De la cruauté d’une Corée décorrélée

L’Attente, de Keum Suk Gendry-Kim (Futuropolis) — Après la partition de la Corée au début des années 50, des milliers de familles furent brisées. Une douleur rare, silencieuse, superbement évoquée dans ce récit délicat et poignant de Keum Suk Gendry-Kim.

La quête con de l’éternité

Les Derniers Jours d’un immortel, de Gwen de Bonneval et Fabien Vehlmann (Futuropolis) — Avec ce space-opera low-fi paru il y a onze ans, le duo Vehlmann-Bonneval jongle avec une pléthore de concepts passionnants concernant l’avenir de l’humanité, les biotechnologies, l’identité, l’altérité et j’en passe. Las ! L’art du jonglage n’est pas donné à tout le monde…

Miracle sous le sceau de l’enfer

Un avion sans elle, de Fred Duval, Michel Bussi et Nicolaï Pinheiro (Glénat) — Après « Nymphéas noirs », Fred Duval s’attaque à un autre best-seller de Michel Bussi, celui qui aura fait connaître l’écrivain normand du grand public. Mis en images avec brio par Nicolaï Pinheiro, ce récit très bien huilé a le mérite de tenir le lecteur en haleine jusqu’au bout…

Les grumeaux de la relation conjugale moderne

Fluide, de Joseph Safieddine, Thomas Cadène et Benjamin Adam (Dargaud/Arte Éditions) — Les addicts aux séries auront peut-être eu l’occasion de voir la mini-série disponible sur la plateforme d’Arte. Si celle-ci était plutôt dynamique et fun, la bande dessinée déçoit en comparaison, et sans vouloir contredire le titre, s’avère un peu grumeleuse…

La mort aux couleurs de l’orange douce

En toute conscience, de Livio Bernardo & Olivier Peyon (Delcourt) — Un récit poignant mais pas larmoyant, inspiré de faits réels, sur le droit à l’euthanasie. Les auteurs évoquent avec justesse et un certain humour un sujet grave, en intégrant deux cas posant dilemme.

Hugo, presque un boss

Hugo est gay : dans la peau d’un jeune homo, de Hugues Barthe (La Boîte à Bulles) — On peut faire du neuf avec du vieux, et de façon très pertinente. La Boîte à Bulles le prouve avec cette réédition d’un ouvrage notable de Hugues Barthe, une initiative justifiée dans un contexte de crispation « identitaire »….

Sappho dans une peau d’homme

Joe la Pirate, de Virginie Augustin & Hubert (Glénat) — La vie trépidante d’une lesbienne flamboyante à travers le XXe siècle, Marion Barbara Carstairs, qui eut une relation éphémère mais passionnée avec Marlène Dietrich, celle qui l’appelait « mon pirate ». Une figure ambiguë et inoubliable.

L’envers, c’est l’enfer

Iris, deux fois, d’Anne-Laure & Naomi Reboul (Sarbacane) — Si vous êtes désargenté, vous avez sans doute rêvé d’être riche. Mais si vous êtes né sous une bonne étoile, ignorez-vous les revers de fortune, avez-vous des certitudes et dormez-vous sur vos deux oreilles ? Si c’est le cas, cette BD vous est fortement déconseillée…

Un jardin extraordinaire

Le Jardin, Paris, de Gaëlle Geniller (Delcourt) — Ce récit nous immerge dans un cabaret parisien durant les années folles, relatant l’ascension d’un jeune danseur. Un dessin splendide, un propos avant-gardiste, une BD au charme fou et un énorme coup de cœur.

Les aléas des réalités parallèles

Poussière, tome 3, de Geoffroy Monde (Delcourt) — Avec cette série SF dont le troisième et dernier tome vient de paraître, Geoffroy Monde créé un genre nouveau : le blockbuster scientifico-conceptuel. Ou quand Godzilla rencontre Einstein. Inventif, déroutant, mais dans l’air du temps.