Sur les murs de Mornemont

Ici Même

Ici Même © 1979 Jacques Tardi & Jean-Claude Forest (Casterman)

Dans une étrange contrée, dit le Pays clos ou Mornemont, Monsieur Même, un drôle de type longiligne et lunaire se balade sur des murs séparant de somptueuses propriétés… son job : ouvrir les portails en échange d’un droit de passage, car lui seul détient les clés. Héritier déchu du domaine de Mornemont, il vit seul dans une cabane étroite et minuscule en équilibre précaire et attend le résultat d’un procès interminable qui lui permettrait de récupérer le domaine… Sa vie étriquée semble coincée entre ses conversations téléphoniques avec une mère plus ou moins imaginaire et l’attente d’un hypothétique jugement… Mais la présence de Julie, beauté délurée au regard triste risquerait bien de changer la donne…

ici-memeL’histoire est aussi originale qu’absurde, bien servie par le trait talentueux de Jacques Tardi. Mais Jean-Claude Forest, le scénariste, le précise : il ne faut pas chercher un sens politique à cette fable inquiétante, qui se veut avant tout un voyage dans l’imaginaire où toutes les extravagances, même les plus malsaines, sont permises… Oui car ce dernier se méfie des interprétations au profit d’une idéologie quelconque… Qu’on se le dise ! Malgré cela, on pourra sans trop prendre de risques, y voir un constat désabusé sur le pouvoir mais aussi une ode à la liberté, un appel à faire tomber tous les murs, quels qu’ils soient…

En ce qui me concerne, j’avais été vraiment scotché lors de ma première lecture. En effet, s’il est difficile de deviner où les auteurs veulent nous emmener, on reste intrigué par une histoire qui ne cesse de monter en puissance au fil des pages. Je fus moins enthousiaste les fois suivantes pour plusieurs raisons… Bien sûr, il n’y avait plus d’effet de surprise… Et l’ouvrage recèle une grande poésie mais tend parfois à se disperser dans des méandres quelque peu fastidieux… Ne serait-ce qu’à travers les dialogues où ces parenthèses placées à tout bout de champ sont assez agaçantes, plombent la lecture et n’apportent selon moi pas grand chose à l’histoire… Parce que comme souvent chez Tardi, le texte tient une place importante voire excessive, mais si l’on veut être indulgent, on pourra dire que c’est un parti pris… Dommage que ce cher Jacques semble avoir du mal à admettre qu’on lit ses BD davantage pour ses dessins (et l’intrigue qui les accompagne) que pour ses textes… est-ce là un excès de modestie ou une frustration liée au fait de n’avoir pas été (aussi) romancier ? Cela ne remet pas en cause les qualités indéniables d’Ici Même, heureusement…

Ici Même
Scénario : Jean-Claude Forest
Dessin : Jacques Tardi
Editeur : Casterman
179 pages –  18,50 €
Parution : octobre 1979

Publicités
Cet article, publié dans Contes et légendes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.