Faut-il se perdre pour mieux se retrouver ?

Chroniques de l'île perdue – Loïc Clément & Anne Montel

Chroniques de l’île perdue © 2018 Loïc Clément & Anne Montel (Soleil)

Sacha et Charlie, deux jeunes frères, font une croisière avec leurs parents. Au plus fort d’une tempête, le bateau sombre et Sacha se réveille seul sur une plage déserte. Celui-ci va vite découvrir que l’île où il a échoué est peuplée de créatures fantasmagoriques. Quant à son cadet Charlie, il sera recueilli par la jeune Rose dans une contrée enneigée où ils devront se défendre contre une horde de loups maléfiques. Les deux frères pourront-ils se retrouver ?

Fidèle à elle-même, la collection Métamorphose nous propose un bel objet éditorial. Une fois encore, les auteurs et leur travail sont superbement mis en valeur. La dessinatrice Anne Montel et le scénariste Loïc Clément n’en sont pas à leur première collaboration, tous deux étant spécialisés dans les livres jeunesse.

vec ces Chroniques de l’île perdue, le duo traite des relations complexes qui peuvent exister entre un petit frère et son aîné. Et incontestablement il y a ici comme un petit air de vécu doublé d’une sincérité dans le propos. Pour raconter l’histoire de ces deux frères séparés par une tempête, les auteurs sont allés prospecter dans les recoins les plus enfouis de leur imaginaire poétique débridé, en jouant sur le contraste et les effets de miroir. D’un côté, il y a Sacha, le grand frère, qui se retrouve sur une île tropical accueillante (du moins au début), et de l’autre, Charlie, le petit frère, propulsé dans un univers sombre et hivernal, sous la menace constante de « loups-cauchemars », terrifiantes émanations noires et belliqueuses. Charlie va tenter de survivre dans ce monde hostile sous la protection d’une jeune fille, Rose, la confidente que son frère ainé n’a pas su être… Quant à Sacha, les souvenirs de son jeune frère vont lui revenir à l’esprit, non sans une certaine culpabilité, car en effet, il n’a pas été toujours tendre avec Charlie… Sa culpabilité croissante sera alimentée par les étranges entités peuplant l’île (notamment les trois Moaïs et les Doudous). Au fil de l’histoire, celles-ci se montreront de plus en plus malveillantes et agressives, renforçant chez Sacha le désir croissant de retrouver son frère, qu’il a l’impression d’avoir abandonné…

A l’image du récit, l’univers graphique d’Anne Montel est foisonnant, compensant d’une certaine manière un trait en « pattes-de-mouches » enfantin et schématique, mais on sent chez celle-ci la volonté de bien faire, notamment par une colorisation à l’aquarelle très soignée.

Cette production, qui s’adresse donc au jeune public sans les prendre pour des crétins, est loin d’être inintéressante et pourtant, on ne ressort pas réellement conquis…Cette dernière aurait-elle les défauts de ses qualités ? Si les auteurs ont laissé libre court à leur fantaisie, tant dans la narration que dans le dessin, le lecteur pourrait toutefois ressentir une certaine lassitude vis-à-vis de ce trop-plein visuel et ces circonvolutions scénaristiques qui empèsent le récit, au final trop complexe pour être réellement marquant. L’objet, qui reste tout de même une œuvre très personnelle, aurait mérité un élagage à la fois sur la forme et sur le fond.

Chroniques de l’île perdue
Scénario : Loïc Clément
Dessin : Anne Montel
Éditeur : Soleil
Collection : Métamorphose
112 pages – 18,95 €
Parution : 26 septembre 2018

Extrait p.3-4 – Sacha raconte le naufrage du bateau lors duquel il a perdu son frère et ses parents :

« Je suis Sacha. Je ne voulais pas faire cette croisière avec mes parents et mon frère. Eux passent leur temps à se disputer, et lui m’agace. Charlie, c’est le gentil petit chouchou qui se met là où on lui dit de se mettre et qui obéit à tout ce qu’on lui demande. A cause de lui, on ne voit que mes défauts. Comme il brille en classe, mes quelques bonnes notes sont éclipsées. Comme il est sage, on me prend pour un vrai petit démon.

On nous a collé à chacun une étiquette pour la vie, et quoi que je fasse, il y aura toujours le si mignon Charlie. Et le trop agité Sacha, à qui on ne peut jamais faire confiance. Ils ont raison, je devais surveiller mon petit frère et j’ai échoué. J’ai échoué.

Tout cela n’aura bientôt plus d’importance, car mes yeux se ferment tout seuls. Je manque d’air. Après la fureur et le bruit, il ne reste que le silence. Charlie, où es-tu ? Je sombre. »

Chroniques de l’île perdue © 2018 Loïc Clément & Anne Montel (Soleil)

Publicités
Cet article, publié dans Aventure, Fantastique, Jeunesse, Nouveautés, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s