Vie et mort d’une étoile filante du 7e art

Patrick Dewaere, à part ça la vie est belle © LF Bollée & Maran Hrachyan (Glénat)

Difficile à croire, mais l’immense acteur qu’était Patrick Dewaere n’a jamais obtenu de César, la récompense qui aurait pu l’aider à ressouder les fêlures de son passé. LF Bollée livre un hommage tendre et sincère à cet écorché vif disparu trop tôt.

Si l’on peut légitimement se montrer suspicieux vis-à-vis des ouvrages de commande, il arrive parfois que ceux-ci se révèlent de bonnes surprises, et c’est le cas avec cet hommage à Patrick Dewaere. Glénat a eu l’idée de lancer en 2019 une collection sur les grands noms du cinéma. Après Truffaut, Hitchcock, Sergio Leone, passés largement inaperçus, et un Lino Ventura pas vraiment réussi, c’est l’acteur français qui fait l’objet d’un biopic, un acteur demeuré culte pour bon nombre d’entre nous.

Disparu beaucoup trop tôt à l’âge de 35 ans, l’acteur avait choisi de mettre fin à ses jours, plongeant ses admirateurs dans la sidération. Et pourtant, Dewaere, cet enfant terrible du cinéma, était au bout du rouleau, souffrant de la direction que prenait sa carrière et du manque de reconnaissance de ses pairs. Abonné aux rôles de dépressifs ou de losers, ce beau gosse au cœur tendre et un brin allumé, n’avait peut-être pas su, malgré son immense talent, prendre suffisamment de recul avec ses personnages qu’il savait incarner avec toutes ses tripes et chaque fibre de son corps, à un niveau sidérant…

C’est LF Bollée, scénariste de Terra Australis et de La Bombe, une œuvre monumentale sortie récemment et acclamée par la critique et le public, qui s’est investi dans le projet. Fan de la première heure, Bollée a choisi comme narrateur du récit Dewaere lui-même. Celui-ci évoque ainsi son propre parcours depuis la tombe, ce qui nous rend encore plus proche ce comédien unique et hyper attachant. Le scénariste a évité le piège de la biographie scolaire propre à ce genre d’ouvrage, en évitant toute linéarité et en insérant des flashbacks-anecdotes sur le jeune Patrick, lorsqu’il s’appelait encore Bourdeaux. En effet, ce patronyme n’était pas celui de son père biologique, qui avait abandonné sa mère à peine enceinte, mais celui de l’ex-mari de cette dernière… Bref, une histoire compliquée qui n’a pas dû aider le jeune homme à se construire, d’où, fort logiquement, le choix d’un pseudo, ou plutôt de deux pseudos successifs, car avant d’être Dewaere, il fut Patrick Maurin. Au fil des pages, on voit défiler ses proches et ceux qu’il a cotoyé lors de tournages, Depardieu bien sûr, mais aussi Miou-Miou, Gainsbourg, Coluche, Lino Ventura, Bouchitey et d’autres, ainsi que plusieurs réalisateurs dont Bertrand Blier, Claude Sautet, Yves Boisset et Claude Miller. On se remémorera par ailleurs cette fameuse et troublante diatribe sur Mozart dans Préparez vos mouchoirs qui fait dire à Dewaere : « Tu parles ! Le pauvre mec, il est mort à 35 ans ! 35 ans ! Non mais tu te rends compte de la perte ?! Quelle époque de con ! On claquait pour un rien ! ». Quatre ans après le tournage, la faucheuse emportait l’acteur à l’âge de… 35 ans…

On appréciera le dessin de Maran Hrachyan, jeune autrice d’origine arménienne, qui tout en se pliant à l’académisme requis pour ce genre d’ouvrage, réussit à imposer un peu de sa touche personnelle, en particulier dans la mise en couleurs. Bien sûr, les visages, bien que ressemblants, restent quelque peu figés. Mais la technique du pastel démontre son talent et confère une belle douceur au récit, pour un personnage qui n’en manquait pas mais, tel l’écorché vif qu’il était, apparaissait souvent fébrile dans ses films, telle une grenade dégoupillée.

Il y a donc pas mal de choses que l’on apprécie à la lecture de cet ouvrage, d’autres moins. L’épilogue onirique entre Dewaere et Depardieu, éternels frères ennemis, duo mythique des Valseuses, est plutôt touchante. On y trouve un certain nombre d’anecdotes intéressantes, mais on regrettera toutefois l’absence de sources, avec au début un seul avertissement selon lequel l’œuvre est à la fois « une œuvre de fiction (…) et inspirée de faits réels et de personnages ayant existé ». Même s’il est honnête de le préciser, cela reste tout de même un peu léger pour une biographie. Il n’empêche que les inconditionnels de l’acteur, dont je fais partie, devraient apprécier cette lecture, même s’il n’est pas question de la porter aux nues.

Patrick Dewaere – À part ça, la vie est belle
Scénario : LF Bollée
Dessin : Maran Hrachyan
Editeur : Glénat
136 pages – 22 €
Parution : 6 janvier 2021

Extrait p.49 – Dewaere évoque son ami Coluche :

« Je reviens brièvement sur Michel… C’est vrai, c’était un vrai fouteur de merde, mais il pouvait pas me la faire à moi – j’avais deux têtes et vingt kilos de muscles de plus que lui ! Toujours à vouloir faire son petit chef, à vouloir nous diriger ! Alors que justement, ce qu’on aimait au Café de la Gare, c’était le joyeux foutoir de l’improvisation, sans hiérarchie !

Il y a un souvenir fameux, celui d’une bagarre générale qu’il avait déclenchée, cet enfoiré… Mais que voulez-vous ? Il m’a toujours eu par les sentiments, et quand il me parlait d’amitié indéfectible entre nous, eh bien j’y croyais… Mais il nous a quand même bien plantés, le salaud, et ils nous a lâchés sans ménagement début 72, quittant également Miou-Miou… »

Patrick Dewaere, à part ça la vie est belle © LF Bollée & Maran Hrachyan (Glénat)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.