L’envers, c’est l’enfer

Iris, deux fois, d’Anne-Laure & Naomi Reboul (Sarbacane) — Si vous êtes désargenté, vous avez sans doute rêvé d’être riche. Mais si vous êtes né sous une bonne étoile, ignorez-vous les revers de fortune, avez-vous des certitudes et dormez-vous sur vos deux oreilles ? Si c’est le cas, cette BD vous est fortement déconseillée…

Un jardin extraordinaire

Le Jardin, Paris, de Gaëlle Geniller (Delcourt) — Ce récit nous immerge dans un cabaret parisien durant les années folles, relatant l’ascension d’un jeune danseur. Un dessin splendide, un propos avant-gardiste, une BD au charme fou et un énorme coup de cœur.

Les heures astrales

Le Don de Rachel, de Anne-Caroline Pandolfo et Terkel Risbjerg (Casterman) — Nous l’attendions avec impatience ce nouvel album du duo Pandolfo-Risbjerg ! Si la magie est toujours présente, Le Don de Rachel, avec une première partie captivante et une seconde partie plus superficielle, laisse toutefois une impression en demi-teinte…

La corneille, le policier et le djihadiste

Tout est vrai, de Giacomo Nanni (Ici Même) — Quand les corneilles investissent la cité… Un récit énigmatique, entre étude ornithologique et documentaire historique. Et si pour mieux appréhender les soubresauts de notre monde, on écoutait un peu plus les oiseaux ?

Quand l’ermite ornemente, l’ermite imite et ment

La Mécanique du sage, de Gabrielle Piquet (Atrabile) — Saviez-vous que jadis, les richissimes Britanniques avaient coutume de s’offrir des ermites ? Ceux-ci étaient sensés apporter la paix à leurs propriétaires en déambulant dans leur jardin. Gabrielle Piquet en a tiré cette amusante fable philosophique.

Obéir tue

Bartleby, le scribe – Une histoire de Wall Street, de Jose Luis Munuera (Dargaud) — Cette nouvelle d’Herman Melville, aujourd’hui adaptée en BD avec brio, a fait couler beaucoup d’encre depuis sa parution en 1853. Cette « histoire de Wall Street » est loin d’être une ode au capitalisme, mais bien plutôt un grain de sable jeté dans les rouages d’une machine infernale.

La Statue de la Liberté sur le divan

Frink & Freud, de Pierre Péju et Lionel Richerand (Casterman) — En cette période anxiogène propice à l’introspection, on dirait que la psychanalyse a le vent en poupe, comme l’atteste le succès de la série-phénomène « En Thérapie » sur Arte. La BD s’y mettrait-elle aussi ?

L’heure des couleurs à l’école

Blanc autour, de Wilfrid Lupano et Stéphane Fert (Dargaud) — Prudence Crandall fut celle qui osa défier la discrimination raciale en créant la première école pour jeunes filles noires dans les USA du XIXe siècle. Un récit historique, tragique et magnifique, signé de Lupano et Fert.

Voyage en « Papieristan »

Chroniques de jeunesse, de Guy Delisle (Delcourt) — Après avoir écumé le monde, Guy Delisle effectue une sorte de retour à la case départ dans son Québec natal, évoquant le job d’été qu’il occupait dans une usine à papier durant ses années étudiantes. Dans cette séquence nostalgie, moins de dépaysement mais beaucoup de tendresse…

De la sororité dans la guerre des hommes

Seules à Berlin, de Nicolas Juncker (Casterman) — Retour sur une œuvre marquante de 2020 relatant le parcours de deux femmes de camps opposés mais que leur lutte individuelle pour exister dans un monde d’hommes va rapprocher, doublé d’un constat sur l’absurdité de la guerre.