Portrait d’un amant qui s’éloigne

Journal 1, de Fabrice Neaud © 1996-1998 (Ego comme X) © 2022 (Delcourt)

Temps de lecture ≈ 2 mn 30

Réjouissons-nous ! Les éditions Delcourt ont décidé de rééditer ce chef d’œuvre de la bande dessinée autobiographique, où Fabrice Neaud évoque, entre autres choses, son quotidien dans une ville de province, sa gaytitude et ses amours lacunaires.

Y a-t-il une issue dans un amour à sens unique ou celui-ci n’est-t-il qu’une impasse  ? Le jeune Fabrice, missionné sur un projet artistique pour une paroisse locale, tente de vivre de son art. Amoureux de Stéphane, le garçon qu’il a rencontré dans un jardin public et qui lui sert de modèle, Fabrice évoque les déchirements liés à cette relation, sa passion qui va croissant au fur et à mesure que l’être aimé s’éloigne. Une description au scalpel d’un échec amoureux annoncé.

Publié à l’origine en 1996 par l’éditeur Ego Comme X, hélas aujourd’hui disparu, l’ouvrage est réédité aujourd’hui dans son intégralité (4 volets, le dernier étant prévu pour septembre) par Delcourt. Comme Fabrice Neaud l’indique en post-face, où il détaille les raisons d’un silence éditorial de vingt ans alors que le projet devait se poursuivre, le fameux journal est ainsi remis sur les rails, en attendant la sortie du premier volet inaugurant un nouveau cycle quadrilogique, intitulé Le Dernier Sergent et annoncé pour 2023. Rappelons que Fabrice Neaud, dessinateur et scénariste, est loin d’être un inconnu puisqu’il a publié plusieurs ouvrages, notamment en collaboration avec Denis Bajram, Valérie Mangin (Trois Christs) et Christophe Bec (Labyrinthus), mais celui-ci est sans conteste le plus personnel.

C’est sous l’impulsion sagace de David Chauvel que les éditions Delcourt nous offrent une séance de rattrapage, avec cette première partie acclamée par la critique en son temps et récompensée fort légitimement à Angoulême, augmentée ici du second volet, publié lui en 1998.

Journal 1 : chronique d’une rupture annoncée

Si vous appréciez les histoires simples, je vais vous faire gagner du temps : vous pouvez passer votre chemin ! Ce journal est une œuvre exigeante qui atteint un niveau d’introspection rarement vu dans une autobiographie. Fabrice Neaud, à l’époque âgé de 24 ans, y évoque ses débuts artistiques difficiles, au début des années 90, dans sa ville de province (dont il ne citera jamais le nom) : travaux de commande peu gratifiants, engueulades récurrentes avec son associé Alain, galère de thunes… l’auteur y parle aussi d’une vie amoureuse peu satisfaisante, de ses sorties vaines dans le bar homo de la ville, de ses rencontres nocturnes furtives dans le parc voisin, des jeux de drague qui se terminent parfois mal, les « casseurs de pédés » ayant toujours su où aller pour assouvir leur pulsions haineuses et masquer leur frustration sexuelle…

L’ouvrage va très vite se centrer sur sa relation avec Stéphane, un jeune appelé du contingent rencontré dans le parc en question et à qui il demandera de poser dans le cadre de son travail. Stéphane se prêtant gracieusement au jeu, Fabrice va très vite s’enticher de ce garçon dont la flamme ne sera pas vraiment réciproque. Mais Fabrice, malgré sa passion croissante, sait rester lucide et comprend que la rupture est inévitable. Plus il se fait insistant, plus Stéphane s’éloigne, inexorablement. Ses visites s’espacent, toujours à l’improviste. Pour Fabrice, la situation devient insupportable. Dans un acte quasi suicidaire, il commettra l’irréparable en lui adressant lettre sur lettre, laissant exploser le pire de lui-même…

Journal 1, de Fabrice Neaud © 1996-1998 (Ego comme X) © 2022 (Delcourt)

Journal 2 : deux heures du mat’ j’ai des frissons

Plus court que le précédent, ce second volet est un récit de transition. L’auteur tente de se remettre de sa rupture avec Stéphane. Il nous confie ses états d’âme sur une multitude de sujets, évoque sa solitude et son désir irréfréné des hommes bien charpentés, lui, le type au « corps mort » en dehors des rares moments de baise.

Fabrice Neaud y retrace également les débuts de sa collaboration avec Loïc Néhou, admirable fondateur d’Ego comme X, qui débouchera quelques années plus tard sur la sortie du Journal ici présent. Vers la fin, les plus observateurs pourront apercevoir l’image furtive de son prochain amour, Dominique, qui sera le sujet principal du volet suivant.

