L’androïde est un humain comme les autres

Le Sortilège de la femme-automate © 2019 Alexandre Kha (Tanibis)

A la foire aux Freaks, osez donc défier Olympia, la femme-automate qui n’a jamais perdu une seule partie d’échecs. Mais surtout, prenez bien garde à ce qu’elle ne s’attache pas à vous…

epuis quelques jours, la foire aux monstres s’est installée à la lisière de la ville. Parmi les curiosités, la plus fascinante est sans aucun doute Olympia, une automate joueuse d’échecs qui n’a jamais été vaincue. Animée d’une force mystérieuse, Olympia appartient à Zaccharius, un énigmatique génie horloger. Ce dernier est aussi le père de Lola, qui ressemble comme deux gouttes d’eau à l’étrange créature… Attiré par la jeune femme, Antoine, un jeune homme désœuvré et désargenté, va perdre totalement ses repères…

Il est de ces auteurs qu’on regrette de ne pas avoir découvert plus tôt. C’est mon cas en ce qui concerne Alexandre Kha, car son dernier album, adéquatement titré, m’est tombé dessus comme un sortilège, doublé d’un coup de cœur. L’auteur breton, qui n’est pas vraiment un nouveau venu dans la bande dessinée, a publié la majeure partie de sa production chez l’éditeur villeurbannais Tanibis.

Côté dessin, la jolie ligne claire minimaliste en quadrichromie contribue pour beaucoup à l’étrangeté de cet univers à la fois familier et insolite, avec des personnages un peu désincarnés qui la plupart du temps ont l’air d’errer sans but précis. La simplicité du trait, évoquant un mix de Joost Swarte et Jason, dégage un charme intemporel.

Il ne faudra pas chercher de réalisme dans le scénario, totalement fictionnel, mais soulevant des questions philosophiques autour de l’intelligence artificielle. Au lieu de livrer des réponses toutes faites, Alexandre Kha a préféré traiter la question de façon poétique. Sans négliger la réflexion, il laisse le champ large à l’imagination. Avec son androïde à la démarche lunaire prénommée Olympia, version féminisée du fameux automate joueur d’échecs du baron von Kempelen qui fascina l’Europe aux XVIIIe et XIXe siècles, et son double « humain » Lola, nous sommes transportés dans une zone intermédiaire. Dans cette banlieue industrielle oubliée et cernée de terrains vagues, les outcasts, tels ces clones d’Iggy Pop et David Bowie, tentent de survivre, tandis que les freaks viennent s’exposer pour gagner leur croûte. Si cet univers délaissé apparaît anxiogène dans sa froideur urbaine et métallique, la plage environnante en fait la terre de tous les possibles, avec toutefois des restrictions physiques. Tel un point d’embarquement statique, on n’y voit presque aucun bateau, et il faut éviter les marais boueux qui menacent d’engloutir ceux qui le traversent… L’échappée pourra être belle, mais ne se fera que par le rêve…

Olympia quant à elle, fascine tous ceux qui la croisent ou osent l’affronter aux échecs, toujours en vain. Aussi jolie qu’insaisissable, elle semble ne pas vouloir se résoudre à être la propriété de qui que ce soit et passe son temps libre à fuguer. Mais ce qui trouble le plus chez elle, ce sont peut-être ses grands yeux vides dont on croit parfois percevoir une force troublante … Après avoir rencontré Lola, au final moins humaine qu’il n’y paraît avec ses jambes en kit, le jeune Antoine va tenter de percer le secret de sa « jumelle » pour remporter la cagnotte promise à ceux qui gagneront contre elle. Victorieux, il n’échappera pas au sortilège d’Olympia, cette machine prétendument dépourvue de cœur et d’âme… Le dénouement amène dans nos boîtes crâniennes quelques questionnements à propos du transhumanisme : là où technologie et prothèses s’insinuent de plus en plus dans nos corps, tandis que certains s’efforcent de rendre les robots plus humains, par l’aspect et le comportement… Le moment où nous deviendrons des machines pensantes, et où nos créations pourront se passer de nous et nous remplaceront en tant qu’espèce dominante, est peut-être plus proche qu’on ne l’imagine…

Cette très belle histoire, qui finit sur une décharge, n’est pas à jeter aux ordures, bien au contraire. A vrai dire, on n’a jamais vu la décharge aussi belle. Sous l’œil d’Alexandre Kha, elle est devenue « le Pays de Cocagne », le pays où naissent les rêves des androïdes de Philip K. Dick ! Encore un album qui se détache et vient s’ajouter aux meilleurs crus de 2019.

Le Sortilège de la femme-automate
Scénario & dessin : Alexandre Kha
Editeur : Tanibis
88 pages – 17 €
Parution : 17 mai 2019

Extrait p.6 – Antoine se dirige en compagnie de son ami Arthur vers la foire aux freaks :

« Antoine — Toi et ton goût pour la monstruosité… Ce zoo humain est infâme.
Arthur — Non c’est comme une expo d’art. La nature, elle aussi, est parfois imaginative.
Antoine — Tu veux dire que les freaks sont des œuvres d’art ?
Arthur — Question de mise en situation. Dans la vie, un type de deux mètres vingt sera très grand. Ici, à la foire, il sera un géant ! D’extraordinaire, il deviendra… freak et mythique. C’est pourquoi les freaks sont si fiers. »

Le Sortilège de la femme-automate © 2019 Alexandre Kha (Tanibis)

Cet article, publié dans Fantastique, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’androïde est un humain comme les autres

  1. Ping : #PartageTaVeille | 16/06/2019 – Les miscellanées d'Usva

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.