Old boys don’t cry…

L’Automne dans le pantalon © Ralf König (Glénat)

Qu’il est loin le temps des Village People, des boules à facettes et des libidos débridées. Les gays doivent désormais faire face aux affres de l’âge… Seul König pouvait nous faire rire sur un sujet pourtant… pas très gai…

Pour Paul, ça ne va pas fort… la cinquantaine approche à grand pas et menace son équilibre psychologique ! Comment faire pour affronter ce cap difficile qui plonge ce grand hypocondriaque en état de panique ? La perspective d’une baisse de sa libido accompagnée d’une invasion des poils blancs le terrifie littéralement, sans parler des maux à venir liés au vieillissement…. Conrad son compagnon, de dix ans son aîné, va devoir faire preuve de doigté pour lui remonter le moral tout en l’aidant à affronter la réalité…

On ne présente plus Ralf König, le « roi » teuton de BD gay, dont l’ensemble de la production évoque avec un humour et un dessin très bretécheriens les mœurs de la communauté homosexuelle, avec deux personnages récurrents : Conrad et Paul. Le couple est un cas d’école, faisant taire les clichés sur l’impossibilité d’une vie conjugale durable entre hommes, liée pour certains à leur supposée sexualité débridée… Et pourtant… si Paul est plus fortement porté sur les choses du sexe, irrésistiblement attiré par les mâles costauds et virils et donc littéralement incapable de modérer ses pratiques libertines, Conrad représente le pilier du couple, le confident compréhensif, plus intello et plus posé, plus âgé aussi mais surtout, amoureux de Paul comme au premier jour malgré les infidélités répétées de ce dernier. Malgré cela, ces messieurs viennent de franchir allégrement les trente ans de vie commune !

Trente ans, ça veut dire aussi que de l’eau a coulé sous les ponts et que les corps ont pris du plomb dans l’aile. Pour la plus grande terreur de Paul, qui imagine mal de voir basculer sa vie sexuelle sous un régime monacal, et refuse même de l’envisager une seule seconde… Hélas, les signes sont là et se multiplient, qu’il s’agisse des anciens compagnons de partouze devenus vieux et gras, ou des comportements méprisants des jeunes mâles arrogants… Paul, qui ne veut pas devenir un « pervers pépère », frise la déprime et quand on a un sexe à la place du cerveau, il est plus compliqué d’agir avec rationalité ! Heureusement, son vieux compagnon Conrad est là, et comme il l’a toujours fait, va l’accompagner dans cette phase cruelle et décisive de la vie à laquelle personne n’échappe…

L’Automne dans le pantalon © Ralf König (Glénat)

Le vieillissement et la déchéance sont globalement une tragédie humaine, qui n’amuse et ne rassure personne. Chacun cherche à ralentir le compte à rebours à sa manière, en espérant que les souffrances liés à la décrépitude seront les moins douloureuses possibles.

Avec ces chroniques sociales de la « sénioritude gay », on ne peut pas dire que König se soit renouvelé mais il n’a rien perdu de la verve comique qui a contribué à son succès. Si l’on dit que l’humour est la politesse du désespoir, l’auteur allemand applique l’adage à merveille en dédramatisant ici un sujet perturbant. L’hypocondrie de Paul reste le gimmick hilarant de cet album, qui atteint son point culminant par un bond temporel, où l’on voit Conrad et Paul dans une maison de retraite, ce dernier cherchant à booster sa virilité perdue en se procurant du viagra auprès d’un autre pensionnaire. Comme toujours, il y a ce côté reiserien assez trash dans le dessin, mais dans le cas présent, il y a en plus quelque chose de touchant dans le fait de voir ce couple vieillir et s’aimer malgré les années, résolu à rester épicurien jusqu’au bout… En fin d’ouvrage, Paul a survécu, n’a pas fait de TS ni de dépression, sans doute grâce à Conrad, et l’on en est ravis !

L’Automne dans le pantalon
Titre original : Herbst in der Hose
Scénario & dessin : Ralf König
Editeur : Glénat
176 pages – 25 €
Parution : 17 juin 2020

Extrait p.153 – Conrad se fâche contre Paul qui ne veut pas se voir vieillir et préfère surfer sur des sites de drague :

Conrad — Paul, tu nous gonfles avec ton andropause !!! Oui, on vieillit ! Regarde-moi, j’ai 64 ans !! Et alors !? C’est ça, vivre ! Ça ne glisse plus aussi facilement qu’avant et ça ne s’arrange pas ! Voilà pourquoi ton temps, c’est maintenant ! Remplis ta vie de contenus au lieu de compter tes cheveux gris en paniquant ! C’est comme ça, la vie freine de plus en plus ! Les limites sont connues, la déception remplace l’illusion, les surprises se font rares… Les jeunes crient à la nouveauté et nous, les vieux, on baille, parce qu’on connaît ! On est plus speed comme à 20 ou 30 ans, plus aussi puissants qu’à 40, mais le ralentissement a de bons côtés !
Paul — hm.
Conrad — C’est comme l’ICE* qui ralentit ! On a plus de temps pour admirer le paysage ! On sait ce qu’on veut encore visiter bientôt et ce qu’on laissera de côté, on réfléchit à d’où on vient et où on veut aller… à toutes les gares par lesquelles ont est déjà passés pour être là où on est ! Tel endroit était beau, on aimerait y retourner. Malheureusement, le train ne va jamais que de l’avant… Vers la fin du voyage, les ennuis techniques sérieux apparaissent et on entre dans l’obscurité du tunnel ! Dont personne ne sait s’il y aura encore une petite lumière au bout !
(silence)
Conrad — Ô mon pôvre ! Je parle comme un de ces guides de vie, là…
Paul, attristé — Au moins, tu t’en rends compte…

*TGV moins pressé (NdT)

L’Automne dans le pantalon © Ralf König (Glénat)

Cet article, publié dans Humour/Comédie, Nouveautés, Société/Chroniques sociales, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.