Les tics sans éthique du Soviétique

Poutine, l’ascension d’un dictateur © 2022 Darryl Cunningham (Delcourt)

Temps de lecture ≈ 2 mn

Certes, ce n’est pas forcément la lecture idéale pour l’été, mais la guerre en Ukraine, elle, n’a pas pris de vacances. A ce titre, cette biographie fluide et instructive nous rappelle que l’homme à la tête de l’ex-grande puissance soviétique est loin d’avoir lâché l’affaire…

L’évolution de l’humanité peut-elle s’accommoder de dictateurs ? Que retiendra l’Histoire du monde d’un tyran qui ne tient que grâce à ses mensonges et à des fonctionnaires choisis pour leur docilité ? Si cette biographie édifiante ne répond pas à la question, elle nous aide à comprendre comment le « nouveau tsar » a construit son emprise sur une cette puissance héritée de l’ère soviétique qu’est la Russie.

Si la guerre en Ukraine a assurément réactivé l’intérêt pour Vladimir Poutine, il faut souligner le fait que Poutine, l’ascension d’un dictateur a été publié dans les pays anglo-saxons quelques mois avant le début du conflit. Pour sa sortie chez Delcourt, l’auteur y a ajouté une préface plus récente, histoire peut-être de signifier au lecteur que l’ouvrage n’a pas été produit juste à cause du contexte actuel.

Visiblement, Darry Cunnigham s’est beaucoup documenté, à en juger par le nombre de publications et d’articles cités en fin de volume. L’auteur a réussi à synthétiser le tout de manière fluide, nous rappelant de manière détaillé le parcours du dictateur, de ses débuts au KGB jusqu’au sommet du pouvoir russe. Le gamin teigneux et bagarreur, « petit voyou des rues peu instruit », n’a jamais été un enfant de chœur. Déjà, lorsqu’il travaillait pour la Stasi, il fut impliqué dans des accords d’exportations à la légalité douteuse, sans être inquiété. Lorsqu’il succéda à Boris Elstine dans les années 90, Poutine a rapidement montré son visage sanguinaire et belliqueux, par des méthodes mafieuses dont le KGB était coutumier (avec plusieurs assassinats de journalistes ou de personnalités gênantes, y compris sur un sol étranger). Bien sûr, son nom n’était jamais cité lors de ces mauvais coups, mais il paraissait évident qu’il était celui qui tirait les ficelles.

L’invasion récente de l’Ukraine ne sera pas une surprise, mais pas seulement parce que le bras de fer dure depuis 2014 : Cunningham nous rappelle que l’homme fort de la Russie avait inauguré son premier mandat « en fanfare » en intervenant en Tchétchénie, décrite à l’époque comme une simple « opération antiterroriste ». Depuis, il y a eu d’autres « opérations spéciales » : en Georgie et en Syrie (où Poutine a soutenu vigoureusement Bachar El-Assad).

Pour ce mégalomane né, la guerre n’est qu’un jeu de société, peu importe ses conséquences désastreuses sur la vie des gens, peu importe la terreur et les traumatismes qu’elles engendrent dans le psychisme collectif, sans parler de la haine et de la rancœur. Mais Poutine sait également recourir aux technologies modernes, et l’auteur explique comment le tyran a su manipuler l’information à travers les médias de son propre pays, mais également à l’international en utilisant les réseaux sociaux à l’aide de hackers ou de trolls, en y répandant des fake news, qui accessoirement auront largement facilité l’élection en 2016 d’un autre sinistre personnage, un certain Donald Trump. Et il se pourrait bien que la recette ait fonctionné également pour l’Europe, notamment outre-Manche où l’argent russe coule à flot… Boris Johnson et son parti conservateur ont sûrement un avis, même s’ils le gardent secret jusqu’à présent…

On ne s’étendra pas sur le dessin minimaliste, qui, bien que tout à fait adapté à une narration documentaire, reste très ordinaire. Cunnigham alterne entre portraits « réalistes » de figures célèbres inspirés de clichés photographiques et illustrations simplistes ou symboliques, souvent épurées à l’extrême, parfois un rien répétitives. Le tout est plus démonstratif qu’esthétique, ce qui incitera le lecteur à se concentrer davantage sur le fond que sur la forme.

En résumé, le livre nous fait bien comprendre que les initiatives du dictateur sont davantage motivées par l’amour du pouvoir et de l’argent que par le bien-être de son peuple. Et l’argent, on apprendra qu’il en connaît parfaitement la couleur, et serait même à la tête de la plus grosse fortune mondiale…

Poutine, l’ascension d’un dictateur
Scénario & dessin : Darryl Cunningham
Editeur : Delcourt
160 pages – 19,99 € (version numérique : 13,99 €
Parution : 11 mai 2022

Extrait p.7-8:

« Le jeune Poutine grandit dans d’immondes cours d’immeubles infestées de rats. Plus jeune et moins costaud que les autres garçons, il ne se laisse pas faire. Son ancien camarade de classe et ami de longue date, Viktor Borisenko se rappelle que si le jeune Poutine se faisait insulter, il se battait comme un beau diable, mordant et griffant, prêt à tous les sales coups pour se venger de quiconque l’humilierait. »

Extrait p.112 :
« Les trolls et les réseaux de désinformation russes jouent un rôle central dans la propagation des mensonges sur les crimes de guerre d’Assad en Syrie. Ils sèment le trouble à propos des enquêtes indépendantes sur l’utilisation des armes chimiques contre les civils.

Les trolls et médias russes inventent aussi des récits qui visent les secouristes, comme les « casques blancs », en les accusant d’organiser des attaques ou d’être de mèche avec les groupes terroristes.

Un rapport de 2019 de l’Atlantic Council détaille : « Les mesures prises par les Russes se sont d’abord concentrées sur un récit alternatif à propos de la révolution syrienne afin d’influencer les politiques occidentales concernant Damas et de jeter le trouble au sein des sociétés occidentales.

Le rapport cite une étude de 2015 du Département d’Etat américain qui estime que la Russie a dépensé 1,4 Milliard de dollars par an pour la propagande et le financement de Think Tanks afin de faire progresser ses objectifs en matière de politique intérieure et extérieure. »

Poutine, l’ascension d’un dictateur © 2022 Darryl Cunningham (Delcourt)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.