Into the wild woman

Femme sauvage © 2019 Tom Tirabosco (Futuropolis)

L’effondrement a finalement eu lieu, et plus vite que prévu… Fuyant les villes ou règne la répression, une jeune rebelle va faire, dans une nature préservée du monde civilisé, une rencontre extraordinaire qui va bouleverser sa vie…

L’originalité de ce récit d’anticipation est qu’il prend comme point de départ géographique les États-Unis sous la présidence Trump (jamais nommé mais désigné de façon implicite) et nous fait basculer dans une réalité angoissante qui a vu le système s’écrouler, en proie aux catastrophes et au chaos social que le gouvernement tente de contenir par une répression féroce. Nous allons ainsi suivre l’échappée d’une jeune femme qui va tenter de rejoindre, avec sac à dos et couteau de survie, l’État du Yukon, où s’est établie une communauté rebelle. En traversant des étendues sauvages où elle devra se méfier autant des animaux que des rares humains, elle fera une rencontre extraordinaire qui transformera sa fuite en véritable quête initiatique…

Avec cette fiction bien menée qui fleure bon les grands espaces d’Amérique du Nord, Tom Tirabosco nous plonge dans un univers intemporel, tel une oasis où le temps semble s’être arrêté aux origines de l’humanité. Semblant surgir de la nuit des temps, cette « femme sauvage » aux dimensions hors-normes, sorte de chamane dont l’apparence évoque un croisement entre le yéti et Big Foot, va apporter une belle dimension fantastique à l’histoire. Silencieuse ou muette, ne s’exprimant que par gestes ou par grognements, elle ne dévoilera rien de ses origines, se contentant d’entourer notre jeune héroïne de son aura protectrice, lui permettant de s’inventer une nouvelle vie où la technologie a totalement disparu. Dans l’immense grotte qui leur sert d’habitat, ces deux femmes solitaires vont nouer une amitié solide où les mots sont devenus inutiles et seule la tendresse prévaut, ce qui donnera lieu à des scènes magnifiques, en particulier celle de l’accouchement.

Le dessin semi-réaliste au monotype de Tirabosco, tout à fait atypique, procure toujours autant de plaisir, par sa rondeur et cet aspect pictural et authentique. Le noir et blanc se suffit largement à lui-même, évacuant l’idée même d’une colorisation qui semblerait presque déplacée ici.

Derrière ce retour aux sources romancé et radical, Femme sauvage traite en filigrane, par la voix de la jeune rebelle en révolte et pourtant non dénuée de lucidité, d’un sujet de plus en plus brûlant et de moins en moins « science-fictionnesque » : l’effondrement de notre système, dont on commence à voir les premiers signes après avoir assisté à ses causes depuis quelques décennies déjà. L’auteur fait clairement référence au magnifique film de Sean Penn, Into the Wild, lui-même inspiré des écrits d’Henry David Thoreau, par ailleurs cité dans le récit. Ce très beau one-shot semble être passé quelque peu inaperçu en France à sa sortie l’an dernier et c’est tout à fait regrettable, car cet artiste à part qu’est Tom Tirabosco mériterait vraiment une plus grande visibilité chez nous, comme en Suisse (son pays) ou en Belgique où il est très apprécié.

Femme sauvage
Scénario & dessin : Tom Tirabosco
Editeur : Futuropolis
240 pages – 25 €
Parution : 8 mai 2019

Angoulême 2020 : Prix Tournesol (prix de l’album écolo)

Extrait p.3-9 :

« La fin d’un monde… Son effondrement. Tu me l’avais prédit. J’avais rigolé. Je pensais : nous sommes dans un pays libre. Tu me disais : « Regarde en face le vrai visage du capitalisme ! ». Il faut reconnaître qu’on s’est bien endormis durant toutes ces années… Normal que l’autre psychopathe se soit emparé de la Maison blanche. Lui est sa bande de tarés, ils n’ont fait qu’accélerer l’effondrement. Depuis la dernière insurrection, le gouvernement a décrété l’état d’urgence et les Rebels ont dû se réfugier au Canada.

Toi, tu participais depuis longtemps aux meetings des Rebels. Ton milieu familial t’avait mieux préparé que moi. La résistance, les manifs, tous ces trucs d’une autre époque. Le capitalisme, ça fait maintenant pas mal de temps qu’il a pris le contrôle de nos têtes. Son avidité a fini par se substituer à notre intelligence, par ronger le peu d’humanité qu’il nous restait. La connerie et la peur de l’autre nous ont pétrifié devant nos écrans. Aujourd’hui, la machine s’est grippée… Durablement. »

Femme sauvage © 2019 Tom Tirabosco (Futuropolis)

Image | Cet article, publié dans Aventure, Science-fiction, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.