Morte alitée

LPM-2015-T4.indd

La Petite Mort(e) © 2016 Davy Mourier (Delcourt)

La Petite Mort, faucheur un brin machiste, a donné la « non-vie » à une fille. Catastrophé, il a décidé de l’éduquer à la dure en l’envoyant à la Death School Academy, aux côtés de divinités de la mythologie mortuaire, et Patrick, de Sartrouville, dont le dossier a été accepté par erreur, et qui s’évanouit à la vue du sang…

la-petite-morteDifficile de résumer quelque chose qui n’est pas résumable… En fait, cet ouvrage est de l’ordre de l’indescriptible. Avec La Petite Mort, Davy Mourier avait réussi à produire quelque chose d’original sur le plan graphique, avec un humour noir très particulier qui faisait mouche pour peu que l’on rentre dans son univers de geek corrosif.

Était-ce une bonne idée de prolonger la trilogie avec cette Petite Morte, progéniture féminine de la Petite Mort ? Pas sûr, et pas sûr non plus que la fifille en soit la digne héritière. Bien sûr cet album n’est pas une suite, si ce n’est qu’il reprend certains personnages. On y retrouve le même format, sans les strips et avec plus de narration, avec toujours des inserts de fausses pubs, mais entretemps il s’est passé quelque chose d’étrange, d’inexplicable, qui semble avoir complètement dénaturé l’esprit de la trilogie. Serait-ce dû à un manque de préparation ou d’inspiration ? Un peu des deux sans doute…

Non seulement l’histoire est décousue, mais elle intègre des éléments « sérieux » voire tragiques, du moins dont il est difficile d’en rire – en l’occurrence la violence conjugale -, mais les gags sont devenus ici comme mécaniques, aucunement drôles, avec des calembours dignes d’une cour de récré. Du coup, il y a des chances pour que le lecteur reste perplexe et se demande si cette excroissance bizarre de La Petite Mort a vraiment été conçue pour faire rire. A moins qu’il ne s’agisse tout simplement d’un suicide éditorial, ce qui à la limite paraîtrait compréhensible vu le thème abordé… La série-mère était caractérisée par un humour déjà très décalé qui pouvait passer pour hermétique aux yeux de certains, mais La Petite Mort(e), elle, opère un nouveau décalage qui rend l’objet… sans objet. Une mortelle déception.

La Petite Mort(e)
Scénario & dessin : Davy Mourier
Editeur : Delcourt
96 pages – 15,50 €
Parution : 19 octobre 2016

Enregistrer

Publicités
Cet article, publié dans Humour, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s