L’envers, c’est l’enfer

iris-deux-fois-head
Iris, deux fois © 2021 Anne-Laure & Naomi Reboul (Sarbacane)

Si vous êtes désargenté, vous avez sans doute rêvé d’être riche. Mais si vous êtes né sous une bonne étoile, ignorez-vous les revers de fortune, avez-vous des certitudes et dormez-vous sur vos deux oreilles ? Si c’est le cas, cette BD vous est fortement déconseillée…

Isis Rivière, écrivaine promise au succès avec son second roman, mène une vie confortable parmi l’intelligentsia parisienne. Mais depuis quelques temps, elle fait d’étranges cauchemars, dans lesquels  elle se voit chaque nuit dans la peau de son double, Osiris. Employée au Leclerc du coin, le quotidien de cette dernière s’est transformé en enfer, dans le pavillon de banlieue où elle (sur-)vit, entre un mari alcoolique et un fils attardé. Des cauchemars qui vont déstabiliser Isis jusqu’au point de rupture, tant leur réalité est prégnante.

Dès les premières pages, le malaise s’installe. Le quotidien glauque du double cauchemardé d’Isis, l’écrivaine qui a réussi, saisit le lecteur avec une note de dégoût. Ce double, c’est Osiris, modeste employée de supermarché, qui se réveille aux côtés de son mari éthylique, qu’elle ne supporte plus et qui vient de souiller le lit conjugal de ses excréments. Le quotidien d’Osiris va ainsi s’immiscer subrepticement dans la vie feutrée et voluptueuse d’Isis. L’enfer de l’une contaminant le paradis de l’autre. Peu à peu, Isis va perdre pied sous les coups de boutoir de sa jumelle ratée, création de ses rêves noirs qui surviennent chaque nuit depuis quelques temps.

Ce n’est pourtant qu’un rêve, mais ce rêve semble si réel, si perturbant de réalisme, qu’il va bousculer et atteindre Isis psychologiquement, provoquant chez elle une totale remise en question, alors même que son roman vient d’obtenir le prix Renaudot. Le lecteur, lui aussi, se laissera prendre au jeu de cette histoire au pitch original, où les univers de deux femmes de condition sociale très éloignée, l’une réelle, l’autre fictive, vont s’entrechoquer, avec une incursion discrète du fantastique mâtiné de considérations philosophico-scientifiques sur les dimensions parallèles.

Pour ce drame intimiste, la scénariste Anne-Laure Reboul utilise des clichés sociologiques pour mieux bâtir un récit en forme de parabole d’une France divisée. D’un côté la France périphérique des invisibles, celle des Leclerc et autres Carrefour défigurant uniformément les abords du moindre bourg provincial, cette France paupérisée et « réfractaire ». De l’autre, la France aisée, snob et égocentrique qui pète dans la soie et s’épanouit dans les cocktails mondains de la capitale. En quelque sorte, cette histoire raconte la France des Gilets jaunes bousculant les états d’âme de la France des « bobos », la France « d’en bas » saccageant les nuits de la France « d’en haut », ce qui n’arrive jamais dans la réalité.

iris-deux-fois-img
Iris, deux fois © 2021 Anne-Laure & Naomi Reboul (Sarbacane)

S’il n’est pas question de faire de Iris, deux fois un plaidoyer politique pour l’égalité des chances, la narration est plutôt captivante et plutôt bien menée malgré quelques longueurs, mais c’est peut-être surtout la conclusion qui déçoit, laissant le lecteur dans une sorte de flou un peu frustrant qui vient déséquilibrer ce bel échafaudage. On attendait peut-être quelque chose de plus marquant, de plus radical, comme aurait pu le suggérer l’introduction en particulier.

Le dessin est assuré par Naomi Reboul, la sœur. Si le trait est un peu sommaire, on appréciera le travail sur le cadrage et les postures très réalistes des personnages, ainsi que l’aquarelle qui renforce agréablement l’atmosphère intimiste du récit.

En résumé, Iris, deux fois est une mise en abyme plutôt plaisante, un récit-miroir qui nous interroge sur la possibilité d’un double de nous-mêmes, « winner » ou « loser » selon les cas, une histoire de gémellité et de connexions mystérieuses, conçue par deux frangines très ressemblantes. A défaut d’une fin tout à fait satisfaisante, l’ouvrage fascine et donne à réfléchir, accréditant l’idée que depuis toujours, c’est l’écriture qui sauve les âmes des tourments liés à la condition humaine.

Iris, deux fois
Scénario : Anne-Laure Reboul
Dessin : Naomi Reboul
Éditeur : Sarbacane
184 pages – 24 €
Parution : 3 février 2021

Extrait p.66-67 — Iris évoque ses « cauchemars » à son amie Camille :

Iris — Voilà. Et ça fait une semaine que ça dure.
Camille — Mmmmh. Tu es pas mal exposée en ce moment. Ça pourrait expliquer tes cauchemars, non ?
Iris — Camille. Ce ne sont pas des cauchemars ! Tu crois que je t’aurais fait traverser tout Paris pour te raconter mes mauvais rêves ?
Camille — J’ai bien compris que c’était récurrent, mais…
Iris — Non. Ecoute-moi. D’habitude, quand tu te réveilles, il te reste certains détails de tes rêves. Une ambiance. Et puis, tout ça s’estompe dans la journée. C’est comme… Je ne sais pas… Lire un texte dont les caractères s’effacent petit à petit, jusqu’à ce qu’il ne t’en reste qu’une vague impression. Ce n’est pas du tout ce que je vis la nuit. Je peux te restituer heure par heure les journées de cette fille, qui s’avère être moi. Par exemple, je peux t’expliquer précisément comment l’étiquetage des livres dans un centre culturel Leclerc. Je ne peux pas inventer ça !

iris-deux-fois-extr

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.