Juste une petite brise

En attendant que le vent tourne © 2011 Blaise et Robin Guinin (Casterman)

Dans le petit village de Dravert, les vacances d’été ont commencé. Pierrot et ses deux copains Xavier et Florentin envisagent de construire une cabane dans un arbre. Alors que Xavier doit s’absenter, les deux autres vont décider de ne pas l’attendre. Pris d’un accès de rage lorsqu’il découvre que la cabane a été érigée sans lui, Xavier la détruit en cachette, provoquant le dépit de ses deux amis et laissant croire que les deux jumeaux Brossard du village voisin et la jeune Lucie sont à l’origine de méfait. Un tel affront, c’est sûr, ne saurait rester impuni…

Si cette petite fable un peu cruelle recèle assurément plein de charmes, je ne peux pas dire qu’elle m’ait laissé une impression indélébile. Le dessin et la mise en couleur sont plutôt agréables à regarder, les personnages sont dans le style « Titeuf » en moins rond. L’histoire quant à elle n’a rien de particulièrement original, sorte de Guerre des boutons revisitée : deux villages, deux groupes d’enfants (moins nombreux, certes) s’affrontant parfois assez durement, il n’y a certes pas de sang, mais on n’est pas non plus chez les Bisounours.

Cette histoire en apparence enfantine parle de sujets très adultes, notamment cette face destructrice qui se révèle parfois en chacun de nous, convaincus que nous sommes d’être du « bon » côté. Y sont exposés certains préceptes humanistes dont devraient s’inspirer bien des adultes, notamment sur la vengeance (« quoi qu’ait fait une personne, il est difficile de juger si elle mérite la mort ou pas ») et le mensonge… On aura également droit à une amourette entre Xavier et Lucie, le gamin hésitant à déclarer sa flamme à la fillette, un peu honteux de l’avoir battu quelque temps auparavant.

Mais ce qui m’a en fait chagriné est cette impression d’improvisation, comme si les auteurs avaient par moment hésité sur la direction à prendre et, pour paraphraser le titre, attendaient en quelque sorte le sens du vent pour construire leur histoire. Du coup, on saisit mal l’essence du contenu, quelque peu brouillé par trop de messages. D’ailleurs, comme pour entériner cette impression, la fin en queue de poisson laisse un petit goût d’inachevé… Mignon et pas con, mais sans plus pour moi.(Juillet 2014)

En attendant que le vent tourne
Scénario & dessin : Blaise Guinin
Couleurs : Robin Guinin
Editeur : Casterman
132 pages – 15 €
Parution : 12 janvier 2011

En attendant que le vent tourne © 2011 Blaise et Robin Guinin (Casterman)

Publicités
Cet article, publié dans Société/Chroniques sociales, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s