Ose, Iris !

iris

Iris © 1991 Didier Comès (Casterman)

Dans un village isolé, Iris, qui vit avec sa mère et son chat, traîne sa candeur féline dans les bois environnants… Au hasard de ses promenades, la jeune fille finira par faire connaissance avec un mystérieux homme-cerf dont le charme diabolique aura bien vite fait de la subjuguer… Trop vite peut-être pour sa mère, mais aussi son chat qui semble bien décidé à veiller sur elle…

irisUne fois de plus, Didier Comès nous entraîne dans des histoires où le mystère règne en maître et les vieilles légendes refont surface… Une fois de plus, on tombe sous le charme, même s’il y a ce sentiment de déjà-vu par rapport à ses précédentes productions. Certes, c’est la griffe Comès, mais on se dit que l’auteur pourrait peut-être quitter parfois sa campagne sombre et explorer le vaste monde… Par ailleurs, cet album me semble moins marquant par rapport à Silence (son chef d’œuvre) ou à La Belette, le scénario étant moins fouillé et trop simpliste par certains côtés. L’auteur aborde pourtant des thèmes qu’on ne pourrait plus évoquer aujourd’hui sans susciter l’ire des bien-pensants, en l’occurrence ici l’inceste. C’est ce qui me fascine toujours chez cet auteur, capable d’aborder des sujets graves avec une innocence presque enfantine. D’ailleurs Comès et tous ses héros, en particulier Silence, semblent ne faire qu’une seule et même personne… Cependant, il y a une chose que j’ai moins appréciée que dans les précédents albums sur le plan du graphisme. En effet, ces tâches noires incongrues disséminées un peu partout sur les cases comme des sangsues maléfiques, censées représenter les ombrages, ne sont pas du meilleur effet…

Cela étant dit, je reste très attaché à cet auteur et à son univers, avec cette manière bien à lui de nous entraîner vers les portes du merveilleux, avec ces personnages à la fois simples et ambigus, souvent androgynes, ces croyances immémoriales, cette campagne sombre et primitive aux forêts moussues, bref, cette ode à l’écologie… en somme, des tas de choses qui nous ramènent à l’enfance… (mai 2011)

Iris
Scénario & dessin : Didier Comès
Editeur : Casterman
78 pages – 12,50 €
Parution : septembre 1991

Publicités
Cet article, publié dans Contes et légendes, Fantastique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s