Le grisant vertige du danger

Ailefroide, Altitude 3 954 © 2018 Jean-Marc Rochette ( Casterman)

Avant Le Loup, publié tout récemment, il y avait eu Ailefroide. Retour sur une œuvre qui avait fait forte impression à sa sortie l’an dernier.

ans cette biographie, Jean-Marc Rochette évoque les instants de son enfance qui ont déclenché sa passion pour l’alpinisme. Comme pour la mer, ce n’est pas l’Homme qui prend la montagne mais la montagne qui prend l’Homme… Car celle-ci grouille de dangers, et a tué nombre de ses compagnons de cordée. Mais il en fallait plus pour dissuader le jeune Jean-Marc. L’auteur raconte comment, entre la bande dessinée et les joies de l’escalade, c’est finalement la première qui aura le dessus. Il faut parfois un tragique accident pour « redescendre sur terre »…

Tout d’abord, il y eut Soutine et son Bœuf écorché, que le petit Jean-Marc passait de longs moments à contempler lors de ses visites au Musée de Grenoble. Puis, le coup de foudre pour l’escalade au cours d’une promenade avec sa mère. Ces deux événements en rapport avec deux disciplines en apparence très éloignées scelleront le destin de Jean-Marc Rochette, dont le parcours semble avoir toujours oscillé entre son amour pour la montagne et celui pour le dessin.

Rebelle né, l’auteur grenoblois a toujours mené sa vie comme il l’entendait, malgré les remontrances de sa mère avec qui il entretenait des rapports parfois houleux, et celles de ses professeurs qui moquaient les « gribouillis » de cet élève peu docile avec l’autorité. Les multiples tentatives de découragement du système socio-éducatif n’auront fait que renforcer sa détermination à suivre ses envies, en s’échappant mentalement via le dessin, physiquement par l’escalade. On ne domestique pas les loups.

Ailefroide est la parfaite synthèse de ses deux passions, permettant d’une certaine manière à Rochette de boucler la boucle. Le senior à la barbe et aux cheveux blancs peut aujourd’hui parler de l’ado fougueux qu’il était alors, avec tendresse et sans reniement malgré les années écoulées. Dans une narration très fluide, il évoque avec une sincérité qui fait toute la force de cette autobiographie, son gravissement sysiphéen vers un sommet qu’il n’atteindra jamais, celui qui a donné son nom au titre. Comme une métaphore de sa propre vie, avec cette impression que rien ne pourra vous arrêter dans cette compétition vers les hauteurs (à moins que cela ne soit qu’une fuite…), jusqu’au jour où survient l’accident, celui qui en principe « n’arrive qu’aux autres » et remet les choses en perspective de façon radicale. Un événement grave mais qui sauvera peut-être la vie de notre casse-cou en précipitant son choix définitif vers la bande dessinée, et débouchera sur la création de son personnage fétiche, le cynique et teigneux Edmond le cochon… On l’aura compris, Rochette n’est pas du genre à s’avouer vaincu !

Ailefroide, Altitude 3 954 © 2018 Jean-Marc Rochette ( Casterman)

Graphiquement, le trait ne fait que confirmer le talent de cet auteur pour qui la montagne apparaît désormais comme un genre à part entière et a révélé une nouvelle facette de son art, après notamment l’humour punko-trash des années Actuel/L’Echo des savanes et son cultissime Transperceneige, œuvre de SF adaptée dans une superproduction hollywoodienne au cinéma. Disposant d’une palette stylistique très étendue, Rochette recourt ici à son trait le plus âpre, où les stries rocailleuses des montagnes se retrouvent jusque dans les visages burinés par le soleil, toujours très expressifs, où l’on ressent quasi-physiquement la minéralité de la pierre et le coupant de la glace, à peine adoucis par le bleu pur des cieux.

Si Jean-Marc Rochette n’a pas vaincu le sommet tant rêvé, il est en passe, avec cette aventure humaine puissante, de se hisser au panthéon du neuvième art. Ailefroide fait partie de ces œuvres à forte persistance cérébrale, incontestablement un must de l’année 2018, un pavé qu’on se prend en pleine tronche. Et fort heureusement, à l’inverse de ce qui se passe dans la BD, ce n’est ici qu’une image (seuls ceux qui l’ont lu pourront comprendre).

Ailefroide, Altitude 3 954
Scénario & dessin : Jean-Marc Rochette
Editeur : Casterman
296 pages – 28 €
Parution : 21 mars 2018

Extrait p.70 – souvenir des cours d’arts plastiques au collège… :

Le prof — Rochette. Apportez-moi votre chef d’œuvre (Jean-Marc lui apporte son dessin, qui avait l’air d’amuser ses camarades). C’est ce que vous avez retenu de mes cours ? (le jeune garçon se contente de fixer son prof en silence) Qu’est-ce que je vous ai appris sur le figuratif ? Le figuratif, c’est dépassé. Voilà ! Le figuratif, c’est dépassé ! Vous avez des facilités, et vous les gâchez en dessinant des petits bonhommes ! je vous ai parlé de Mondrian la dernière fois. Il est mort il y a trente ans, après toute une vie à peindre. Et vous vous rappelez de ce qu’il peignait ?
Jean-Marc — Des carrés.
Le prof — Il peignait l’universel, Rochette ! Il ne se posait pas la question de représenter telle ou telle chose, il voulait une forme d’art pur, détachée de la nature ! Malgré mes conseils répétés, vous persistez dans l’anecdotique. Vous n’arriverez jamais à rien.

Ailefroide, Altitude 3 954 © 2018 Jean-Marc Rochette ( Casterman)

Cet article, publié dans Autobiographie, Aventure, Documentaire, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.