Ma prison va craquer !

Prison © 2022 Fabrice Rinaudo, Anne Royant & Sylvain Dorange (La Boîte à Bulles)

Temps de lecture ≈ 1 mn 30

Si l’enfer existe en France, c’est dans ses prisons qu’on le trouve. On sait gré aux auteurs de donner un coup de projecteur sur une réalité épouvantable au cœur de la « Patrie des Droits de l’Homme ».

La situation dans les prisons françaises est intenable, et cela n’est pas vraiment nouveau. La France a été condamnée à plusieurs reprises par la Cour des droits de l’homme pour l’indignité des conditions de détention. Ce récit-témoignage contribue à mettre en lumière de façon édifiante comment les institutions, plutôt que de contribuer à la réinsertion des prisonniers, préfèrent les laisser croupir entre leurs sales murs.

Si la bande dessinée a abordé quelquefois — trop rarement sans doute — le thème de la prison en France, rares sont les ouvrages qui l’ont fait dans une telle optique de dénonciation, hormis peut-être celle signée par Tignous en 2015, Murs Murs – La vie plus forte que les barreaux (Glénat). Résultat d’une enquête fouillée, ce documentaire nous montre que la prison dans la patrie des droits de l’Homme est loin d’être une cage dorée comme certains se plaisent à le croire. Les auteurs ont pu pénétrer dans un centre carcéral – dont on ne sait rien pour les raisons que l’on peut comprendre mais on peut aisément imaginer que ce n’est pas une exception — pour y recueillir le témoignage d’un détenu condamné à « perpète ». Son crime : avoir « délivré » son fils qui souffrait atrocement d’une maladie orpheline. Mais cela est un autre sujet…

Cet homme a ainsi consigné les histoires de ses co-détenus, dont certains ont mis fin à leur jour, traduisant les conditions de vie indignes dans ces lieux dont la seule fonction est censée être la privation de liberté. Mais dans les faits, la peine va bien au-delà. La prison en France est gangrenée de mille maux qui ne font que maintenir sous l’eau la tête des détenus : violence, drogue, surpopulation, saleté (avec présence de rats et de cafards dans les cellules), désinvolture des soignants sur place vis-à-vis des malades, suicides à répétition, troubles psychiques… l’enfer silencieux derrière les barreaux…

Sans parler des sous-effectifs du personnel et des conditions de travail difficile, conduisant certains à la dépression… un triste florilège qui donne l’impression, même si on a du mal à le croire, d’avoir affaire à un portrait des prisons turques dans Midnight Express, un film datant tout de même d’il y a plus de trente ans…

« La prison est une ogresse » qui détruit les âmes et rejette l’amour en ses murs. Loin de remplir sa mission de réinsertion des détenus, elle n’est qu’une spirale infernale, qui « avale tout cru, recrache, et peut ravaler, si ça lui chante. »

Le trait élégant de Sylvain Dorange, accompagné d’Anne Royant, tente d’équilibrer le propos. Plutôt rare dans ce style de documentaire, le graphisme très soigné, bénéficiant d’une mise en couleur subtile, apporte un peu de douceur à une triste réalité. De même, les quelques touches d’onirisme, par ailleurs terrifiantes, visent à transcender l’âpreté d’un quotidien insupportable. Il n’en reste pas moins que le constat est édifiant, et qu’après une telle lecture, on ne pourra plus détourner le regard sur ce qui constitue une tâche de plus sur le buste de Marianne. Au fond, la situation décrite ici ne fait que confirmer l’absence générale de vision du pouvoir politique vis-à-vis des services publics, au même titre que la Santé, l’Éducation et tout ce qui devrait concourir à améliorer la vie de nos concitoyens.

Prison, préfacé par Rosanna Lendom, avocate attachée à la défense des droits humains et membre de la Ligue des Droits de l’Homme, qui signe également la postface, est un ouvrage salutaire pour lequel on se doit de féliciter Fabrice Rinaudo, écrivain amateur de polar dont c’est ici la première incursion en bande dessinée, ainsi que ses co-auteurs au dessin.

Prison
Scénario : Fabrice Rinaudo
Dessin : Sylvain Dorange et Anne Royant
Préface : Rosanna Lendom
Editeur : La Boîte à Bulles
80 pages – 18 € (version numérique : 4,99 €)
Parution : 12 octobre 2022

Extrait p.16 :

« Dans la hiérarchie de la taule, les héroïnomanes ne sont pas bien vus par les autres taulards.

Vic ne peut plus injecter. Il n’a pas réussi à trouver de seringue stérile. Paradoxalement, on trouve de tout en prison. Le marché parallèle est plus que florissant.

On trouve de tout et on voit de tout en prison. La prison est une ogresse.

Hassan aurait besoin de soins. Sa santé est précaire. C’est un homme qui s’exprime peu. Une sorte de pudeur. Ne pas déranger, se faire petit. Après tout, il est étranger, lui a-t-on asséné d’innombrables fois. A force, il l’a intégré. Maintenant, il est en danger. Il va mourir de ce danger. Il aurait dû être pris en charge beaucoup plus tôt, dès les premiers symptômes. »

Prison © 2022 Fabrice Rinaudo, Anne Royant & Sylvain Dorange (La Boîte à Bulles)
Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.