Un rêve noir comme l’espoir

Black Hole

Black Hole © 1998-2006 Charles Burns (Delcourt)

Quelque part dans l’Amérique contemporaine, un groupe de teenagers paumés tentent d’oublier leur désespérance dans l’alcool et la drogue, ayant trouvé refuge dans un lieu à la marge du monde réel, à la fois protégé par les arbres et souillé par les déchets de la civilisation. Ces ados apparaissent comme des mutants, tous sont atteints du même mal se manifestant par des difformités plus ou moins visibles…

black-holeCette BD à la noirceur incandescente est davantage une chronique qu’une histoire au scénario bien découpé, dans un style oscillant entre le fantastique poétique et le roman graphique, avec pour cadre une zone résidentielle typiquement américaine puant l’ennui, terreau idéal des légendes urbaines. Il s’agit d’une évocation du mal-être d’une jeunesse américaine marginale et déboussolée, portant les germes d’une révolte face à un monde lisse en surface, celui de la réussite et des classes moyennes « biens sous tous rapports ». Cela pourrait dans une certaine mesure se passer en Europe, même si on voit bien que l’auteur vise surtout le système US hyper-conformiste refoulant l’échec social, véritable fabrique à parias. C’est d’une étrangeté absolue, cela pourra apparaître déroutant voire rebutant pour certains, mais le monde tel qu’il est n’est-il pas lui-même étrange ?

Le dessin en noir et blanc, ou pour être plus exact « en noir avec un peu de blanc », traduit bien la tension et le spleen qui parcourt le récit. Son style au graphisme extrêmement soigné est d’une beauté vénéneuse. J’aurais un seul reproche concernant les quelques longueurs dans la narration, et j’ai eu parfois tendance à confondre certains personnages, mais cela n’empêche en rien la fascination ressentie face à des images et une ambiance hors du commun.

Ainsi, Burns sait parfaitement distiller le malaise, certaines cases ont un très fort pouvoir de persistance rétinienne, c’est très âpre, très psyché-punk, et il faut avoir le cœur bien accroché, mais le voyage en vaut la peine, ne serait-ce que pour la fin qui est magnifique. Une lecture ne suffit certainement pas, tant le récit semble contenir des références plus ou moins cachées.

Black Hole (Intégrale des 6 tomes)
Scénario & dessin : Charles Burns
Editeur : Delcourt
Collection : Contrebande
300 pages –  29,95 €
Parution : 08 Novembre 2006
(les 6 tomes sont parus individuellement entre 1998 et 2005)

Angoulême 2007 : Album « Essentiel »
Eisner Award 2006 : Best Graphic Album: Reprint

Publicités
Cet article, publié dans Fantastique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s