Sang vingt-deux ans et toutes ses dents

Dracula © 2019 Georges Bess (Glénat)

Dracula est de retour ! Mais nous a-t-il un jour vraiment quitté ? Le mythe comme le personnage semble éternel, et Georges Bess vient de lui redonner une bonne dose de sang frais avec cet envoûtant hommage au graphisme splendide.

On ne compte plus les adaptations du célébrissime roman fantastique de Bram Stocker, l’un des pères fondateurs de ce que l’on s’accorde à définir aujourd’hui par « Pop-culture ». Un roman qui a donné naissance au mythe du vampire, un personnage iconique protéiforme créé à partir d’une figure historique, à la fois monstrueux et séduisant. Dracula n’a jamais cessé d’incarner toutes nos peurs les plus profondes tout en exerçant une immense fascination par son pouvoir à accéder à la jeunesse éternelle en se repaissant du sang des vivants, et, selon son bon vouloir, en la transmettant à ses victimes. Aujourd’hui, c’est Georges Bess, auteur multi-facettes, qui nous livre sa propre version en bande dessinée.

Ce qui saute aux yeux ici, c’est évidemment la puissance du graphisme qui vient magnifier le roman de Bram Stocker. Georges Bess, décidément attiré par ces créatures de la nuit assoiffées de sang (Le Vampire de Bénarès), nous livre un hommage plus que respectueux au récit original, en prenant à peine quelques rares libertés par rapport au scénario. Et pour un hommage à ce chef d’œuvre gothique, quoi de mieux que le noir et blanc, même si ici c’est le noir qui l’emporte, avec un encrage tout en dentelles — parfois un rien surchargé —, pour un résultat virtuose à la beauté vénéneuse. S’inspirant des comics américains dans la forme, le vieux routier admirateur de Moebius a usé de tout son talent dans cette production, évitant l’académisme propre au genre en laissant son intuition décider d’une mise en page très libre qui se déploie telle les ailes d’une chauve souris lors d’une nuit sans lune…

Ceux qui connaissent le roman ne seront pas surpris outre mesure par les divers rebondissements — ils pourront même ressentir une certaine frustration devant tant de loyauté de la part de Bess —, mais force est d’admettre que le neuvième art vient d’accoucher ici de sa meilleure adaptation, qui suscitera à n’en pas douter le plus grand ravissement chez les aficionados, à la fois du genre et de l’auteur.

Dracula
Scénario : Bram Stocker
Dessin : Georges Bess
Editeur : Glénat
208 pages – 25,50 €
Parution : 16 octobre 2019

Δ Adaptation du roman Dracula, de Bram Stocker (1897)

Dracula © 2019 Georges Bess (Glénat)

Cet article, publié dans Contes et légendes, Fantastique, Nouveautés, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.