Les amères chimères d’une femme-enfant

Dans la forêt des lilas © 2019 Nathalie Ferlut & Tamia Baudouin (Delcourt)

L’histoire d’une fillette qui ne voulait pas grandir et se réfugiait dans un royaume imaginaire, jusqu’au jour où l’affreuse réalité étendit ses ailes noires… Une superbe et envoûtante fable poétique.

aith vit seule dans un cottage isolé dans la campagne anglaise. Sa grande sœur Verity habite à Londres avec son mari médecin et ses deux enfants. A la mort de leur père, Verity veut vendre le cottage, contre l’avis de sa sœur cadette, gravement malade, qui veut profiter jusqu’à son dernier souffle de l’immense parc qui entoure la demeure, en compagnie des chimères qui l’accompagnent depuis l’enfance.

Deuxième collaboration entre Nathalie Ferlut et Tamia Baudoin après le latinisant Artemisia, Dans la forêt des lilas lorgne cette fois vers le gothique et les brumes anglaises, et on peut affirmer que c’est une réussite, de façon bien plus évidente que le précédent opus, que l’on sentait corseté par un souci de vérité historique. Rien de tout cela ici, la place est à l’imagination et au monde de l’enfance. Doté d’une très jolie couverture avec incrustations dorées, cet album, où le merveilleux côtoie le vénéneux, envoûte son monde d’entrée de jeu. À Tamia Baudoin, on pardonnera très vite les petites maladresses du trait, tant l’aspect global nous laisse ébahi. Quand la BD se rapproche de la peinture, l’œil est comblé… Si dans Artemisia, on percevait déjà chez l’artiste une forte personnalité graphique, celle-ci explose littéralement ici, tel un feu d’artifice s’épanouissant dans un ciel étoilé. Le spectre des couleurs y est extrêmement riche, même si celles-ci sont plus souvent sombres.

Dans la forêt des lilas, c’est l’histoire de deux sœurs que tout oppose. D’un côté, Verity l’ainée, dont le seul but a toujours été de fuir l’environnement familial étouffant pour mener une vie aisée et « normale » à la ville. De l’autre, Faith, qui refuse d’être adulte et se réfugie dans le monde de l’enfance, un monde devenu inquiétant avec l’apparition d’une créature maléfique, symbolisant la maladie qui lui ronge les poumons. Faith, surnommée Comtesse par son défunt père, aime secrètement l’époux de sa grande sœur, Anton, et cet amour semble réciproque, mais Faith ne veut pas se l’avouer. Verity quant à elle semble plus préoccupée par la vente du cottage familial, ne voyant qu’en Anton le co-fondateur du foyer tant rêvé et le géniteur de ses enfants. Quand elle propose à Comtesse de venir habiter à Londres, celle-ci refuse catégoriquement, préférant s’accrocher à la maison qui l’a vue grandir et à la compagnie de Minon, le prince-chat, et de Biche, la fée. Alors que le temps presse, la rupture entre les deux sœurs semble inévitable, laissant augurer la tragédie…

C’est un très beau récit que nous narre ici Nathalie Ferlut, qui semble aussi à l’aise avec la plume que les pinceaux. Magnifiquement traitée d’un point de vue graphique, cette fable gothique parle de la perte de l’innocence et de la maladie (celle de Comtesse) avec une immense délicatesse. Parallèlement, on observe la relation tendue de ces deux sœurs très différentes qui semblent irréconciliables, jusqu’à ce dénouement, inattendu et bouleversant… C’est un vrai bonheur de se laisser porter vers cet imaginaire aussi inquiétant que foisonnant, empreint d’une grandes poésie, où les terreurs enfantines y apparaissent comme liées à la crainte du passage à l’âge adulte et des lendemains funestes…

Dans la forêt des lilas
Scénario : Nathalie Ferlut
Dessin : Tamia Baudoin
Editeur : Delcourt
72 pages – 18,95 €
Parution : 9 janvier 2019

Extrait p.6 – Faith rêve en compagnie de ses amis imaginaires Minon et Biche :

Faith — Venez ! Le ciel s’éclaircit et je ne veux pas que ce soit déjà le matin ! Allons dans la forêt, il y fait encore sombre !
Biche — Ta sœur va bientôt venir tirer les rideaux !
Faith — Maudite Verity… Je ne vous quitterai pas, vous savez. Déjà, je ne veux pas grandir, et même si ça m’arrive, eh bien, on sera encore ensemble ! Toutes les nuits !
Biche — Tu ne peux pas dire ça ! Un jour, tu voudras des enfants !
Faith — Ça jamais ! Regarde ce qui est arrivé à Maman !
Minon — Le jour se lève !
Biche — Être amoureuse comme Verity, ça doit être si bien…
Faith — Eh bien, Biche, qui es si sage, tu n’auras qu’à prendre ma place, et te chercher un mari ! Moi, je resterai avec Minon !

Dans la forêt des lilas © 2019 Nathalie Ferlut & Tamia Baudouin (Delcourt)

Cet article, publié dans Fantastique, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les amères chimères d’une femme-enfant

  1. Oooh, cette bande dessinée a l’air fort sympathique et je trouve que les dessins sont superbes et apportent beaucoup au récit ! Je serais vraiment curieuse de la lire, surtout que j’essaie de lire plus de BD, donc celle-ci part direct dans ma PAL !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.