente période de confinement qui a vu sur toute la planète la nature reprendre ses droits dans les villes mêmes, faisant l’objet d’une scène magnifique…

Le trait, encore un tantinet vert, dénote néanmoins de la part de son auteur une certaine intuition graphique et un souci du détail (notamment avec la représentation des rues et de l’architecture portègnes, véritable déclaration d’amour à la capitale argentine), avec un cadrage efficace et une mise en page qui assure une lecture tout en fluidité.

Espèces invasives est la première œuvre plus qu’honorable d’un inconnu, Nicolas Puzenat, qui signe à la fois le dessin et la narration. Ce littéraire féru d’Amérique du Sud, qu’il a beaucoup parcouru, a eu la bonne fortune d’être pris sous l’aile de Sarbacane, un des éditeurs les plus passionnants à l’heure actuelle. Une belle découverte et peut-être même un auteur à suivre.

Espèces invasives
Scénario et dessin : Nicolas Puzenat
Editeur : Sarbacane
144 pages – 22,50 €
Parution : 2 octobre 2019

Extrait p.50 – Deux des scientifiques du groupe, Kantuash Zuquillo et Jorge Leoneti, s’accordent une pause sur la terrasse-piscine de l’hôtel :

Kantuash — Alors, tu as décidé de venir loger à l’hôtel ?
Jorge — Oui, c’est plus pratique. À cause des désordres dans la ville, on circule mal. Le métro et les bus sont arrêtés… Et j’ai même amené mon chat ! Kantuash, imagine qu’on ne dorme plus… plus du tout. Combien de temps on peut tenir le coup, à ton avis ?
Kantuash — Six à sept jours de plus, peut-être. D’après ce pote neurologue que j’ai appelé, ça dépend de la résistance de chacun. Avec des symptômes de plus en plus graves. En commençant par l’humeur détraquée, la perte de lucidité. Et puis on a faim tout le temps. Le corps tremble, picote, brûle. L’espace et le temps deviennent flous. On hallucine, on délire. Le rythme cardiaque s’accélère… D’ailleurs, c’est le cœur qui finit par flancher, tôt ou tard… À moins qu’on décide d’en terminer avant lui…
Jorge — Eh ben ! Que de joyeusetés ! Mais je vais te dire : pour moi, c’est un de ces cas d’hystérie collective… une folie passagère… tu vois ? Comme il y en a eu pléthore dans l’Histoire. Des choses tellement surprenantes… Enfin, on en saura plus demain, après une bonne nuit… je suis cla-qué !
Kantuash — Ah, parce que tu crois que tu vas dormir ?
Jorge — Bah… allons !

Espèces invasives © Nicolas Puzenat (Sarbacane)

Image | Cet article, publié dans Fantastique, Science-fiction, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Nous marchons sur la tête, nous dormirons debout…

  1. Laurent Bernard dit :

    👍

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.