Splendeur et lassitude

l-heritage-d-emilie

L’Héritage d’Émilie © 2002-2008 Florence Magnin (Dargaud)

Paris, les Années folles. Émilie, danseuse au Moulin rouge payée au lance-pierre, apprend qu’elle vient d’hériter d’un manoir irlandais d’un aïeul disparu il y a plus de cent ans dans des conditions mystérieuses, après s’être enrichi grâce à sa découverte du trésor de la Reine Morte. La jeune femme décidera de se rendre sur place elle-même malgré les conseils du notaire. Mais qui est cet étrange vieillard qui a engagé une équipe pour la faire suivre ? Peu à peu, Émilie va prendre conscience que le château et son domaine sont au cœur d’un incroyable enjeu…

l-heritage-d-emilieFlorence Magnin est sûre de son talent, et généreuse aussi. Du coup, elle se surpasse et nous en met plein les mirettes avec ses univers merveilleux, et c’est vraiment très agréable à regarder. Si le dessin n’a rien d’exceptionnel tout en restant agréable, sa virtuosité en matière d’aquarelle produit un résultat véritablement féérique. Mais une telle démonstration finit par avoir les défauts de ses qualités, l’auteur veut tellement donner qu’elle a tendance à partir un peu dans tous les sens, égarant le lecteur avec un scénario parfois confus et lourdaud, avec moult allers-retours temporels, où des mondes fantastiques s’entrecroisent jusqu’à frôler le kitsch grotesque d’une fête foraine, dans un genre de Grand Huit à vous filer la nausée : On passe de Star Wars au Nom de la rose, en passant par Le Seigneur des anneaux, Dracula, Les Aventuriers de l’arche perdue, Voyage au centre de la Terre, et Alien version plante carnivore… Du coup, on en vient à regretter la simplicité de L’Autre monde, qui avec un univers « unique » (et tout aussi enchanteur) mais surtout plus cohérent, suffisait à nous faire rêver.

Il n’y a toutefois pas lieu de cracher dans la soupe, et cet « Héritage » est plutôt de bonne tenue, mais d’après moi l’histoire tend à s’essouffler tout au long de ces cinq tomes ambitieux, se diluant dans une sorte de rêve éveillé où le scénario frôle la surcharge, privé de rebondissements assez forts pour nous tenir en haleine. Je reste donc mitigé, car d’un côté je trouve qu’on ne peut que ressentir de l’émerveillement mais de l’autre, l’intrigue parfois poussive a provoqué chez moi quelques bâillements… Impossible du coup de dire si un tome est meilleur qu’un autre… (mai 2012)

L’Héritage d’Émilie (série en 5 tomes)
Scénario & dessin : Florence Magnin
Editeur : Dargaud
48 pages – 13,99 € par tome
Parution : de janvier 2002 à juin 2008

Publicités
Cet article a été publié dans Contes et légendes, Fantastique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s