Quand Illian sort du bois

Le Boiseleur, tome 2 : L’Esprit d’atelier, de Hubert & Gaëlle Hersant (Soleil Productions) — Cette deuxième partie du conte enchanteur co-réalisé par le regretté Hubert et Gaëlle Hersent, publié à titre posthume, nous emmène sur les rives de Belizonde. Dans cette « Babylone » des arts, le jeune et talentueux sculpteur Illian va vivre une expérience houleuse, véritable parcours initiatique au dénouement inattendu.

La belle et les bêtes

Ténébreuse, livre premier, de Vincent Mallié & Hubert (Dupuis/Aire Libre) — Jusqu’au bout, Hubert aura été prolifique, nous laissant plusieurs œuvres posthumes dont ce magnifique premier volet d’un conte vénéneux et ensorcelant qui nous fait regretter davantage sa mort prématurée.

Pirates, diamants et chocolat

Le Clan de la rivière sauvage, t.1 : L’œil du serpent, de Renaud Dillies et Régis Hautière (Les Éditions de la Gouttière) — Vous avez aimé Peter Pan ? Alors le grand enfant que vous êtes pouvez tester le premier volet de cette série jeunesse qui transporte le lecteur — avec plus ou moins de bonheur — dans un univers de conte, de magie et de pirates…

Le livre, éternelle menace pour le tyran

Les Ogres-Dieux t.4 : Première-née, de Hubert & Bertrand Gatignol (Soleil/Métamorphose) — Avec cet ultime opus, Bertrand Gatignol et feu Hubert Boulard concluent en beauté leur prodigieuse saga de dark-fantasy, tout en décochant une flèche cinglante au modèle patriarcal autoritaire.

L’Homme, ce géant au cœur malade…

Le Grand Voyage de Rameau, de Phicil (Soleil/Métamorphose) — Excellente surprise de cette fin d’année, ce conte victorien allie avec brio réflexion philosophique et merveilleux tout en réactivant notre âme d’enfant, ce joyau que bien souvent nous avons égaré en devenant adulte…

Un conte africain alliant tradition et modernité

Le Repas des hyènes, d’Aurélien Ducoudray & Mélanie Allag — Avec ce conte tout public, Ducoudray et Allag nous emmènent au cœur de l’Afrique noire, en revisitant un mythe ancestral à l’aune de son histoire récente marquée par la colonisation, entre douceur et violence…

Trans(e) de carnaval

Peau d’homme, de Hubert & Zanzim (Glénat) — Fraîchement couronné de quatre prix cette semaine, « Peau d’homme », conte médiéval au propos extrêmement moderne sur la théorie du genre, restera comme le plus bel héritage du regretté Hubert, en collaboration avec Zanzim, qui sublime le récit par son dessin candide et enchanteur.

Le retour du roi (enfin…)

Castelmaure, d’Alfred & Lewis Trondheim (Delcourt) — Avec Castelmaure, Alfred et Trondheim se proposent de nous faire partager un conte de fées dans la grande tradition, une initiative fort bienvenue dans cette période morose où le rêve ne cesse de refluer…

Une terrible fable sur la justice de meute

Le Singe de Hartlepool, de Wilfrid Lupano & Jérémie Moreau (Delcourt) — Il y a huit ans, sortait « Le Singe de Hartlepool », l’album qui révélait Jérémie Moreau, sous les bons offices de Wilfrid Lupano. Un récit saisissant basé sur une histoire vraie, où un singe fut fait « homme » pour subir la bêtise primale de l’homo-sapiens.

Le ciel est la limite !

Géante, de JC Deveney & Nuria Tamarit (Delcourt) — Ce conte atypique nous entraîne dans un univers imaginaire où la femme se fait déesse et bâtisseuse d’un monde idéal, débarrassé du pesant paternalisme. Quand féminisme rime avec merveilleux…