Les mirifiques madeleines de Ricardo Leite

À la recherche du Tintin perdu © 2022 Ricardo Leite (Éditions Sépia)

Temps de lecture ≈ 2 mn

Cette autobiographie en forme d’hommage à Hergé et à la bande dessinée franco-belge fait tout doucement son trou sur les étals des libraires, et c’est une bonne nouvelle. Les adjectifs ne manquent pas pour qualifier cette œuvre : monumentale, passionnée, nostalgique, intime, émouvante, onirique, encyclopédique, renversante…

À travers cet hommage au neuvième art et plus particulièrement à Hergé, qu’il avait toujours rêvé de rencontrer, Ricardo Leite déroule le fil de sa vie, depuis l’enfance où il découvrait avec émerveillement les illustrés brésiliens jusqu’à ces dernières années où il décida, après plusieurs décennies de renoncement, de livrer son autobiographie dessinée dans un ouvrage dense et spectaculaire.

L’histoire de Ricardo Leite ressemble à une suite de rendez-vous manqués et d’opportunités gâchées. Tout d’abord avec Hergé, qu’il faillit rencontrer en 1971 alors qu’il avait 14 ans, mais les circonstances en décidèrent autrement. Ensuite, ce fut quelques années plus tard avec les éditeurs français lors d’un séjour à Paris, que l’auteur brésilien subit une amère déception. Ceux-ci (notamment Métal Hurlant) appréciaient son dessin, mais ses histoires ne rentraient pas dans leur ligne éditoriale. Quelque peu échaudé, celui qui rêvait d’entamer une carrière de bédéiste fit une croix sur ses rêves d’enfant et reporta, avec un certain succès, ses talents sur l’illustration en produisant des centaines de pochettes de disques pour des artistes brésiliens.

Mais c’était sans compter sur le démon de la BD qui revint lui chatouiller le pinceau au détour des années 2010. Le déclic se produit lors d’un séjour à Bruxelles où il put visiter le musée consacré à son maître. « Par-delà le temps et l’espace », Hergé lui demande de raconter son histoire. Il n’en fallut pas plus pour motiver Ricardo, mais le projet dura dix ans, soit beaucoup plus que ce qu’il avait prévu. Et quand on voit l’ampleur de l’ouvrage, on comprend qu’il n’aurait pu se faire en un jour…

Rien qu’en feuilletant quelques pages, on est subjugué par le talent graphique de l’homme et on se demande pourquoi le monde du neuvième art n’a pas su mieux dorloter cet artiste. Dans un style hyper réaliste au noir et blanc très maîtrisé, qui évoquerait une sorte de Schuiten psychédélique et tourmenté, l’auteur désormais sexagénaire nous offre une œuvre monumentale extrêmement personnelle où il se met en scène et se dévoile sans faux semblants, se met totalement à nu, expose ses blessures toujours vivaces, ses angoisses et ses questionnements, de façon très touchante. Le réalisme et la précision de son trait ne l’empêchent pas de déployer un onirisme à couper le souffle, avec mille et une références allant du pionnier Winsor Mc Cay (et son Little Nemo) à Moebius en passant par Magritte, le maître belge du surréalisme.

Le propos respire l’urgence, et Ricardo Leite donne ici le sentiment d’avoir voulu rattraper le temps perdu, en allusion au titre proustien. Le livre semble contenir toute la vie et les états d’âme de son auteur. Mélange complexe d’intimité et d’érudition, À la recherche du tintin perdu scelle la rencontre entre Ricardo l’enfant et Ricardo l’adulte, ce dernier réalisant que l’horloge tourne de plus en plus vite…Par ses aspects encyclopédiques, nul doute que l’ouvrage ravira les plus historiens d’entre nous. L’auteur y détaille ses premières amours de bédéphile (les « Histórias en quadrinhos » brésiliennes, calquées sur les comics US), sa découverte de la bande dessinée européenne (Astérix, Lucky Luke, etc.) puis l’arrivée d’une production plus adulte (Hugo Pratt, Moebius/Giraud, Liberatore, Art Spiegelman…). Il évoque également la bande dessinée sud-américaine (notamment celle d’Argentine et bien sûr de son Brésil natal, des pays pour lesquels la passion pour le neuvième art ne date pas d’hier) qui renferme un vivier d’auteurs très actifs. Voyage temporel autant que géographique, l’ouvrage nous emmène, en dehors de la capitale belge, vers la ville italienne de Lucca, qui abrite le plus ancien festival de BD du monde et bien sûr Angoulême, ce qui achèvera de combler les lecteurs les plus bédéphiles.

