Dans le Grand Rien, personne ne vous entend bugger…

Deep Me © 2022 Marc-Antoine Mathieu (Delcourt)

Temps de lecture ≈ 1 mn 45

Marc-Antoine Mathieu vient prouver une nouvelle fois sa singularité totale dans le monde du neuvième art. Avec cette œuvre « au noir », il nous offre une vision métaphysico-poétique vertigineuse où la philosophie dialogue avec les technosciences.

Il y a de fortes chances que l’amateur de BD lambda soit quelque peu dérouté par cet étrange objet, vaguement inquiétant, noir comme un écran de smartphone, à l’extérieur comme à l’intérieur, hormis quelques éclipses inversées qui font surgir ça et là des images imprécises au cours de la narration. Les trois-quarts du livre sont constitués de cases noires où seuls les phylactères d’un dialogue mystérieux révèlent très progressivement la teneur du récit. A ce stade, impossible d’en dire trop au risque de gâcher l’effet de surprise qui fait tout le sel de l’ouvrage. On pourra tout au plus dire que le début de l’histoire rappelle ce film terrifiant des années 70, Johnny s’en va en guerre, d’ailleurs évoqué brièvement, dans lequel un soldat se réveille sur un lit d’hôpital, aveugle et dans l’incapacité de communiquer avec le monde extérieur.

Certains reprocheront peut-être cette « paresse graphique » de la part de l’auteur, mais l’approche résolument oubapienne de ce dernier, laquelle est depuis longtemps sa marque de fabrique, le place hors d’atteinte des critiques fondées sur les codes normatifs de la bande dessinée. Marc-Antoine Mathieu nous met d’emblée dans la peau (si l’on peut dire…) du narrateur, privé de la vue et de la parole. Plongé dans un noir d’encre inquiétant, celui-ci entend des personnages dialoguer autour de lui sans pouvoir décrypter leurs propos énigmatiques, tandis que ceux-ci ne l’entendent pas. Le lecteur, qui est le seul à prendre connaissance de ses états d’âme, sera vite happé par l’intrigue, désireux de connaître le fin mot de l’histoire.

Avec Deep Me, titre au nom évocateur qui fait visiblement référence à la fameuse « IA » joueuse d’échec des années 90, Mathieu nous livre une œuvre où il prouve de nouveau avec brio sa capacité à aborder les domaines les plus pointus de la métaphysique tout en tentant de les vulgariser avec son œil d’artiste-poète. L’auteur nous soumet ici les grandes questions ontologiques concernant la conscience, l’immortalité et la nature profonde de l’homme, et bien sûr la question de Dieu, se contentant d’y répondre par des hypothèses à la fois merveilleusement poétiques et terriblement vertigineuses, comme lui seul sait le faire.

Ceux qui ont la chance (pourrait-on parler de privilège ?) de connaître — et d’apprécier — le travail de MAM, seront enchantés de cette nouvelle œuvre. Quant aux autres, du moins ceux qui sont fascinés par ces questions ou qui privilégient les ouvrages requérant une certaine participation du lecteur, ils sont vivement invités à la découvrir, ainsi que l’ensemble de sa bibliographie, à commencer par la série Julius Corentin Acquefacques, un OVNI culte et emblématique de son auteur. A ce titre, Deep Me nous aura « profondément » comblés.

Deep Me
Scénario & dessin : Marc-Antoine Mathieu
Editeur : Delcourt
120 pages – 19,99 €
Parution : 26 octobre 2022

Extrait – Plongé dans le noir, Adam s’interroge en entendant un bruit de meuble qu’on déplace :

«  Un meuble à roulettes, lourd, avec beaucoup de matériel médical… soins intensifs… pas le moindre courant d’air… rien n’indique la présence d’une fenêtre. Cette chambre est une pièce aveugle. Service réanimation ? Salle de réveil ?

[Des voix lui parviennent :]
— Vous savez, lui parler n’est jamais inutile.
— Depuis tout ce temps, il aurait déjà dû se réveiller.
— Le temps du coma n’est pas le temps du réel.

Ce serait donc cela, le coma ? Des îlots de conscience dans un océan d’absence… un naufrage immobile où ne surnagent que les mots… pourquoi ai-je pensé « que les mots » ? Avais-je quelque chose d’autre avant ?

Voilà : au moins je sais qu’il y avait un avant. Il me reste donc de la mémoire… suffisamment pour pouvoir me dire que j’existe.

Mais que signifie exister dans cet état ?

Non, je ne dois pas douter. Je dois résister. Ne pas paniquer. Rester lucide. Occuper mon esprit. Si je ne maîtrise pas cette nuit, je vais devenir fou. »

Deep Me © 2022 Marc-Antoine Mathieu (Delcourt)
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.