La mélopée impénétrable des galaxies lointaines

Energies noires, de Jesse Jacobs (Tanibis) — Avec un tel OVNI, dont le style relève plutôt du fanzinat, autant dire qu’on a dépassé les limites du bizarre. Si les amateurs de dimensions parallèles risquent d’être comblés, les autres devront se méfier des volts occultes dissimulés dans ce livre !

La corneille, le policier et le djihadiste

Tout est vrai, de Giacomo Nanni (Ici Même) — Quand les corneilles investissent la cité… Un récit énigmatique, entre étude ornithologique et documentaire historique. Et si pour mieux appréhender les soubresauts de notre monde, on écoutait un peu plus les oiseaux ?

L’espace d’un éclair

À travers, de Tom Haugomat (Editions Thierry Magnier) — De quoi sont faits nos rêves et vers quelle destinée nous guident-ils ? Quand on a tutoyé les étoiles, que nous reste-t-il à conquérir ? Paru il y a trois ans, ce récit muet et poétique résume avec finesse une vie à la vitesse de l’éclair…

Étoile mystérieuse

Soleil mécanique, de Lukasz Wojciechowski (Editions ça et là) — Cette BD expérimentale et étonnante a été conçue avec AutoCAD ! Au-delà de l’exercice de style, c’est l’histoire fascinante d’un architecte pulvérisé en plein vol par les nazis, alors qu’il s’apprêtait à toucher le « soleil »…

Grosse castagne dans la montagne

Longue Vie/Le Fils du roi, de Stanislas Moussé (Le Tripode) — Dans cette BD muette et singulière, l’œil aime à se perdre dans des paysages alpins bucoliques où se joue une guerre permanente, plus cocasse qu’effrayante. Un drôle de récit héroïco-fantaisiste avec son lot de monstres…

Ceci n’est pas un OVNI

Mauretania – Une traversée, de Chris Reynolds (Tanibis) — Avec Chris Reynolds, auteur « le plus sous-estimé des vingt dernières années » selon certains, est née la BD de SF surréaliste. On pourra trouver cela au choix hermétique, perturbant, ou envoûtant. Ou les trois en même temps.

Gipi, sans faux rires, sans fausses larmes

Moments extraordinaires sous faux applaudissements, de Gipi (Futuropolis) — Même sans applaudissements, ce moment de lecture a quelque chose d’extraordinaire. Si l’on n’est pas forcément convaincu d’emblée, c’est après coup que la substantifique moelle de ce livre infuse en nous… Du grand Gipi, assurément !

Des pépins, du vin, du chagrin

Les Larmes d’Ezéchiel, de Matthias Lehmann (Actes Sud) — Quelques années avant La Favorite, Matthias Lehmann publiait ce récit imbibé de larmes et d’alcool, sombre et déstructuré, agonisant sous un malheur poisseux.

La fugue poétique et douloureuse de deux jeunes femmes vers la liberté

Sur la route de West, de Tillie Walden (Gallimard BD) — Tillie Walden nous invite à un incroyable voyage où la réalité s’efface peu à peu derrière le fantastique, accompagnant vers le chemin du salut deux solitudes blessées par la vie. Une route déroutante mais qui vaut le détour.

Chat noir, chat blanc

Le Chat du kimono, de Nancy Peňa (La Boîte à Bulles) — La Boîte à Bulles réédite Le Chat du kimono et c’est une excellente initiative. Un univers somptueux peuplé de chats, dans une ambiance à la fois japonisante et victorienne…