L’amore à mort

Carmen – Benjamin Lacombe

Carmen © 2017 Benjamin Lacombe (Soleil), d’après la nouvelle de Prosper Mérimée

Après Alice au pays des merveilles et Notre Dame de Paris, Benjamin Lacombe s’attaque à un autre classique de la littérature, Carmen. La fameuse gitane andalouse avait son opéra, elle dispose désormais d’un écrin éditorial à sa mesure, à la fois sombre et flamboyant.

Carmen – Benjamin LacombeQui d’autre que la collection Métamorphose pouvait nous proposer ce magnifique objet ?… L’éditeur Soleil n’a reculé devant rien pour mettre en valeur le travail du talentueux Benjamin Lacombe, avec une magnifique couverture à dominante noire et rouge sombre où apparaît le visage de Carmen à travers une mantille brodée – réellement brodée – se muant en toile d’araignée sur ses contours. Le toucher soyeux de la couverture instaure d’emblée un rapport charnel avec le lecteur, ce qui semble aller de soi pour une histoire où il est question d’une passion amoureuse vibrante, où l’amour se confond avec la mort à travers la jalousie irrépressible de Don José. Et le résultat est tout simplement somptueux !

En plus de nous faire découvrir ou redécouvrir la célèbre nouvelle de Prosper Mérimée, ce livre nous montre à quel point l’illustrateur se l’est appropriée en lui conférant une dimension mélancolique, quasi-fantastique, rendant à l’œuvre originale les aspects sombres qui avaient été éludés dans l’opéra de Georges Bizet. La beauté envoûtante de Carmen pour laquelle les hommes tombent à ses pieds est aussi sa malédiction : Benjamin Lacombe a su très bien traduire cela en l’assimilant à une créature vénéneuse, mi-femme mi-araignée, jouant avec les vernis sélectifs noir sur noir pour sublimer l’onirisme ténébreux émanant de ses dessins. Par des tons contrastés, les illustrations à la fois capiteuses et tourmentées de Lacombe restituent parfaitement la folie traversant l’histoire, et celle d’un pays – l’Andalousie – où les sentiments semblent exacerbés par un soleil brûlant, consumant aussi bien les terres que les âmes…

Illustrateur prolixe et reconnu dans les galeries du monde entier, Benjamin Lacombe ajoute avec cet ouvrage – qui, il convient de le souligner, n’est pas une bande dessinée mais un livre illustré – une nouvelle pépite à une œuvre déjà importante pour un artiste de cet âge (35 ans), qui affectionne en particulier la littérature classique et les contes pour enfants.

Carmen
Récit : Prosper Mérimée
Illustrations : Benjamin Lacombe
Editeur : Soleil
Collection : Métamorphose
176 pages – 32,50 €
Parution : 13 décembre 2017

Extrait p.109 – ultime confrontation entre Don José et Carmen :

« Je me jetai à ses pieds, je lui pris les mains, je les arrosai de mes larmes. Je lui rappelai tous les moments de bonheur que nous avions passés ensemble. Je lui offris de rester brigand pour lui plaire. Tout, monsieur, tout ! je lui offris tout, pourvu qu’elle voulût m’aimer encore !

Elle me dit : — T’aimer encore, c’est impossible. Vivre avec toi, je ne le veux pas. — La fureur me possédait. Je tirai mon couteau. J’aurais voulu qu’elle eût peur et me demandât grâce, mais, cette femme était un démon. »

 

Publicités
Cet article, publié dans Hors BD, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s