Va-t-en, vilain chat-tyran !

Les Vermeilles © 2019 Camille Jourdy (Actes Sud BD)

Un conte satirique rafraichissant sur la comédie du pouvoir qui réjouira petits et grands. Avec un Ubu Matou prétentieux et cruel, qui, à force d’emprisonner tout ce qui bouge, sera remis en boîte à son tour !

Lors d’un pique-nique en forêt, la petite Jo, échappant à la surveillance de ses parents, va ouvrir une porte spatio-temporelle, ce qui la conduira au « pays des Vermeilles ». Dans ce pays imaginaire, le petit peuple bigarré de la forêt va devoir s’unir contre la tyrannie de l’odieux empereur Matou, reclus dans son château de pacotille, qui emprisonne tous ceux qui ne sont pas d’accord avec lui et collectionne les vermeilles, de magnifiques chevaux sauvages aux mille couleurs… Décidée à libérer ses amis des geôles du tyran, Jo va se voir entraînée dans une aventure extraordinaire où mille dangers l’attendent…

Un conte satirique rafraichissant sur la comédie du pouvoir qui réjouira petits et grands. Avec un Ubu Matou prétentieux et cruel, qui, à force d’emprisonner tout ce qui bouge, sera remis en boîte à son tour !

Avant tout illustratrice de livres jeunesse, Camille Jourdy avait fait une incursion remarquée dans la BD avec plusieurs récompenses en 2009 pour Rosalie Blum, un ouvrage adapté depuis au cinéma. Cette fois, elle revient avec une quatrième BD, qui à peine sortie, se voit déjà couronnée par une Pépite au Salon du livre jeunesse de Montreuil.

Camille Jourdy, c’est d’abord un univers. Un univers en phase totale avec le monde de l’enfance, un monde un peu loufoque, rafraîchissant et plein d’humour, où l’imagination est le maître mot, avec de nombreuses circonvolutions scénaristiques qui progressent tel un tourbillon mû par l’énergie de l’âge tendre. Et le minimalisme du trait enfantin appliqué aux personnages, loin d’être une gêne, laissera au contraire à chacun la liberté d’adapter à son propre imaginaire l’univers incroyablement riche de l’autrice. On est par ailleurs bluffé par les planches « grand-angle » très variées, superbement mises en couleur, que permet la curiosité insatiable de la petite Jo, qui, telle une Alice des temps modernes, « ne tient pas en place » au grand dam de ses parents et ne pense qu’à explorer le monde…

Les vermeilles en question, ce sont des créatures hybrides entre le cheval sauvage et la licorne, qui ont la particularité d’être de couleurs différentes. À cet égard, on est infiniment reconnaissant à Camille Jourdy de n’avoir pas réutilisé la désormais trop classique licorne, qui, de chimère féérique rare autrefois, s’est transformée aujourd’hui une vulgaire poupée de plastoc présente dans toutes les chambres de fillettes, grâce aux lois du merchandising mièvre et aux dents longues. Et ce sont ces chevaux colorés qui vont, sous la houlette de la jeune héroïne, renverser de son trône l’odieux et cruel empereur Matou qui exigeait que le monde soit à son image en traitant ses sujets comme de vulgaires pions. Et aussi rapidement qu’un château de cartes pourrait s’écrouler, le roi d’opérette finira nu… En lisant entre les lignes, on peut en déduire aisément que l’autrice, en plus des petits messages disséminés ça et là, notamment sur la perte de l’innocence, revendique l’imagination contre le totalitarisme sous toutes ses formes. C’est cette métaphore puissante qui achève de faire des Vermeilles un livre jeunesse au ton moderne, hautement recommandable à tous les enfants, et qui plaira sans doute à leurs parents estimant peut-être avoir grandi trop vite…

Les Vermeilles
Scénario & dessin : Camille Jourdy
Editeur : Actes Sud BD
156 pages – 21,50 €
Parution : 2 octobre 2019

Angoulême 2020 : Prix Jeunesse
♦ Pépite BD du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil 2019

Les Vermeilles © 2019 Camille Jourdy (Actes Sud BD)

Extrait p153-155 – Comptine :

« C’est l’histoire d’une colère assagie,
D’une enfant qui grandit
Le bleu du soir envahit la forêt
C’est l’heure des loups, des feux follets
L’heure de rentrer, de se retourner
Demain on pourra encore jouer
Aux billes, aux cartes, à la poupée
Aux cow-boys, aux brigands, aux bagarres pour semblant

Ainsi va la vie,
Et si un jour te prend l’envie
De faire une fugue pleine d’aventures, de rêves et de merveilles
Viens faire un tour dans la forêt des Vermeilles… »

Image | Cet article, publié dans Contes et légendes, Jeunesse, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.