Mélaka : « Je suis athée à 1000 %. Pour moi, c’est beaucoup moins angoissant de se dire que quand on meurt : c’est fini, on éteint la lumière, il n’y a plus rien ! »

[Interview] Trois ans après la mort de sa mère, l’écrivaine Gudule, Mélaka relate sa maladie dans une bande dessinée poignante. Ayant délaissé temporairement son petit village du Sud-Ouest où elle vit depuis dix ans, l’auteure revient sur cette période douloureuse évoquée dans Sous les bouclettes, durant laquelle sa mère est devenue progressivement prisonnière de son propre corps.  Lire la suite

L’interview vidéo :

 

Propos recueillis le 27 avril 2018 à Paris par Laurent Proudhon.

Publicités
Cet article, publié dans Interviews, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s