Le manhua en forme olympique

chroniquespekin

Chroniques de Pékin : Poisson © 2008 Nie Jun (Ed. Xiao Pan)

Il y huit ans déjà, dix auteurs de Pékin ont conçu chacun un court récit sur leur cité. A l’image de la mégapole asiatique, un ouvrage bigarré, donnant un bon aperçu de la diversité du 9ème art chinois.

chroniques-de-pekinTout doucement, le manhua fait son nid sur les hautes branches de l’international. A l’honneur l’an dernier au festival d’Angoulême, la BD chinoise pourrait bien finir par concurrencer le manga japonais. On s’en rend compte de façon flagrante avec cet ouvrage, les bédéastes chinois ont un style beaucoup plus riche et diversifié que leurs homologues nippons. Peut-être est-ce dû au fait que ce mode d’expression n’a pas encore atteint la notoriété suffisante là-bas. D’ailleurs, l’Empire du milieu ne dispose pas encore d’ « usines à BD », ce qui ne peut être qu’appréciable pour nous autres, bédéphiles européens…

Toutefois il faut avouer, sans vouloir être trop sévère, que ce qui est présenté ici est assez inégal. Mais certains sortent vraiment du lot, en particulier Nie Jun, avec une petite histoire pleine de poésie (« Poisson ») et un dessin tout en rondeur assez proche du roman graphique à l’européenne, ou encore Song Yang avec sa « Ligne 104 », qui frappe par son style moderne et recherché, sorte de patchwork graphique flamboyant mêlant arts pictural et numérique.

De cet ouvrage collectif, la qualité narrative n’est pas ce qui ressort le mieux, car il est évidemment difficile de se faire un véritable jugement avec des histoires aussi courtes. Et là encore, on passe de la fluidité à l’abscons.

Les Jeux olympiques de 2008 en préparation constituent la toile de fond commune à tous ces récits. A défaut de contestation, ou alors une contestation très discrète (que l’on peut aisément comprendre), on pourra trouver comme un vent de fraîcheur dans ce recueil très varié. Le manhua a seulement profité de l’euphorie des JO pour tenter d’accroître sa notoriété hors de ses frontières, et c’est bien légitime. Il n’était pas question d’étouffer l’oisillon dans l’œuf en publiant un brûlot politique dans un pays totalitaire où la liberté n’est que celle d’entreprendre.

Chroniques de Pékin – 10 auteurs de Pékin racontent leur ville en BD
Avec la participation d’Olivier Vatine et Benjamin
Scénario & dessin : collectif
Editeur : Xiao Pan
184 pages – A partir de 9,99 €
Parution : juin 2008

Publicités
Cet article, publié dans Société/Chroniques sociales, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s