La liberté est un nom féminin

culottees-jbaker

Culottées, volume 1 © Pénélope Bagieu (Gallimard Bande dessinée)

A travers les siècles, de nombreuses femmes ont eu leur heure de gloire mais sont plus ou moins tombées dans l’oubli. Dans un monde majoritairement patriarcal, elles durent jouer des coudes pour imposer leur volonté et leur désir de liberté. Pénélope Bagieu, pour qui l’injustice méritait d’être réparée, leur rend hommage avec ces quinze portraits.

culotteesPénélope Bagieu est une féministe de son époque. Dans les années 60, le MLF pratiquait un féminisme de défiance, souvent anti-mecs, à un niveau proche de la caricature, mais l’époque ne faisait pas écho à des types d’actions plus consensuelles tant la société était alors figée dans un patriarcat étouffant et asservissant. Aujourd’hui les temps ont changé, une femme peut être féministe et épanouie, même si des murs de condescendance (et des plafonds de verre) subsistent. C’est le cas de Pénélope Bagieu, qui mène sa barque comme elle l’entend, en douceur et avec un humour qui se reflète dans sa production. Elle est la digne héritière de ces femmes dont elle dresse un portrait à la fois didactique et ludique dans cette première partie.

Ces quinze femmes « de tête », qui ont existé à toutes les époques et sur tous les continents, ont droit chacune à un chapitre plus ou moins long, conçu de manière synthétique, telle une fiche Wikipédia mise en images. On apprend notamment que Joséphine Baker (la plus connue sans doute) n’était pas que la danseuse espiègle de cabaret telle qu’on la décrit souvent, mais aussi espionne pour la résistance. Le trait minimaliste de Pénélope Bagieu est assorti d’un humour léger et discret, comme si cette dernière avait voulu se mettre en retrait par rapport à ces personnalités qu’elle cherche ici à réhabiliter. Chaque chapitre se clôt par ailleurs avec une élégante illustration en double page, qui, bien plus que la bande dessinée, permet d’admirer le talent graphique de l’auteure.

Issues du blog du Monde, ces biographies restent inégales et certaines sont trop courtes pour vraiment marquer les esprits, mais l’initiative est respectable et ravira toutes celles et ceux sensibilisés à la cause de la « moitié de l’humanité », et qui pensent qu’un tout petit chromosome de différence ne rend pas un être plus valeureux. Quoi qu’il en soit, Culottées est une très bonne idée de cadeau à déposer sous le sapin.

Culottées, volume 1 – Des femmes qui ne font que ce qu’elles veulent
Scénario & dessin : Pénélope Bagieu
Editeur : Gallimard Bande dessinée
144 pages – 19 ,50 €
Parution : 22 septembre 2016

√ La sortie du volume 2 est prévue en janvier 2017.
√ A lire l’interview sur age-bd.com

Enregistrer

Publicités
Cet article, publié dans Biographie, Société/Chroniques sociales, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour La liberté est un nom féminin

  1. Très bonne interview, je l’avais déjà lue, mais merci de redonner le lien ! 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s