Des cyborgs dans la rue Morgue

Les Métamorphoses 1858 – tome 1 : Tyria Jacobaeae © 2019 Alexie Durand & Sylvain Ferret (Delcourt)

Imaginez… Dans un Paris Second Empire à la sauce comics, Vidocq rencontrerait Jules Verne en pourchassant un Jack l’éventreur français… Pas banal, certes, mais ce tome introductif déçoit malgré ses qualités indéniables…

aris, 1858. En l’espace d’une semaine, trois jeunes femmes des quartiers populaires disparaissent mystérieusement. Lorsque le jeune frère d’une disparue contacte le détective Stanislas Andrzej, celui-ci y voit une aubaine financière et accepte d’enquêter, contre l’avis de son ami chirurgien Joseph. De plus, les choses prendront une tournure effrayante quand le corps d’une des victimes sera repêché dans la Seine, entièrement vidé de ses organes…

S’il y a au moins quelque chose de réussi dans cet ouvrage, c’est la couverture, aussi belle qu’inquiétante, qui attire l’œil et donne envie de découvrir le contenu. Dans des tons rouges et verts étincelants est représentée en plan buste une jeune femme dans une tenue Second Empire, la tête et le corps en partie rongés, laissant apparaître les os et les organes…

En ce qui concerne les deux auteurs, il s’agit d’une première bande dessinée. Amatrice de science-fiction et de romans policiers, Alexie Durand a toujours écrit pour le plaisir. Sylvain Ferret, lui, tient son inspiration aussi bien dans la BD franco-belge que dans les comics ou le manga.

Tout cela pourrait assez bien résumer ce premier volet des Métamorphoses 1858, nouvelle série policière horrifique proposée par Delcourt. Pour ce qui est de l’atmosphère, on est projeté dans un univers à la croisée de Jules Verne et Gaston Leroux. Sylvain Ferret possède une patte, et son dessin, extrêmement léché, foisonne de détails. On peut admirer un Paris d’époque représenté de façon très réaliste. Le jeune dessinateur sait user de perspectives variées, conférant un certain dynamisme au récit. De même, la mise en couleurs, également signée de ce dernier, est très réussie, comme la couverture pouvait le laisser supposer. Si la performance technique est incontestable, ce niveau de perfectionnisme dégage en contrepartie une certaine froideur académique, excluant toute digression poétique.

Le scénario maintenant. Force est de constater que cette enquête policière met un certain temps à démarrer. Le lecteur, à défaut d’être franchement captivé par ces étranges disparations de jeunes femmes d’un quartier populaire, peut toutefois être charmé par l’atmosphère Second Empire du récit. Alexie Durand s’efforce de ménager ses macabres effets, prend le temps de développer le contexte de l’enquête et la psychologie des personnages. Du moins dans la première partie. Ainsi, on s’interroge, lorsqu’au deux tiers de l’histoire, apparaît de façon grand-guignolesque cette espèce de cyborg cauchemardesque qui tente d’assassiner Stanislas. D’accord, on s’en doute bien, il y a une machination derrière tout cela, et quelqu’un veut à coup sûr dissuader notre héros-détective de poursuivre son enquête. Mais ce changement de registre brutal, du « pas assez » au « trop », peine à convaincre, peut-être aussi à cause de cette sensation de déjà-vu.

Ces Métamorphoses 1858 ressemblent un peu à une recette alléchante sur la photo, à laquelle on aurait oublié d’adjoindre le sel et les épices… C’est donc un petit arrière-goût de déception qui subsiste après lecture de ce premier épisode. Néanmoins, on est en droit d’espérer que la suite parvienne à nous surprendre davantage.

Les Métamorphoses 1858 – tome 1 : Tyria Jacobaeae
Scénario : Alexie Durand
Dessin : Sylvain Ferret
Éditeur : Delcourt
64 pages – 15,50 €
Parution : 9 janvier 2019

Extrait p.25 – Lors de l’autopsie à la morgue d’un cadavre repêché dans la Seine, échange entre le le docteur Michon, Stanislas et Joseph :

Dr Michon — La Seine est peu profonde en ce moment et avec la chaleur, les corps remontent vite à la surface. Le buste présente une incision qui s’étend du dessus de la fourchette sternale jusqu’au bas du processus xiphoïde. Le cœur et les poumons étaient absents et… tu vois ces cicatrices de chaque côté des flancs ? Eh bien en poursuivant mes recherches, j’ai eu la surprise de ne pas trouver les reins.
Stanislas — Quoi !??
Dr Michon — Oh, il y a mieux…
Joseph — Il manque aussi les yeux.
Stanislas — Un cadavre de femme que l’on a ouvert puis vidé et dont on s’est débarrassé dans la Seine ? J’ai entendu dire que certains médecins libres n’hésitaient pas à voler les corps qu’ils transportent à la nuit tombante, parfois dans leur propre appartement, pour effectuer des cours d’anatomie lors de dissections privées.
Dr Michon — Euh, oui… Il est vrai, Monsieur Andrzej, que cette femme était déjà morte quand elle a été mise à l’eau, mais pour le reste… comment dire… Dissection n’est pas le mot exact. Opération serait plus juste. Ses organes, ou tout du moins les reins… Le rein droit a certainement été prélevé de son vivant, on a effectué une laparotomie dans les règles de l’art, les chairs de l’incision sur le côté droit de l’abdomen présente un processus de cicatrisation… Je sais que c’est complètement fou mais il semblerait que la mort soit due au fait qu’on lui ait ôté… le cœur.

Les Métamorphoses 1858 – tome 1 : Tyria Jacobaeae © 2019 Alexie Durand & Sylvain Ferret (Delcourt)

Publicités
Cet article, publié dans Fantastique, Nouveautés, Polar/Thriller, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.