Comment j’ai mangé ma mère

Penss et les plis du monde © 2019 Jérémie Moreau (Delcourt)

Quand l’homme tente de soumettre la nature à ses désirs, celle-ci finit toujours par se révolter… Une fable préhistorique et écolo avant l’heure, par l’auteur de La Saga de Grimr.

Dans des temps préhistoriques, pas facile d’être contemplatif. Le jeune Penss ne chasse pas avec les autres, c’est un solitaire qui ne fait qu’observer la nature autour de lui, n’apportant rien au clan qui va finir par l’abandonner, au grand désespoir de sa mère. Après quelques drames et péripéties, le jeune garçon, en proie à la colère, va défier la nature en se jurant de percer ses secrets pour survivre…

Immanquablement, cet album rappelle la précédente fiction de Jérémie Moreau, La Saga de Grimr, fort légitimement récompensée par un Fauve d’Or au Festival d’Angoulême 2018. L’époque et le lieu diffèrent, mais on dénote plusieurs points communs : la nature toute puissante, les grands espaces, et au milieu, un personnage solitaire suivant sa propre voie, hors des sentiers battus. Mais à l’inverse de Grimr, qui faisait corps avec les éléments, Penss, dans un contexte préhistorique où le feu vient à peine d’être découvert, cherche quant à lui à s’en dissocier, son but étant de domestiquer la nature. Avec toujours un fond philosophique et poétique, Jérémie Moreau, en remontant très loin dans le temps, nous livre une fable quasi écologique en reprenant l’éternel postulat sur l’opposition entre la nature et l’Homme. Il n’est pas incongru de penser que les problèmes de l’humanité ont commencé dès l’instant où l’Homme a cherché à modifier son environnement, en quittant le nomadisme pour la sédentarité.

Si le sujet peut paraître rebattu — on pense beaucoup au livre de Roy Lewis, Pourquoi j’ai mangé mon père, et aussi pour une autre raison qui se devine dans son titre —, l’auteur a choisi de le traiter sous un angle original. Penss est un être contemplatif, et comme son nom l’indique, il pense, pense beaucoup, observe des heures durant la nature autour de lui et y décèle, dans ses « plis » innombrables, le secret de la vie. Contraint par les rigueurs de l’hiver de commettre un acte terrible — ce qui donne lieu à la scène les plus déchirante de l’histoire —, il va partir en guerre contre ce monde qu’il juge cruel, se faisant démiurge et créant un jardin potager, afin de ne plus être « esclave » des aléas climatiques et du gibier hypothétique. De manière prévisible, tout cela finira mal, même si les situations peuvent paraître exagérées, vraisemblablement pour les besoins de cette fable sur l’arrogance, tellement humaine… Une question surgit alors : ne vaut-il alors pas mieux se laisser porter par cette nature plutôt que de vouloir la contrôler ?

Graphiquement, Jérémie Moreau développe un style très personnel oscillant entre la peinture et le manga. Les représentations à l’aquarelle des décors, des paysages, et tout particulièrement la flore, sont plaisantes à l’œil par le choix des couleurs, même si on aurait apprécié que les personnages soient un peu plus travaillés. Quant à la mise en page, elle relève presque de l’expérimental, du fameux « pliage-dépliage » cher à l’auteur, avec des cases obliques pour souligner les scènes d’action, ou l’incrustation de vignettes disséminées à l’intérieur des cases ou regroupées en motifs floraux…

Un des bémols serait à chercher du côté de la vraisemblance des dialogues, les personnages s’exprimant dans le même langage que le nôtre, avec des phrases parfaitement articulées, un élément plus plausible lorsque le parti pris est humoristique. Au final, sans atteindre le niveau de La Saga de Grimr, Penss et les plis du monde reste une lecture agréable, mais qui souffre peut-être aussi de la trop grande proximité calendaire et thématique avec son prédécesseur.

Penss et les plis du monde
Scénario & dessin : Jérémie Moreau
Editeur : Delcourt
232 pages – 34,95 €
Parution : 25 septembre 2019

Extrait p.55 – Penss vient d’émerger de sa grotte après une hibernation difficile. Le printemps a fait son retour et les arbres dévoilent leurs bourgeons. Le jeune homme exulte, s’adressant à la nature :

« Ha ha ha ha ha ha !!! Je vis. Ça ne suffit pas. Tes charmes ne prennent plus. Maintenant je sais ta cruauté. Je saurai vivre mieux. Je saurai vivre fort. Pour ça, je t’arracherai tes plus grands secrets.

Ma vision près de la fourmilière m’a hanté jour et nuit. La forêt nourricière, si elle n’existe pas, alors je la créerai ! Il ne me reste qu’à rassembler toutes les plantes donneuses de légumes et de fruits en un seul et même lieu. Mais comment bouger un arbre ?

(Après avoir grimpé dans un arbre, Penss examine un bourgeon)

Que caches-tu dans cette jeune chair ? Des plis… Je sens qu’il se passe quelque chose. Les arbres ne font pas que verdir. Ce n’est pas simple.

J’ai trop vu ta façade. Je veux tes tripes. Tu ne m’échapperas pas. »

Penss et les plis du monde © 2019 Jérémie Moreau (Delcourt)

Cet article, publié dans Aventure, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.