À la recherche du Tintin perdu © 2022 Ricardo Leite (Éditions Sépia)

On pourra toutefois légitimement se demander comment, dans son approche aussi érudite, l’auteur fait totalement l’impasse sur l’autre grand foyer de la BD qu’est l’Asie, principalement le Japon. C’est sans doute cet élément qui retire à l’ouvrage son caractère universel, lequel s’avère davantage une œuvre de passionné réalisée avec le cœur, celui d’un fan un brin candide, d’une subjectivité assumée. De même, cet aspect exhaustif impressionnant par sa consistance pourra effrayer les amateurs de lectures plus légères mais ne saura laisser indifférents les connaisseurs. Reste à savoir si cet auteur, après un tel exploit éditorial, a d’autres projets en tête et si ce livre fera office de tremplin. C’est bien sûr tout le « mal » qu’on peut lui souhaiter…

Terminons cette chronique en précisant que, de façon très ironique, comme si le titre  l’avait anticipé, les personnages de Tintin et Haddock qui apparaissaient sur la couverture originale, en train de descendre les escaliers de la fresque murale derrière l’auteur, ont dû être effacés à la demande des Éditions Moulinsart, de même que la collection Zoom sur Hergé a dû être rebaptisée sans la mention d’Hergé, remplacée par un dessin de l’auteur belge dans le livre. Et pourtant, cette fresque existe bel et bien, puisqu’elle se trouve à Bruxelles, dans la rue de l’Étuve. Si les héritiers de l’œuvre d’Hergé s’évertuent à mettre Tintin sous cloche pour des questions bassement pécuniaires, le reporter à la houppe semble toujours vouloir s’en échapper, inlassablement… Un héros digne de ce nom ne capitule jamais, mille milliards de mille sabords !

À la recherche du Tintin perdu
Titre original : Em Busca do Tintin perdido
Scénario & dessin : Ricardo Leite
Editeur : Sépia
220 pages – 25 €
Parution : 23 novembre 2022

Extrait p.79 – Dans son rêve, Ricardo se réveille dans son lit, secoué de toutes parts, tandis que Little Nemo apparaît à ses côtés et que le lit s’élève dans les airs :

Ricardo — Où sommes-nous ?
Nemo — Dans un lieu qui n’existe qu’en toi.
Ricardo — C’est très haut ! J’ai le vertige !!!
Nemo — Reste calme. Souviens-toi que tu es sur ton lit et encore bien vivant.
Ricardo — C’est peut-être ça mon plus grand problème…
Nemo — D’être vivant ? Ton problème, c’est de ne pas savoir si tes rêves sont toujours vivants.
Ricardo — Mon problème est de n’être pas certain d’avoir encore le temps de les vivre.
Nemo — Mais la chronologie importe peu. La vie est mesurée en bons moments. Et, s’ils ont été vécus plus tôt ou plus tard, ça n’a pas d’importance. Tu devrais te demander si, quand tu regardes en toi, tu peux encore ignorer tes rêves.
Ricardo — Le temps change les choses.
Nemo — Non, mon cher, les attitudes changent les choses… Souviens-toi : ici, c’est toi qui contrôles la situation. Passé, présent ou futur dépendent de la mise en page.
Ricardo — Je tombe !
Nemo — Et le temps réel n’existe pas dans les bandes dessinées. Si le lecteur intervertit l’ordre de lectures des cases…
Ricardo — Au secours !
Nemo — Regarde : j’ai été créé en 1905 et j’existe toujours dans ton livre. Tu retourneras vers la sécurité de ce lit ?
[Ricardo, après une chute interminable dans le vide, vient d’atterrir dans son lit, éberlué]
Ricardo — C’est de la folie !
Nemo — Peut-être ! Après tout, je n’existe pas réellement. Je n’existe que dans ton imagination ou dans les espaces entre les cases que tu n’as même pas encore dessinées.

À la recherche du Tintin perdu © 2022 Ricardo Leite (Éditions Sépia)
À la recherche du Tintin perdu © 2022 Ricardo Leite (Éditions Sépia)
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.