Marées toxiques, marais cyniques

Algues vertes, l’enquête interdite © 2019 Inès Léraud et Pierre Van Hove (Delcourt/La Revue dessinée)

Les algues vertes, c’est nauséabond et mortel ! Une métaphore parfaite pour décrire l’omerta politico-économique sur l’un des plus gros scandales écologiques en France, le tout raconté dans un excellent docu-BD.

Hormis ceux qui ont vécu dans une grotte ces dix dernières années, tout le monde se souvient de ces affaires d’algues vertes toxiques qui ont fait la une des JT français à plusieurs reprises. Trois hommes et une quarantaine d’animaux ont péri sur les plages bretonnes dans des circonstances encore non totalement élucidées aujourd’hui, même si tous les soupçons convergent vers un seul et même coupable : l’hydrogène sulfuré (H2S), qui émane des fameuses algues.

Avec cette BD documentaire, Inès Léraud, intriguée par l’omerta qui pesait — et pèse toujours — sur la question, nous livre une analyse édifiante en remontant aux origines du problème, lié à l’agriculture intensive mise en place dans les années 60, avec les premières marées vertes pestilentielles dès la décennie suivante. A cela est venu s’ajouter l’élevage porcin intensif, important générateur de lisier, lequel a vu ses surfaces décuplées dans les années 80, bien souvent de manière illégale. La Bretagne était devenue le pays du cochon industriel, avec d’autres conséquences calamiteuses telles que l’interdiction de boire l’eau du robinet dans de nombreuses communes. A La fin des années 90, l’Etat via l’IFREMER commençait à pointer du doigt le modèle d’agriculture, mais le monde agricole, qui ne l’entendait pas de cette oreille, se lança dans une vaste campagne de décrédibilisation contre l’institut et les écologistes. Lorsque survinrent les premiers décès sur les côtes à la fin des années 2000, on aurait pu croire qu’enfin les responsables allaient faire amende honorable et reconnaître leurs erreurs… Que nenni ! Que du déni nous aurons à la place, et ceux-ci, sentant l’étau se refermer, se montreront d’autant plus agressifs, notamment avec les écologistes, n’hésitant pas à recourir aux intimidations et allant même jusqu’aux menaces de mort.

Pour son enquête, Inés Léraud, journaliste d’investigation pour Mediapart et Le Canard enchaîné, s’est donc attelée à élaborer un fil narratif en réunissant de nombreux documents scientifiques, journalistiques, judiciaires, et en enregistrant les témoignages des protagonistes. On apprendra au fil de ses recherches que sous le poison des algues et la loi du silence, se terre un vaste réseau d’intérêts financiers et économiques qui a gangréné le monde politique. Mais que le système se révèle aussi un piège redoutable pour nombre d’éleveurs, d’autant plus lorsqu’ils rêvent d’une reconversion vers des méthodes plus naturelles… Un triste constat, assez prévisible finalement mais tout de même assez sidérant, tant il nous rappelle avec acuité que la santé des citoyens ne pèse guère face aux puissances de l’argent.

Pierre Van Hove a su parfaitement se caler sur les propos du livre avec un dessin très efficace pour illustrer sans s’imposer. Une mise en page et un cadrage pertinent contribuent à rendre fluide et dynamique cette enquête tout de même assez consistante et qui implique pour le lecteur la nécessité de ne pas « lâcher le fil » eu égard aux nombreux intervenants. Tout au long du livre, le dessinateur — d’origine angoumoisine (ça ne s’invente pas) —, fait preuve d’une ironie légère, dans l’esprit du Canard enchaîné, ce qui correspond très bien au propos du livre. Le choix des couleurs, à dominante jaune et verte, renforce l’impression de toxicité, comme si les auteurs avaient voulu nous faire respirer un peu de la puanteur de cette affaire, tant au sens propre (les algues) que figuré (le pognon).

On ne peut donc que saluer le travail salutaire (un travail « salutaire » se « salue », non ?) des auteurs. A noter que l’album est publié conjointement par Delcourt et La Revue dessinée, cette dernière ayant déjà mis en lumière les premières étapes du projet en 2017.

Algues vertes, l’histoire interdite
Enquête : Inès Léraud
Dessin : Pierre Van Hove
Couleurs : Mathilda
Editeur : La Revue dessinée/Delcourt
144 pages – 18,95 €
Parution : 12 juin 2019

Extrait p.43 – A propos de Thierry Morfoisse, transporteur d’algues vertes, mort mystérieusement à bord de son camion :

« Au cours de cette audition, les « lanceurs d’alertes » François Morvan (maire de Lanvollon) et Thierry Burlot (élu PS, conseiller régional en charge de l’eau et des déchets) ne seront pas auditionnés, et les conditions de travail de Thierry Morfoisse ne seront pas reconstituées.

Or ces conditions de travail, les voici…

A 13 heures, Thierry Morfoisse quitte La Pause gourmande à Plérin pour se rendre sur la plage de Binic. Il charge 27 tonnes d’algues vertes. Sa cabine n’est pas climatisée. Par les fenêtres ouvertes il reçoit des effluves d’H2S.

Il repart en direction de la déchetterie de Lantic. Il descend du camion pour ouvrir les portes arrière et reçoit des effluves très importants. Il n’a pas de masque. Il remonte dans son camion pour actionner, de la cabine, le levier de la remorque. Sa fenêtre est toujours ouverte.

Il recommence cette opération à 14h10 et à 14h45. En route pour un quatrième chargement, à 15h10, il meurt. »

Algues vertes, l’enquête interdite © 2019 Inès Léraud et Pierre Van Hove (Delcourt/La Revue dessinée)

Image | Cet article, publié dans Documentaire, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.