BEST OF 2021

Et HOP, c’est l’heure du TOP à Tonton Will ! Une sélection 2021 qui se veut modeste, parce que l’exercice est toujours difficile, entre les albums qu’on n’a eu ni le temps ni l’occasion de lire, et ceux de très bonne qualité qui auraient mérité d’y figurer. Et comme à chaque fois évidemment, c’est un crève-cœur…

Mais voilà. Tout discutable qu’il soit, le principe d’une sélection reste néanmoins une bonne manière de poser des jalons sur la ligne du temps, une façon peut-être de ralentir sa fuite. Et puis surtout comme vous le savez, le but premier est d’abord de vous faire partager mes goûts et mes coups de cœur, éventuellement de vous guider à travers le dédale des parutions, toujours aussi nombreuses. Pour peu bien sûr que vous ayez quelque affinité de lectures avec celles d’Oncle Will, mais dans la mesure où vous lisez ces lignes, on peut le supposer… ^^

La brume pandémique, qui aura absorbé les esprits pour une année supplémentaire, n’aura pas empêché les éditeurs de nous soumettre nombre de belles propositions en 2021. D’autant que cette situation semble profiter au marché de l’édition, qui a enregistré une hausse des ventes de livres de 19% cette année (source : Syndicat national de l’édition). L’objet papier n’a donc pas dit son dernier mot (merci le Covid ?), et ça, c’est plutôt une bonne nouvelle. Reste que l’autre problème désormais, c’est la pénurie de papier qui guette (une des conséquences du covid, encore lui…) et fait rager les bédévores impatients…

Les Amants  d’Hérouville, de Yann Le Quellec & Romain Ronzeau (Delcourt)

Michel Magne fut l’artiste-fondateur des studios d’Hérouville, où Elton John et David Bowie, parmi d’autres stars, y ont conçu des albums. Le destin inouï d’un personnage haut en couleurs conté dans une BD tout simplement géniale !

Jours de sable, de Aimée de Jongh (Dargaud)

Le « Dust Bowl », gigantesque tempête de sable survenue aux USA dans les années 1930, fut la première catastrophe environnementale de grande ampleur provoquée par l’Homme. Aimée de Jongh nous fait revivre cette tragédie de façon saisissante.

Le Monde sans fin, de Jean-Marc Jancovici & Christophe Blain (Dargaud)
Sélection officielle Angoulême 2022

Organiser la fin d’un monde, c’est éviter la fin du monde ! Avec Le Monde sans fin, Christophe Blain, associé à Jean-Marc Jancovici, frappe très fort. Énorme coup de cœur pour une lecture indispensable et vivifiante !

1984, de Xavier Coste (Sarbacane)

A l’heure où la vidéosurveillance connaît un nouveau souffle, et dans le contexte pandémique, l’œuvre culte d’Orwell vient nous rappeler via cette splendide adaptation que le contrôle des citoyens s’accorde  toujours (très) mal avec la démocratie.

Le Jardin, Paris, de Gaëlle Geniller (Delcourt)

Ce récit nous immerge dans un cabaret parisien durant les années folles, relatant l’ascension d’un jeune danseur. Un dessin splendide, un propos avant-gardiste, une BD au charme fou et un énorme coup de cœur.

Soleil mécanique, de Lukasz Wojciechowski (Editions ça et là)

Cette BD expérimentale et étonnante a été conçue avec AutoCAD ! Au-delà de l’exercice de style, c’est l’histoire fascinante d’un architecte pulvérisé en plein vol par les nazis, alors qu’il s’apprêtait à toucher le « soleil »…

Sous les galets la plage, de Pascal Rabaté (Rue de Sèvres) -> chronique à venir
Sélection officielle Angoulême 2022

Faites bien attention si vous confiez un jour les clés de votre propriété à vos enfants ! Ces inconscients risqueraient bien en votre absence de laisser entrer le loup dans la bergerie pour vous dépouiller du sol au plafond. Rabaté vous le démontre ici de façon fort persuasive !

Le Jeune Acteur – Aventures de Vincent Lacoste au cinéma : tome 1, de Riad Sattouf (Les Livres du futur)
Sélection officielle Angoulême 2022

Vincent Lacoste, tout le monde connaît sa tronche inénarrable de « beau gosse ». Pourtant, peu savent réellement d’où il vient et qu’il est devenu acteur un peu par hasard, quoiqu’en partie grâce au flair de son mentor Riad Sattouf qui rend ici hommage à celui qu’il surnomme son « Antoine Doinel ».

Bartleby, le scribe – Une histoire de Wall Street, de Jose Luis Munuera (Dargaud)

Cette nouvelle d’Herman Melville, aujourd’hui adaptée en BD avec brio, a fait couler beaucoup d’encre depuis sa parution en 1853. Cette « histoire de Wall Street » est loin d’être une ode au capitalisme, mais bien plutôt un grain de sable jeté dans les rouages d’une machine infernale.

Saint-Elme – tome 1, de Frederik Peeters & Serge Lehman (Delcourt) -> chronique à venir
Sélection officielle Angoulême 2022

Galvanisés sans doute par la réussite de L’Homme gribouillé, Serge Lehman et Frederik Peeters réitèrent leur collaboration avec cette nouvelle série, en restant dans une intrigue similaire, à la croisée du polar et du fantastique, où semble encore planer l’ombre inquiétante de Max Corbeau. Un roman noir et psychédélique, hypnotisant, perturbant… vivement la suite !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.