L’or du silence

Le Spectateur © 2021 Théo Grosjean (Éditions Soleil)

Temps de lecture ≈ 1 mn 30

Avec ce récit totalement envoûtant, Théo Grosjean, en nous mettant dans la peau d’un être muet et en apparence asocial, nous convie à l’empathie à son égard. Quant le neuvième art prend tout son sens…

Samuel n’est pas un enfant comme les autres. Pourtant, il est normalement constitué, et les docteurs le disent, il possède toutes ses facultés. Le problème avec Samuel, c’est qu’il ne parle pas et se contente de vous dévisager, sans un mot, tel un fantôme. Sa seule façon de s’exprimer, c’est par le dessin. Sa seule « passion », ce sont les corbeaux morts qu’il conserve dans des boîtes. Samuel est une énigme, et ça, ça dérange les adultes…

Un des gros atouts de ce roman graphique tout à fait singulier, c’est d’abord de réussir à nous captiver dès la scène d’ouverture, où l’on assiste à l’accouchement de Samuel. Ou plutôt, c’est Samuel qui assiste à son propre accouchement — le parti-pris du livre étant une narration en vue subjective, par les yeux du personnage —, car déjà il semble assez éveillé pour le faire, mais déjà, à peine sorti du ventre de sa mère, il inquiète. Il ne poussera aucun cri comme le fait tout nouveau-né, et fixera sa génitrice en silence, allant même jusqu’à provoquer le malaise de cette dernière.

Cet enfant étrange, spectateur muet du monde qui l’entoure et ne le comprend pas, va ainsi grandir dans une solitude froide et acceptée, sans états d’âme (Souffre-t-il ? Est-il heureux ? en colère ? Impossible de le savoir…), contrairement à l’ensemble des vivants qui préfère masquer la peur qu’elle suscite par un verbiage souvent illusoire. Samuel apparaît ainsi comme un miroir renvoyant une image de l’humanité peu reluisante. Car Samuel voit tout, et son silence semble parfois plus éloquent que n’importe quel commentaire, plus impitoyable encore. Par les réactions d’incompréhension qu’il provoque, il met à jour la mesquinerie et la cupidité des adultes, notamment celles de ce père égoïste et absent. Mais les enfants n’échappent pas pour autant à son regard, se révélant souvent odieux, voire plus cruels encore. Trois personnages semblent trouver grâce à ses yeux, les seuls à ne pas être perturbés par son silence : sa mère (qui connaîtra une fin tragique), son ami Yacine et Judith, sa camarade de classe dont il est secrètement (évidemment) amoureux, n’exprimant son amour que par les portraits qu’il fait d’elle.

Et pour revenir au parti pris narratif en vue subjective, c’est la grande originalité de l’album qui fonctionne très bien par la fascination exercée sur le lecteur. Théo Grosjean va ainsi s’amuser de notre curiosité (malsaine ?) de voir à quoi ressemble Samuel, qui, c’est certain, ne peut qu’avoir l’apparence d’un monstre ! Bon prince, l’auteur consentira à nous dévoiler dans de rares passages le visage de son « spectateur » lorsqu’il se regardera dans la glace de la salle de bains. Une sorte de jeu de miroir entre sujet et objet, puisqu’avec ce récit, il est beaucoup question de réflexions, et ce dans tous les sens du terme…

Ce conte noir nous offre donc une vision assez désabusée de l’humanité, mais comme tout conte noir, il possède une part de merveilleux. Et la très belle présentation y contribue largement. D’abord par le choix d’une palette de verts à la fois sombres et lumineux, magnifiés par le cadrage noir. Avec sa belle ligne claire simplissime, à la fois très graphique et un brin naïve, assez proche du courant alternatif U.S., Théo Grosjean nous ramène au monde de l’enfance, tout en osant quelques digressions proches de l’abstraction, qui, par contraste, nous portent vers des territoires mystérieux, quasi-métaphysiques, évoquant des organismes traversés par des formes bizarres, entre cristaux et bactéries, comme peut-être une invitation à l’introspection. Quant au corbeau de la couverture, s’il constitue la part la plus inquiétante de Samuel, il ne les tue pourtant jamais, ne faisant que les conserver dans des boîtes, comme fasciné par leur décomposition. Un simple besoin, légitime chez l’enfant mais choquant pour l’adulte, celui d’approcher le mystère de la vie et de la mort.

D’un point de vue graphique encore, on retiendra quelques scènes magnifiques, celle notamment où Yacine emmène Samuel dans un endroit secret, sur les toits du Sacré-Cœur, ou encore celle du séjour à la montagne où le même Samuel admirera les étoiles en compagnie de Judith.

Si le livre se termine de façon si incongrue qu’on ne saurait décrire ce que l’on ressent, nous laissant avec nos questionnements sur la personnalité de Samuel et ses aspirations, il faut bien convenir que des explications n’auraient été ici que pure redondance. La scène finale, très suggestive, évoque des bouts de verres brisés, ou d’un miroir peut-être, celui franchi par Samuel, lien judicieux entre rêve et réalité. Ainsi, la boucle est bouclée, et l’on referme l’ouvrage en se disant que, oui, on est infiniment reconnaissant à son auteur de nous avoir fait partager les nobles et sublimes visions de son Spectateur, au milieu des brumes obscures de la condition humaine.

On pourra juste légitimement s’interroger sur l’absence de ce titre dans la sélection officielle du FIBD. Mais heureusement, l’auteur de ces lignes entend compenser cette absence en rencontrant prochainement Théo Grosjean, qui sera présent à Angoulême.

Le Spectateur
Scénario & dessin : Théo Grosjean
Éditeur : Soleil
168 pages – 18,95 €
Parution : 14 avril 2021
Le Spectateur © 2021 Théo Grosjean (Éditions Soleil)

 

Extrait p.81 – Lors d’un séjour en montagne, Judith tombe sur Samuel lors d’une promenade nocturne dans la forêt enneigée :

Judith — Toi non plus, t’arrives pas à dormir ? La nuit est trop belle, ici, c’est fou. J’ai l’impression qu’on sent l’odeur de l’univers… Viens, je vais te montrer un truc que j’ai découvert.

[Une construction en ruine apparaît.]

Judith — Tadam ! Trop beau, non ? J’pense que ce sont les ruines d’une ancienne chapelle. Regarde derrière toi, on voit le chalet…. C’est cool de se dire que personne ne sait qu’on est ici… Je t’aime bien, Samuel. Je sais que toi aussi, tu es un fantôme.

[Judith vient de pénétrer dans la ruine.]

Judith — Bon, tu rentres ? Tu vas pas rester planté dehors, dans le froid !… Viens t’allonger à côté de moi.

[La nuit est calme et étoilée, sublime.]

Judith — J’ai du mal à regarder trop longtemps les étoiles. Au bout d’un moment, je sais plus si je suis à l’endroit ou à l’envers. J’ai l’impression que je risque de tomber dans le ciel. Ensuite… je flotterais, doucement, dans l’univers. Mon corps serait gelé. La prof de SVT a dit qu’il faisait moins deux cents degrés, là-haut… Et puis un jour, je retomberais sur Terre. La chaleur ferait fondre mon glaçon, et je m’écraserais comme une météorite… exactement là où tu es allongé.

[Et la bouche de Judith de se rapprocher…]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.