L’histoire de la petite chanteuse devenue pasionaria

Élise et les nouveaux partisans, de Dominique Grange et Jacques Tardi (Delcourt) — Avec cet album photo empreint de nostalgie, Jacques Tardi met en images la jeunesse de Dominique Grange, son épouse chanteuse, qui évoque ses années de lutte dans les années 60-70. Une description saisissante et assez peu flatteuse de la Cinquième République post-coloniale.

Une autre aventure est possible !

Tananarive, de Sylvain Vallée et Mark Eacersall (Glénat) — Tananarive vient ici démontrer que la franco-belge, malgré son âge avancé, en a encore sous le capot, à l’image de ses deux protagonistes. Ce joli récit initiatique, à la fois drôle et sensible, atteste par ailleurs que l’aventure n’est ni une question d’âge, ni de distance…

Quand le chocolat part en sucette

Choco-Boys, de Ralph König (Lucky Comics/Dargaud) — Si vous appréciez le pape de la BD LGBT d’outre-Rhin et ses gay-toons à gros nez et à l’hédonisme assumé, cet hommage inattendu au célèbre cow-boy solitaire risque bien de vous laisser chocolat…

Disparitions, apparitions, fluctuations…

Sousbrouillard, de Pandolfo & Risbjerg (Dargaud) – Avec leur second opus paru cette année, le duo Pandolfo-Risbjerg nous emmène dans un pays imaginaire qui évoque les grandes heures de la Bibliothèque verte, et où vont fleurir des histoires extraordinaires à partir des rencontres les plus improbables…

Rencontre avec Nicolas Wild à la Maison des femmes de Saint-Denis (93)

A l’occasion de la sortie du dernier ouvrage de Nicolas Wild (A la Maison des femmes), nous avons rencontré l’auteur dans le lieu qui en est aussi en quelque sorte le « personnage » principal : la Maison des femmes de Saint-Denis. Un lieu étonnant et accueillant, contrastant quelque peu avec son proche environnement.

Quitter les vils ils à tire d’elles

A la Maison des femmes, de Nicolas Wild (Delcourt) — La Maison des femmes, projet novateur visant à reconstruire les femmes en souffrance, trouve un écho bienvenu grâce au talent de Nicolas Wild, qui parvient avec cette BD à susciter non seulement la compassion mais aussi l’enthousiasme du lecteur.

L’affaire to share

#J’Accuse…!, de Jean Dytar (Delcourt) — Et si Internet avait existé sous la Troisième République, comment l’Affaire Dreyfus aurait-elle été traitée ? Abordant le mythe sous cet angle aussi anachronique qu’original, Jean Dytar nous immerge dans un procès totalement édifiant.

Le joli songe d’Ophélie

Hôtel particulier, de Guillaume Sorel (Casterman) — Je vous propose de redécouvrir cette œuvre au charme suranné parue il y a maintenant huit ans et magnifiée par le trait éblouissant de Guillaume Sorel.

La mélopée impénétrable des galaxies lointaines

Energies noires, de Jesse Jacobs (Tanibis) — Avec un tel OVNI, dont le style relève plutôt du fanzinat, autant dire qu’on a dépassé les limites du bizarre. Si les amateurs de dimensions parallèles risquent d’être comblés, les autres devront se méfier des volts occultes dissimulés dans ce livre !

Jean Atwood, chasseuse de dragons

Le Chœur des femmes, d’Aude Mermilliod, d’après le roman de Martin Winckler (Le Lombard) — Cette adaptation fait honneur de manière facétieuse au roman de Martin Winckler, qui remettait en cause les pratiques gynécologiques d’un autre temps, en introduisant avec une belle pertinence la question du genre.