En route vers l’enfer

A l’évidence, Fabrice Neaud nous offre ici une autobiographie peu commune, où il se livre à cœur ouvert, sans faux semblants, sans cette pudeur de façade trop souvent pratiquée dans ce type d’ouvrage. Ce n’est pas un journal de poseur, et l’auteur ne s’y montre pas forcément sous son meilleur jour. Il ne se fait pas de cadeaux, pas plus à lui-même qu’aux autres personnages jalonnant le récit. De plus, Neaud parvient à maintenir une tension inattendue dans une histoire dont on devine pourtant l’issue tragique, tension sans doute due à son côté écorché vif et entier, qui l’expose à des revers violents résultant d’actes qui ne le sont pas moins.

Fabrice aime les hommes, les « vrais », les « brutes », et n’est attiré ni par les « folles » ni par les machos-cuir. Il aime les types bien bâtis, virils et éventuellement poilus, au look « hétéro », et ne rentre donc pas dans les cases. D’autant qu’il n’exprime pas une solidarité particulière pour ses semblables, lesquels font parfois preuve d’un sectarisme incluant des codes qui ne sont pas caractérisés par la bienveillance, bien au contraire, ne faisant que reproduire les travers d’une société hétérosexuelle qui ne fait que les tolérer et qu’ils déplorent eux-mêmes.

En outre, Fabrice Neaud dessine le désir homosexuel avec brio, magnifiant les portraits tirés de ses clichés photographiques, saisissant parfaitement les sentiments derrière les regards et les sourires. Son trait noir et blanc, à la base réaliste mais davantage centré sur les personnages que sur les décors, rend les émotions vibrantes en recourant à une technique quasi impressionniste : visage floutés, hachurés, rayés ou littéralement effacés. Son sens accompli du découpage fait le reste, Neaud établissant un dialogue permanent, toujours plein d’a-propos, entre dessin et texte.

Cette œuvre, à mille lieues des stéréotypes sur les gays, a sans conteste permis à l’auteur de toucher un public plus large que la seule frange LGBT, qui n’est pas bêtement glorifiée ici. Les textes, empreint d’une lucidité très aiguisée et forcément peu optimistes, sont excellents, traduisant une réflexion très pointue sur l’état de nos sociétés et plus largement sur la nature humaine.

A l’issue de cette chronique, il me paraît inutile de préciser qu’il serait dommage de passer à côté – en tout cas pour ceux qui comme moi l’auraient manqué lors de sa première sortie – de cette œuvre impressionnante. En revanche, il me semble absolument indispensable d’insister sur la nécessité de la découvrir, voire la redécouvrir ! En conclusion, je ne peux que cautionner les propos de l’éditeur qui présente le livre comme « la plus grande œuvre autobiographique de la bande dessinée française ».

 

Esthétique des brutes – Journal 1 & 2 (février 1992 – décembre 1993)
Scénario & dessin : Fabrice Neaud
Editeur : Delcourt
200 pages – 22,95 € (15,99 € en version numérique)
Parution : 13 avril 2022
Edition originale parue chez Ego comme X, en deux volumes (respectivement en 1996 et 1998)

Angoulême 1997 : Alph’Art coup de cœur pour le tome 1

Extrait p.45 :

« Je fréquente le « Café » depuis avril, à peu près. Hormis certains autochtones qu’on retrouve un peu partout, sévit ici une faune un rien plus bigarrée qu’au jardin public.

On y trouve : quelques bourgeois cinquantenaires endimanchés qui se la jouent « Mort à Venise » en siphonnant du rhum-coca… Quelques imitations des incontournables Madonna ou Mylène Farmer, voire plus subtilement de Sinead O’Connor. L’ensemble pour un remake saphique incandescent des « Liaisons dangereuses »… Quelques flamboyants travestis de sous-préfecture, prêts pour une interprétation habitée de « L’Ange bleu »… De purs cuirs-moustaches bien dans le style « Tom of Finland », assorti d’une sorte de Jimmy Sommerville… Et des clones jeunes mariés qui, en manque de paternité, ont accouché au bout de neuf mois d’un caniche abricot.

Bien entendu, difficile de faire tenir sans quelques frictions tout ce beau monde dans si peu de mètres carrés (« Morue ! » « Pouffiasse ! »)… mais on se réconcilie bien vite en racontant les dernières blagues de Muriel Robin ou en répétant quelques sketches de Pierre Palmade…

Je joue le type qui n’est pas dupe de ce qu’il trouve ici, non sans une certaine condescendance, il est vrai… Mais je ne suis pas meilleur que les autres. Je donne l’air de penser que je peux me passer de venir ici, alors que j’y suis tous les soirs. Mais c’est le seul bar comme celui-ci dans toute la ville. Pas le choix. Tout ceux qui y viennent nient le faire pour y trouver celui qui les satisfera cette nuit, autant qu’ils nient fréquenter le jardin public.

Une différence : je dois être l’un des rares à assumer d’aller au parc… Le jardin : on s’en moque, on se moque de ceux qui y vont. C’est un tabou, une hypocrisie. »

Journal 1, de Fabrice Neaud © 1996-1998 (Ego comme X) © 2022 (Delcourt)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.