Gare aux méduses insatiables !

Murena, chapitre 11 : Lemuria © 2020 Jean Dufaux & Theo Caneshi (Dargaud)

Qui l’eut cru ? Lucius Murena, héros sans peur et sans reproches, est devenu l’esclave sexuel d’une redoutable prédatrice, Lemuria. Décidément, ce remarquable péplum continue à produire du rêve…

Au lendemain de l’incendie à Rome, l’empereur Néron est en proie au doute. Son ami Lucius Murena a disparu et des rumeurs le disent à l’origine d’une conspiration contre lui. En réalité, Murena est pris dans les griffes de Lemuria, une femme redoutable qui l’a drogué pour le soumettre à ses désirs sexuels. Mais le temps presse car l’homme est recherché activement, tandis que Néron sent l’étau d’un complot se refermer sur lui

Ce péplum culte qu’est Murena ne serait-il qu’une série à rallonge de plus dans le domaine du neuvième art, a fortiori quand celui-ci rencontre le succès ? Un triste constat qui, à moment donné, nous ferait dire, un brin excédé : Vivement que cela s’arrête ! On pourrait être tenté de le faire à la lecture de ce chapitre 11, troisième tome du Cycle de la mort, qui n’a pas été l’événement qu’il aurait dû être lors de sa sortie en novembre, même si les ventes n’ont pas démérité.

Bien sûr, la qualité narrative est toujours là, avec son lot d’intrigues de palais, mais hormis l’apparition d’un personnage marquant, celui du L’Hydre, une femme esclave et gladiateur qui semble avoir des secrets à révéler à Néron, et fera tout pour l’approcher, cet opus n’apporte guère de surprises. Les jeux sexuels si bien décrits tout au long de la série, avec juste ce qu’il faut d’élégance, se poursuivent dans une tonalité légèrement racoleuse mais pas du tout désagréable – et l’on sait qu’à cette époque, le libertinage était monnaie courante dans les classes aisées. Cette fois, le beau Lucius va se retrouver pris dans les griffes d’un personnage fictif, tout comme lui (la série mêle personnalités historiques et inventées). Il s’agit de Lemuria, libertine riche et oisive que l’on avait découverte à la fin du tome précédent, et qui a fait de Murena son objet sexuel en le droguant. Certains verront sans doute dans cette liaison lorgnant vers le SM un argument d’achat, mais si l’on s’en tient au scénario, on est bien obligé de constater un certain reflux. Néanmoins, on ne saurait en vouloir aux auteurs. On peut également en déduire que ce n’est que le calme avant la tempête, puisque l’on va assister ici à la naissance d’un complot visant à assassiner Néron, la fameuse conjuration de Pison.

Le problème avec Murena, c’est que les auteurs, Jean Dufaux en premier lieu puisqu’il est le porte-drapeau du projet, ont mis la barre si haut que le lecteur est tenté d’être toujours plus exigeant. Mais si la narration semble en retrait, c’est visiblement parce qu’il s’agit d’un tome intermédiaire, qui reste évidemment d’un très bon niveau. Théo Caneshi, le dessinateur remplaçant de feu Delaby s’acquitte de sa mission avec professionnalisme et talent, même si on pouvait noter un peu plus de finesse dans le trait de son prédécesseur.

De plus, Jean Dufaux l’a annoncé dès le départ, la saga s’étalera sur 16 tomes, ce qui réduit à néant toute allégation de mercantilisme. Et puis Murena n’est décidément pas une série comme les autres, de par son niveau d’excellence, sur le fond comme sur la forme, ses références historiques et son souffle unique.

Murena, chapitre onzième : Lemuria
Scénario : Jean Dufaux
Dessin : Theo Caneshi
Editeur : Dargaud
56 pages couleur – 12 €
Parution : 27 novembre 2020

Murena, chapitre 11 : Lemuria © 2020 Jean Dufaux & Theo Caneshi (Dargaud)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.