Terreur d’outre-espace

La Couleur tombée du ciel © 2020 Gou Tanabe (Ki-oon)

Un siècle avant Alien, l’espace infini suscitait déjà une terreur sans nom… Le Japonais Gou Tanabe adapte en BD un autre classique du maître du fantastique horrifique, et c’est une incontestable réussite !

Lorsqu’un jeune ingénieur arrive dans la vallée d’Arkham pour y effectuer des relevés topographiques en vue de la construction d’un barrage, il découvre un terrain désolé où la végétation ne pousse plus, recouverte d’une couche de cendre grise. Tout cela ne semble pas naturel, comme si le lieu était frappé par une étrange malédiction. Serait-ce lié à la météorite qui s’est écrasée il y a quelque année juste à côté du puits de la famille Gardner, entraînant celle-ci dans un cortège de malheurs ?

Rares sont les œuvres de Howard Phillips Lovecraft, illustre pionnier de genre fantastique, qui ont bénéficié d’une adaptation réussie dans le neuvième art. En ce qui concerne l’auteur japonais Gou Tanabe, qui, avec La Couleur tombée du ciel, en est à sa troisième adaptation, on peut affirmer sans se tromper que son travail est à la hauteur de celui de l’écrivain américain. Respectant fidèlement la narration d’origine, Tanabe rend un hommage digne de ce nom à l’auteur du mythe de Cthulhu.

Graphiquement, c’est du grand art. Le dessin sombre et réaliste, en noir et blanc, s’accorde parfaitement bien au scénario, axé principalement sur la descente aux enfers des Gardner, une famille de paysans qui vivait tranquillement jusqu’à ce qu’une météorite s’abatte près de leur maison. Gou Tanabe semblerait presque avoir fusionné spirituellement avec Lovecraft, tant la dimension intemporelle de la bande dessinée est frappante. Non dénué d’un certain académisme, le trait est assuré et d’une grande finesse, se déployant avec talent dans plusieurs scènes spectaculaires. Tanabe sait très bien exprimer l’horreur propre aux romans de Lovecraft, suscitant ce sentiment chez le lecteur par un cadrage serré des regards apeurés sous des ombres menaçantes.

D’aucuns, c’est certain, pourront reprocher à l’auteur de s’être limité à un copier-coller par rapport au récit originel. Pourtant, le dessin, tellement admirable, parvient à magnifier l’œuvre du maître sans la dénaturer, savant dosage entre modestie et vénération. On pense un peu à la récente adaptation de Dracula par Bess, qui relève de la même démarche. Enfin, on ne manquera pas de saluer le formidable travail éditorial des Ki-oon, avec cette reliure souple en similicuir gravé.

La Couleur tombée du ciel
D’après l’œuvre de H.P. Lovecraft
Scénario : Gou Tanabe
Dessin : Gou Tanabe
Editeur : Ki-oon
192 pages – 15 €
Parution : 5 mars 2020

Cet article, publié dans Fantastique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.