Le ballet de la vie

Polina

Polina © 2011 Bastien Vivès (Casterman/KSTR)

Dans son école de danse en Russie, la jeune Polina a très vite été remarquée pour son talent. Mais ses professeurs ne lui font pas de cadeau pour autant et le découragement peut vite gagner. Il va lui falloir s’accrocher et faire preuve de courage pour espérer un jour toucher les étoiles…

polinaAyant vu que la BD avait été récompensée par plusieurs prix, il me fallait voir de quoi il retournait. Et je l’avoue, en feuilletant Polina avant lecture, ce trait noir et blanc en apparence très sommaire me laissait dubitatif. Mais après avoir tourné quelques pages, la magie a opéré. Ce trait fin et parfois épais dans les contours, mal fagoté en apparence, vient rapidement accorder sa fragilité avec le monde de la danse tout en révélant son sens impressionnant du mouvement. Souvent le minimalisme est poussé à l’extrême. Les décors deviennent secondaires, parfois inexistants, parfois représentés juste par une porte en trois coups de crayon pour situer l’espace. Non, ici, c’est la danse qui prime, le mouvement.

L’histoire elle-même se mue en une sorte de ballet où seuls les corps, les poses et les attitudes comptent. Et c’est tellement bien vu qu’on se laisse emporter, grâce aussi à un scénario bien dompté, subtil et intelligent, où il ne se passe rien d’extraordinaire mais qui réussit à nous accrocher. Cette petite Polina toute gracile nous émeut face à ces professeurs impitoyables et légèrement sadiques qui ne semblent pas disposés à la tirer vers le haut, du moins c’est l’impression qu’ils donnent, mais il semblerait que la méthode ait fait ses preuves… . Une fois adulte, Polina réussira toutefois à tracer sa route grâce à un coup de pouce du destin, tout juste après être sortie d’une rupture amoureuse difficile.

Une très belle réussite donc que ce Polina, bel hommage à un art envoûtant, qui m’aura permis de découvrir Bastien Vivès, auteur de talent avec déjà une dizaine d’ouvrages à son actif.

Polina
Scénario et dessin : Bastien Vivès
Editeur : Casterman
Collection : KSTR
210 pages –  18 €
Parution : 9 mars 2011

Grand Prix de la Critique ABCD 2012
Prix Canal BD 2011

Publicités
Cet article, publié dans Société/Chroniques sociales, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s