Un portrait entre clair et obscur

Rembrandt BD

Rembrandt © 2015 Typex (Casterman)

Cette biographie haute en couleurs évoque Rembrandt van Rijn, de ses débuts au crépuscule de sa vie. Ce bon vivant extravagant dont la conduite choquait l’Eglise et la bourgeoisie n’aimait guère se plier aux convenances. Malgré sa renommée internationale, le maître hollandais mourut dans la misère, durement éprouvé par la mort de ses proches.

rembrandtDécidément, la biographie des personnages célèbres semble de plus en plus devenir un genre à part entière dans la bande dessinée, notamment celle des grands peintres. Parmi les plus récentes, Le Caravage par Milo Manara, Dali par Baudoin, et puis Egon Schiele, Munch, Frida Kahlo, Gauguin, Modigliani… Pour cette biographie de Rembrandt, la deuxième publiée par Casterman après celle des frères Deprez en 2008, l’éditeur n’a pas lésiné sur les moyens. Le tirage est tout simplement splendide, luxueux même : reliure à l’ancienne, aspect vieilli, embossage, incrustation dorée, dos rond simili cuir, cahier de croquis… Le tout pour un prix relativement abordable. Reste à voir si le contenu est à la hauteur…

Hollandais tout comme Rembrandt, Typex, alias Raymond Koot, a mis cinq ans pour réaliser cette œuvre de commande du Rijksmuseum. Quasiment inconnu dans le monde du 9ème art, Typex est issu du courant alternatif de la BD et de l’illustration, et cette production va sans doute le faire accéder à la reconnaissance internationale. L’auteur n’a pas cherché à imiter l’art du maître flamand, ni même à se plier à un académisme de circonstance, aussi bien dans le dessin que dans la narration, au risque de désorienter le lecteur. Son trait un rien désuet semble mû par une liberté totale, tout en mouvement, alternant entre l’esquisse la plus rudimentaire et les scènes plus détaillées, grouillantes de vies et de personnages, où prime un grotesque rabelaisien. Ces derniers rappellent par leurs attitudes et leurs expressions le style du célèbre caricaturiste Daumier. Pour la couleur, Typex a judicieusement opté pour des tonalités sobres à dominante brune pour évoquer l’Amsterdam du XVIIe siècle.

De ce portrait atypique mais non dénué de charme ressort un personnage bougon, excentrique mais attachant, authentique, sans concessions et entièrement voué à son art. Rembrandt risque toutefois de diviser la critique et le public bédéphiles. Plus clairement, ceux qui prendront cet ouvrage pour ce qu’il est, à savoir une évocation déstructurée de la vie du peintre, seront certainement mieux à même de l’apprécier que ceux qui aiment les histoires bien racontées.

Pour ma part, je reste mitigé et n’ai jamais été ni vraiment captivé ni touché par cette production que j’ai trouvé passablement brouillonne, tant sur le plan du dessin que du récit. Il s’en dégage une impression d’improvisation et de bâclage. Certains passages sont littéralement incompréhensibles pour le quidam non averti. Et c’est bien dommage car Typex a du talent, incontestablement, mais tout talentueux soit-il, il ne semble pas avoir donné ici le meilleur de lui-même. Peut-être aurait-il dû tout simplement s’adjoindre les services d’un scénariste…

Rembrandt
Scénario & dessin : Typex
Editeur : Casterman
264 pages –  25 €
Parution : 6 mai 2015

Publicités
Cet article, publié dans Artistique, Biographie, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s