De la griffe et du pif

Blacksad

Blacksad © 2000-2013 Diaz Canales/Guarnido (Dargaud)

Depuis la publication du premier tome il y a quinze ans, « Blacksad » s’est rapidement hissé au rang de série culte. En transposant les codes des films noirs dans un univers animalier, Juan Diaz Canales et Juanjo Guarnido ont fait mouche. Couronné des prix les plus prestigieux, leur détective félin a conquis aussi bien le public que la critique.

blacksadLe meilleur argument de cette série, c’est qu’elle rend addict tout en ne jouant pas sur le désir des lecteurs de vouloir connaître la suite, chaque tome pouvant se lire indépendamment des autres. Cela faisait un moment que j’avais envie de découvrir cette série, et bien m’en a pris. Graphiquement, je trouve qu’il y a un vrai style, un trait très affuté, avec un sens du détail impressionnant. Guarnido a paraît-il travaillé dans le dessin animé, et ça se voit. Il possède un don particulier dans la mise en page et le cadrage pour insuffler du mouvement aux images. C’est tranchant, net et sans bavures, on a presque l’impression de regarder un film d’animation. L’idée de faire un polar animalier est assez bien vue : les personnages ont des vrais « gueules », et le fait qu’ils soient anthropomorphes semblent renforcer encore leur expressivité, c’en est parfois vraiment étonnant. L’environnement et les décors aux couleurs chaudes sont toujours chiadés, la technique à l’aquarelle est admirable.

Pour le reste, c’est très polar, tant au niveau des textes que des dialogues avec quelques allusions animalières bien placées et un humour savamment dosé. Le mode de récit à la première personne par Blacksad, empreint de l’amertume que lui inspire le monde, colle bien à l’atmosphère « roman noir » de cette série. Et si le scénario déjà vu du premier tome ne m’avait guère convaincu, Juan Díaz Canales semble s’être réveillé pour les suivants avec des intrigues plus recherchées, au risque d’une certaine dispersion, en particulier dans le quatrième.

Mais au final, il ne fait pas de doute que Blacksad est une grande série, et quand la qualité rime avec succès populaire, on ne peut que s’en féliciter.

Blacksad (intégrale tomes 1 à 5)
Scénario : Juan Diaz Canales
Dessin : Juanjo Guarnido
Editeur : Dargaud
300 pages –  49 €
Parution : 14 novembre 2014

Angoulême 2004 : prix du meilleur dessin pour le tome 2.
Angoulême 2004 : prix du public du meilleur album pour le tome 2.

Angoulême 2006 : prix de la meilleure série.
Eisner Award 2013 : Best U.S. Edition of International Material (pour le tome 4 – L’Enfer, le Silence)
Eisner Award 2015 : Best U.S. Edition of International Material (pour le tome 5 – Amarillo)

Publicités
Cet article, publié dans Polar/Thriller, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.