Gilgamesh dans la dèche

Les Amants de Shamhat, de Charles Berberian (Futuropolis/Louvre Éditions) — Nominé dans la sélection officielle d’Angoulême, cet album de Berbérian sans son binôme Dupuy a pourtant souffert d’un manque de visibilité. Nous étions donc curieux de découvrir à quoi cette échappée mythologique pouvait ressembler…

Un ange connecté à un astre en Atlantide

Moon, de Cyrille Pomès (Rue de Sèvres) — Y a-t-il encore une place pour l’amour dans l’arène frénétique que représentent les réseaux sociaux, autoroute assourdissante vers l’apocalypse ? Le mythe de l’Atlantide subtilement revisité par le prisme de notre monde technologique et « communicant ».

Comme un bateau ivre sur une mer amère

Allan Thomas Scott, le bandit marin © 2022 Sarah Belmas (Éditions Sépia) — Non, vous n’avez pas rêvé. C’est bien Allan, le méchant bandit des Aventures de Tintin, qui figure sur la couverture et tient le rôle principal de ce récit singulier et inattendu ! Une autre facette du personnage, poète à ses heures et amant (presque) romanesque…

Le joli songe d’Ophélie

Hôtel particulier, de Guillaume Sorel (Casterman) — Je vous propose de redécouvrir cette œuvre au charme suranné parue il y a maintenant huit ans et magnifiée par le trait éblouissant de Guillaume Sorel.

Verlaine enivré dans l’hivernal

Ô Verlaine !, de Philippe Thirault et Olivier Deloye (Steinkis) — Figure emblématique du poète maudit, Paul Verlaine a vécu son art sans concession, guidé par son seul instinct, dans un monde trop étroit pour ses rêves. « Ô Verlaine ! » constitue une adaptation honnête du roman flamboyant de Jean Teulé en bande dessinée.

Quand l’ermite ornemente, l’ermite imite et ment

La Mécanique du sage, de Gabrielle Piquet (Atrabile) — Saviez-vous que jadis, les richissimes Britanniques avaient coutume de s’offrir des ermites ? Ceux-ci étaient sensés apporter la paix à leurs propriétaires en déambulant dans leur jardin. Gabrielle Piquet en a tiré cette amusante fable philosophique.

L’histoire du jeune homme aux semelles de vent

Peer Gynt, Acte I, d’Antoine Carrion (Soleil/Métamorphose) — Adaptation d’un drame théâtral à succès d’Henrik Ibsen, le premier tome de ce diptyque sombre et fantastique nous emmène au cœur de la Norvège d’antan sur les traces d’un jeune rêveur dans une nature sauvage et majestueuse.

Grosse castagne dans la montagne

Longue Vie/Le Fils du roi, de Stanislas Moussé (Le Tripode) — Dans cette BD muette et singulière, l’œil aime à se perdre dans des paysages alpins bucoliques où se joue une guerre permanente, plus cocasse qu’effrayante. Un drôle de récit héroïco-fantaisiste avec son lot de monstres…

Quand la sirène se fait reine

Anaïs Nin – Sur la mer des mensonges, de Léonie Bischoff (Casterman) — Entre ciel et mer, ce joli roman graphique de Léonie Bischoff dresse le portrait d’une femme sincère, dont les écrits érotiques font écho à la version la plus moderne d’un féminisme libre, hors de tout diktat et à la sexualité assumée.

Des pépins, du vin, du chagrin

Les Larmes d’Ezéchiel, de Matthias Lehmann (Actes Sud) — Quelques années avant La Favorite, Matthias Lehmann publiait ce récit imbibé de larmes et d’alcool, sombre et déstructuré, agonisant sous un malheur poisseux.