Sous la crue, les pavés

L’Âge d’eau, première partie, de Benjamin Flao (Futuropolis) — Benjamin Flao est de retour, et c’est une bonne nouvelle. Ce diptyque, dont nous n’avons pour l’instant que la première partie, pourrait bien égaler, voire surpasser son superbe Kililana Song, un formidable récit post-apocalyptique aux accents chamaniques.

Enfin un prix Eisner pour Peeters et Schuiten !

L’Ombre d’un homme, de Benoît Peeters et François Schuiten (Casterman) — L’Ombre d’un homme vient d’obtenir un prestigieux prix Eisner (Best U.S. Edition of International Material). Retour sur le septième titre des Cités obscures qui n’est pas forcément celui que l’on retiendra des deux maîtres belges.

La revanche des superhéros européens

La Brigade chimérique – Ultime Renaissance, de Serge Lehman et Stéphane de Caneva (Delcourt) — Alors que Marvel et les comics US semblent avoir colonisé les esprits européens, Serge Lehman réhabilite les « surhommes » oubliés du Vieux Continent. Sans nostalgie aucune puisqu’il les fait revenir à notre époque dans une aventure absolument bluffante, mise en valeur par un dessin spectaculaire !

Lune rouge

Kosmos, de Pat Berna & Fabien Bedouel (Delcourt) — Et si les Russes avaient été les premiers à marcher sur la Lune ? Ce récit fascinant, sous ses aspects documentaires, ne reste qu’une fiction ! Amis complotistes, vous êtes priés de ne pas croire tout ce que vous verrez dans cette bande dessinée…

Punk not (Walking) Dead

J’ai tué le soleil, de Winshluss (Gallimard) — La première BD post-apocalyptique de l’ère covidienne, une œuvre contaminante et glaçante… sous ses faux airs de série B, ce thriller horrifico-survivaliste nous donne du neurone à retordre… Winshluss est de retour !

La quête con de l’éternité

Les Derniers Jours d’un immortel, de Gwen de Bonneval et Fabien Vehlmann (Futuropolis) — Avec ce space-opera low-fi paru il y a onze ans, le duo Vehlmann-Bonneval jongle avec une pléthore de concepts passionnants concernant l’avenir de l’humanité, les biotechnologies, l’identité, l’altérité et j’en passe. Las ! L’art du jonglage n’est pas donné à tout le monde…

Les aléas des réalités parallèles

Poussière, tome 3, de Geoffroy Monde (Delcourt) — Avec cette série SF dont le troisième et dernier tome vient de paraître, Geoffroy Monde créé un genre nouveau : le blockbuster scientifico-conceptuel. Ou quand Godzilla rencontre Einstein. Inventif, déroutant, mais dans l’air du temps.

Une uchronie philosophique entre ombre et lumière

Mégafauna, de Nicolas Puzenat (Sarbacane) — Et si l’homme de Néandertal avait survécu en suivant une voie bien différente de celle de l’homo-Sapiens ? A partir de ce postulat, Nicolas Puzenat nous propose une aventure préhisto-médiévale très originale, avec à la clé moult questionnements très actuels.

Game of drones

1984, de Xavier Coste, d’après l’œuvre de George Orwell (Sarbacane) — Qu’on se le dise, 2021 sera « 1984 » ! A l’heure où la vidéosurveillance connaît un nouveau souffle, l’œuvre culte d’Orwell vient nous rappeler via plusieurs adaptations que le contrôle des citoyens s’accorde (très) mal avec la démocratie.

Ceci n’est pas un OVNI

Mauretania – Une traversée, de Chris Reynolds (Tanibis) — Avec Chris Reynolds, auteur « le plus sous-estimé des vingt dernières années » selon certains, est née la BD de SF surréaliste. On pourra trouver cela au choix hermétique, perturbant, ou envoûtant. Ou les trois en même temps.