Polar macabre en pays aztèque

Le Serpent et la Lance, acte 1 : Ombre-Montagne © Hub (Delcourt)

Quand Seven rencontre Les Mystérieuses Cités d’or, cela donne Le Serpent et la Lance. Le premier tome fascinant d’une trilogie ambitieuse et maîtrisée se déroulant dans l’Amérique précolombienne.

Empire aztèque, 1454. Alors qu’une terrible famine fait rage, des momies de fillettes assassinées sont retrouvées aux quatre coins du pays. Les autorités, ne souhaitant pas ébruiter l’affaire, confient l’enquête à Serpent, haut fonctionnaire cruel né difforme et sans bras. Un prêtre influent, Cozatl, dont l’ordre est menacé par une série d’indices, appelle à l’aide son vieil ami Œil-Lance. Curieusement, les trois protagonistes sont liés par un passé commun : ils furent tous les élèves du grand maître Ombre-Montagne…

Difficile de ne pas être impressionné par cette œuvre consistante, qui n’est d’ailleurs que le premier tome d’une trilogie à venir. S’il faut tout de même quelques pages pour rentrer dans l’histoire, après un prélude très mystérieux montrant trois naissances dans un contexte de sacrifices humains destinés à vaincre la famine affectant l’Empire aztèque*, les éléments disparates de ce puzzle introductif vont se recouper assez vite. Il faut dire que la narration est assez complexe, avec nombre de personnages et de lieux aux noms imprononçables. Mais à l’évidence, le lecteur est vite happé par cette intrigue qui fascine d’autant plus qu’elle se déroule dans un contexte temporel et géographique peu connu, puisqu’il se situe quelque cinquante années avant l’arrivée des « conquistadors ». Par la suite on le sait, la culture et le peuple aztèques seront anéantis par une funeste conjonction des épidémies et de la puissance de feu de l’envahisseur espagnol.

Hub, qui se dit fasciné depuis l’enfance par cette civilisation, a très logiquement maîtrisé son sujet. C’est ainsi que l’auteur de Okko s’est lancé dans une reconstitution très poussée — avec moult termes en langue aztèque — de cet empire jadis florissant pour déployer une approche tout à fait atypique : mêler la vérité historique sur une civilisation éloignée dans le temps et peu familière pour l’Occidental moyen, à un genre narratif on ne peut plus actuel et très populaire : le thriller. Un parti pris susceptible de choquer les puristes mais qui fonctionne parfaitement, du fait peut-être qu’à l’évidence, un thriller ne peut que s’accommoder de cette culture qui parfois pratiquait, dans le but de satisfaire les dieux, des sacrifices humains sanglants à une cadence dantesque… Bien sûr, le talent de Hub y est pour beaucoup, et il en fallait pour rendre lisible cette intrigue aux multiples intrications.

Et bien évidemment, son talent ne s’arrête pas à la narration, puisque d’un point de vue graphique, on ne peut être qu’époustouflé par son trait riche et nerveux, précis et expressif, qui redonne un sacré coup de jeune au style franco-belge. Du grand art. L’atmosphère lourde et tendue est renforcée par la colorisation à la fois chatoyante et sombre de Li, laquelle correspond bien à cet univers vivant chargé de violence volcanique. D’ailleurs, et ce sera l’un des rares bémols dans cette chronique, certaines planches apparaissent exagérément foncées sans que l’on sache si c’est vraiment voulu ou s’il s’agit d’un défaut de l’impression, rendant la lecture parfois difficile.

Alors bien sûr, le lecteur, séduit par ce premier volet introductif qui globalement ne fait que poser les bases d’un récit haut en couleurs, attendra avec impatience la suite de la trilogie pour se prononcer définitivement. Mais cet « acte 1 » laisse augurer du meilleur pour une œuvre très ambitieuse, pas encore tout à fait culte mais promise à un beau succès.

*l’Empire aztèque a pris naissance dans ce qui est devenu aujourd’hui le Mexique

Le Serpent et la Lance, Acte 1 : Ombre-Montagne
Scénario & dessin : Hub
(avec l’aide d’Emmanuel Michalak pour le storyboard)
Couleur : Li
Editeur : Delcourt
184 pages – 24,95 €
Parution : 20 novembre 2019

Extrait p.25 – Alors que l’inauguration du Templo Mayor de Tenochtitlan approche le sage Tilitanca s’adresse au roi-prêtre Tlacaelel :

« Derrière les murs robustes de ce palais, au moment même où nous tenons conseil, se joue la destinée de notre peuple. Nombreux sont nos artisans qui s’échinent pour finir à temps les fastueux travaux entrepris sous votre égide.

Prochainement, les plus importants dignitaires du reste de l’empire viendront se prosterner devant la magnificence du nouveau grand temple. Ce joyau se dressera vers le ciel, plus haut et plus beau que jamais.

Nombreux aussi sont nos guerriers qui combattent au côté de notre nouvel empereur, Ahuizotl. Ils collectent les futurs prisonniers que prochainement nous offrirons à nos dieux. Nos prisons en sont pleines. Jour et nuit, nos prêtres officieront… jamais l’eau précieuse n’aura autant coulé, jamais !

Croyez-moi, vénérable Tlacaelel, ces quelques jours feront à tout jamais date dans l’histoire de notre peuple. Je vous le demande donc humblement… vous qui êtes le principal artisan de ces grands travaux, plutôt que de vous préoccuper de ces quelques momies desséchées, ne serait-il pas plus légitime que vous soyez au-dehors à diriger leurs chantiers ? »

Le Serpent et la Lance, acte 1 : Ombre-Montagne © Hub (Delcourt)

Image | Cet article, publié dans Histoire, Polar/Thriller, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.