Les bleus des superhéros

watchmen

Watchmen – Les Gardiens © 1998 Alan Moore & Dave Gibbons (Delcourt)

New York, 1985. Alors qu’une guerre nucléaire menace d’éclater, les Watchmen – un groupe de super héros justicier mis hors la loi quelques années plus tôt – reviennent sous les feux de l’actualité par les pages de faits divers. Edward Blake, alias le Comédien, a été assassiné… C’est le début du terrible soupçon qui pousse Rorschach, le détective psychotique en imper et chapeau mou, à avertir ses anciens partenaires, le Hibou, ancien justicier devenu bedonnant, Ozymandias, l’industriel le plus intelligent du monde, Dr Manhattan, l’homme bleu… L’alerte est donnée : « il y a un tueur de masques après nous ! » Alors, tandis que les aiguilles se rapprochent inexorablement de minuit, commence une traque sans pitié où chacun apportera sa pièce du puzzle, pour révéler peu à peu l’inimaginable vérité…

watchmenChef d’œuvre majeur de la BD. Comme le Canada Dry™, ce n’est pas tout à fait malgré les apparences une histoire classique de super-héros. C’est bien plus que ça, il s’agit là d’une œuvre littéraire et graphique où les couleurs crues et flashy ne servent qu’à tromper l’ennemi. Une œuvre d’une richesse incroyable, avec un scénario béton et une atmosphère unique, qui se déguste et se relit ad vitam æternam, chaque détail y a son importance, chaque personnage secondaire n’est pas si secondaire que ça, chaque plan ou arrière-plan, chaque détail nous dit quelque chose.

Dans cette histoire, les « super-héros » sont quelque peu sur le retour (oui, ils ont du bide !) et ne sont pas comme on pourrait le croire l’incarnation du bien censé lutter contre le mal, ils ont leurs doutes et leurs faiblesses, et ne sont pas réellement des enfants de chœur. Les frontières entre « bons » et « méchants » sont brouillées, W. Bush en perdrait son parler texan s’il devait s’imposer cette lecture. Oui, il n’est pas si simple de vouloir « sauver le monde » à notre époque (il s’agit bien de notre époque !) tellement cynique et gouvernée par l’instinct de mort. Conçue avant la chute du mur de Berlin, à un moment où l’on parlait encore de guerre froide, Watchmen – Les Gardiens ont conservé toute leur actualité, car si l’équilibre de la terreur n’est plus, on se rend compte que notre monde actuel est rempli d’incertitudes, baignant dans un chaos politique, économique et écologique dont nul ne connaît l’issue (ou ne veut la connaître…).

Il faut lire les Watchmen et les hisser très haut dans sa bibliothèque. Avant que la BD ne soit transposée au cinéma par Zack Snyder, j’avais quelques craintes, et j’ai été plutôt soulagé de constater que le réalisateur n’avait pas trahi l’esprit de ce diamant pur.

Watchmen – Les Gardiens (Intégrale)
Scénario : Alan Moore
Dessin : Dave Gibbons
Editeur : Delcourt
394 pages –  45 €
Parution : novembre 1998

⊗ Adaptation au cinéma : Watchmen – Les Gardiens (2009), de Zack Snyder, avec Jackie Earle Hale, Patrick Wilson, Malin Akerman, Matthew Good, Billy Crudup, Jeffrey Dean Morgan

Eisner Award 1988 : Best Finite Series/Limited Series & Best Graphic Album
Angoulême 1989 : Alph-Art du meilleur album étranger

Publicités
Cet article, publié dans Science-fiction, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s