Quitter les vils ils à tire d’elles

A la Maison des femmes, de Nicolas Wild (Delcourt) — La Maison des femmes, projet novateur visant à reconstruire les femmes en souffrance, trouve un écho bienvenu grâce au talent de Nicolas Wild, qui parvient avec cette BD à susciter non seulement la compassion mais aussi l’enthousiasme du lecteur.

L’affaire to share

#J’Accuse…!, de Jean Dytar (Delcourt) — Et si Internet avait existé sous la Troisième République, comment l’Affaire Dreyfus aurait-elle été traitée ? Abordant le mythe sous cet angle aussi anachronique qu’original, Jean Dytar nous immerge dans un procès totalement édifiant.

Le joli songe d’Ophélie

Hôtel particulier, de Guillaume Sorel (Casterman) — Je vous propose de redécouvrir cette œuvre au charme suranné parue il y a maintenant huit ans et magnifiée par le trait éblouissant de Guillaume Sorel.

La mélopée impénétrable des galaxies lointaines

Energies noires, de Jesse Jacobs (Tanibis) — Avec un tel OVNI, dont le style relève plutôt du fanzinat, autant dire qu’on a dépassé les limites du bizarre. Si les amateurs de dimensions parallèles risquent d’être comblés, les autres devront se méfier des volts occultes dissimulés dans ce livre !

Jean Atwood, chasseuse de dragons

Le Chœur des femmes, d’Aude Mermilliod, d’après le roman de Martin Winckler (Le Lombard) — Cette adaptation fait honneur de manière facétieuse au roman de Martin Winckler, qui remettait en cause les pratiques gynécologiques d’un autre temps, en introduisant avec une belle pertinence la question du genre.

Désagréments des gréements

Le Voyage du Commodore Anson, de Christian Perrissin & Matthieu Blanchin (Futuropolis) — Un récit passionnant retraçant le « tour du monde » (involontaire) d’une glorieuse figure de la marine britannique au XVIIIe siècle. Le voyage, beaucoup moins glorieux, se solda par une terrible hécatombe parmi l’équipage. A l’époque, la vie humaine comptait bien moins que la conquête des terres…

Aaron-man, piégé dans sa cage de verre

Aaron, de Ben Gijsemans (Dargaud) — Voilà bien une BD qui risque de faire forte impression. Ben Gijsemans y scrute la psyché d’un jeune homme déconcerté par son attirance croissante pour les garçonnets. Un sujet grave, ô combien sensible, abordé avec délicatesse et sans voyeurisme.

S’adapter pour adopter

Le Bourdonnement d’un moustique, d’Andrea Ferraris (Delcourt) — Adopter un enfant à l’autre bout du monde n’est jamais une affaire simple. En se basant sur sa propre expérience, l’auteur nous livre un récit délicat et lumineux, empreint d’une poésie chatoyante.

Les hauts ébats du vampire d’Hollywood

Lugosi – Grandeur et décadence de l’immortel Dracula, de Koren Shadmi (La Boîte à Bulles) — Bela Lugosi. Pour nombre d’entre nous, ce nom évoque peu ou prou l’acteur qui incarna Dracula à Hollywood dans la première moitié du XXe siècle. Avec cet hommage romancé, Koren Shadmi évoque une vie faite de hauts et de bas…

Don’t be grateful, I’m dead !

Les Amants d’Hérouville, de Yann Le Quellec & Romain Ronzeau (Delcourt) — Michel Magne fut l’artiste-fondateur des studios d’Hérouville, où Elton John et David Bowie, parmi d’autres stars, y ont conçu des albums. Le destin inouï d’un personnage haut en couleurs conté dans une BD tout simplement géniale !