Grillades et mikado

Petites coupures à Shioguni

Petites coupures à Shioguni © 2014 Florent Chavouet (Editions Philippe Picquier)

Ce polar graphique se présente comme une virée nocturne dans les rues étroites d’une ville japonaise. L’histoire, qui commence par l’agression d’un restaurateur, Kenji, par des yakuzas, sera l’occasion de faire connaissance avec une galerie de losers noctambules. Doté d’une narration déstructurée à la mise en page très libre et aux couleurs à la fois sombres et chatoyantes, cet ouvrage-puzzle plaira peut-être aux amateurs d’enquêtes policières épineuses.

petites-coupures-a-shioguniQue voilà un curieux objet graphique ! Difficilement identifiable, il l’est, et c’est cette originalité qui attire l’œil. La mise en page est totalement libre, alternant pleines pages, gaufriers, avec ou sans cases, et feuilles tirées du carnet de bord (annotations comprises) de l’enquêteur, dont on ne sait jamais bien qui il est, mais sert au moins à rappeler qu’on est bien dans un polar. Le dessin semi-réaliste de Florent Chavouet et le traitement de la couleur se conjuguent à merveille pour rendre de splendides ambiances urbaines et nocturnes au Pays du soleil levant, à la fois sombres et chamarrées. Un vrai plaisir des yeux !

Il n’en va pas tout à fait de même pour la lecture, et c’est une vraie déception ! La déstructuration de la mise en page semble s’être répercutée sur la narration, et malgré les efforts perceptibles de l’auteur en faveur d’une certaine fluidité, le lecteur est souvent obligé – moi en tous cas – de revenir quelques pages en arrière pour ne pas se perdre, d’autant que la multiplication des noms japonais ne facilite pas toujours la tâche. De même le choix d’une police de caractères sans doute un peu trop stylisée n’est pas réellement justifié, et ne fait que renforcer ce manque de fluidité. La concentration est donc requise au risque de devoir effectuer une seconde lecture ou alors carrément d’abandonner en cours de route. De plus, l’histoire n’est pas franchement palpitante, et ce ne sont pas ces personnages dépourvus de caractère qui vont sauver la mise.

Pour résumer, Petites Coupures à Shioguni se caractérise par un graphisme splendide hélas lesté d’un scénario assez banal et trop fouillis. On aurait été en droit d’en attendre plus de la part du Prix polar d’Angoulême 2015 !

Petites coupures à Shioguni
Scénario & dessin : Florent Chavouet
Editeur : Éditions Philippe Picquier
184 pages –  21,50 €
Parution : 20 novembre 2014

Angoulême 2015 : Fauve Polar

Publicités
Cet article, publié dans Polar/Thriller, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s