L’abracadabrante académie

Les Mystères de Hobtown, tome 2 : L’Ermite maudit © 2020 Kris Bertin & Alexander Forbes (Éditions Pow Pow)

Les Editions Pow Pow, qui fêtent leurs dix années d’existence, misent beaucoup sur cette série insolite que sont les Mystères de Hobtown.  Le second tome, croisement improbable entre Harry Potter et Eraserhead, est paru à l’automne.

Le temps des fêtes approche, mais les mystères ne prennent pas de vacances dans la petite ville de Hobtown, en Nouvelle-Ecosse. Cette fois, c’est Pauline et Brennan, membres du club de détectives amateurs, qui sont envoyés à l’académie de Knotty Pines, qui forme l’élite de Hobtown depuis plusieurs générations. Mais les sombres corridors de ce prestigieux établissement abritent de nombreux secrets… dont une terrible malédiction.

L’Ermite maudit, deuxième volet de cette série atypique, nous entraîne une fois encore dans le même univers étrange que l’on avait découvert avec L’Affaire des hommes disparus. Cette fois, les auteurs nous offre une sorte de huis-clos où le personnage principal serait cette immense bâtisse victorienne au milieu de nulle part, l’académie de Knotty Pines, entourée d’un vaste parc. A partir de là, l’ambiance est posée et on se doute que le récit nous réserve une bonne dose de frissons dans cet environnement qui pourrait rappeler Harry Potter. Les deux adolescents, très vite, seront confrontés à d’étranges événements dans cet établissement peuplé de fantômes et dirigé par des personnages austères et inquiétants, le directeur, que Pauline compare à un lézard, et sa femme, sévère, à l’allure robotique.

Si cet épisode est toujours aussi déroutant que le précédent dans sa façon de croiser un univers par moments onirique, digne de David Lynch, à un polar jeunesse de la « Bibliothèque verte », la narration semble un peu mieux tenue, tout comme le graphisme d’Alexander Forbes qui marque une évolution perceptible, avec un trait plus précis, plus assuré. On ne comprend pas toujours forcément les tenants et les aboutissants (peut-être faut-il croire aux fantômes ?), mais le récit de Kris Bertin reste intrigant de bout en bout, avec certains passages caractérisés par une sorte de frénésie narrative un brin enfantine. L’atmosphère est oppressante à souhait, et l’imposant édifice n’y est pas étranger. On serait même tenté d’y voir une référence — consciente ou non de la part des auteurs — au gigantesque et lugubre hôtel lugubre de Shining.

Cette série a été retenue en sélection officielle du Festival d’Angoulême pour le Fauve polar avec son premier tome, L’Affaire des hommes disparus, paru quelques mois plus tôt, et on peut le comprendre. Présentée comme la série phare de la jeune maison d’édition montréalaise Pow Pow, ce deuxième volet continue de s’avancer vers le genre fantastique avec une candeur non dénuée de charme. Et le lecteur adulte prendra volontiers plaisir à réactiver ses peurs enfantines, comme ont sans doute cherché à le faire les deux amis d’enfance que sont les auteurs en publiant cette histoire.

Les Mystères de Hobtown, tome 2 : L’Ermite maudit
Titre original : Hobtown Mystery Stories 2: The Cused Hermit (2019, Conundrum Press)
Scénario : Kris Bertin
Dessin : Alexander Forbes
Traduction : Alexandre Fontaine Rousseau
Editeur : Pow Pow
192 pages – 19 €
Parution : 6 octobre 2020

Extrait p.31 — Depuis l’académie où elle vient d’arriver, Pauline écrit une lettre à son amie Dana :

« Ce n’est pas une école, c’est une PRISON. Ça leur a pris deux secondes avant de commencer à nous donner des ordres. On dirait qu’ils nous détestaient avant même de nous rencontrer. Détester n’est peut-être pas le bon mot. Disons plutôt qu’ils se pensent meilleurs que nous.

Le directeur a été gentil mais on voit bien que ce n’était pas sincère. On dirait un lézard.

Sa femme, la directrice, a l’air d’une dame distinguée mais elle est vraiment sévère. On dirait un robot. Elle serait plus jolie si elle souriait de temps en temps.

Ils ont aussi un gardien, mais ils disent que c’est le concierge. Il lui manque une oreille !

Ils sont super fiers d’être des Hobbs, mais on s’en fout qu’ils soient les descendants de ce gars-là. De quoi peut-on être fier si on n’a rien fait ? C’est peut-être eux, le problème de Hobtown. »

Les Mystères de Hobtown, tome 2 : L’Ermite maudit © 2020 Kris Bertin & Alexander Forbes (Éditions Pow Pow)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.