Une œuvre innovatrice en son temps

la-quete

La Quête de l’oiseau du temps © 1983-1987 Serge Le Tendre & Régis Loisel (Dargaud)

Dans le pays imaginaire d’Akbar, le Dieu félon Ramor, emprisonné dans une conque suite à un combat perdu contre ses pairs il y a fort longtemps, attend son heure… Si rien n’est fait, la destruction et la haine reprendront le dessus. Seule la princesse-sorcière Mara, détentrice du livre des incantations, pourrait se mettre en travers de Ramor, mais pour cela, il lui faudrait d’abord capturer l’Oiseau du temps… Elle va pour cela faire appel à Bragon, son ancien amant chevalier et amateur d’aventures, en utilisant sa fille Pélisse pour tenter de le convaincre… Mais la tâche ne s’avère pas de tout repos et très vite ils découvriront que leur quête sera jalonnée de nombreux dangers…

la-quete-de-l-oiseau-du-tempsLoin d’être le chef d’œuvre escompté selon moi, cette quête m’est apparue davantage comme un tourbillon de délires parfois mal contrôlés. Les personnages manquent d’épaisseur et semblent jouer leur rôle mécaniquement sans vraiment se sentir concernés, se côtoient sans vraiment communiquer, dans une quête qui ne leur permettra pas de trouver tout à fait leur place : il y a d’abord Pélisse, la jeune jouvencelle aux formes rondes, et Bragon son supposé père, mélange d’Astérix et d’Obélix en plus colérique et plus brutal, que viendront rejoindre au fil de l’histoire Bullrog, un tas de muscles masqué mauve et poilu des pieds à la tête, l’Inconnu, son double antihéros maladroit et chétif, masqué tout comme lui et Bodias, le prince sorcier de la Marche des Mille verts . Ces personnages ne m’ont pas convaincu (sauf Bullrog qui reste très intriguant) et je ne suis jamais vraiment rentré dans l’histoire, en raison d’un scénario brouillon et parfois confus à mon goût.

Je reste réservé à propos du trait nerveux et exubérant de Loisel à cette période, pas toujours très joli, avec une mise en couleur assez commune (parfois franchement laide) en comparaison des productions plus récentes de l’auteur, notamment la reprise de la série Avant la quête, beaucoup plus soignée et plus mature. C’est sûr, je comprends qu’une telle épopée puisse emmener le lecteur, et elle reste honnête avec de bons moments, mais elle n’est pas pour moi LE chef d’œuvre de Loisel, loin s’en faut, juste l’œuvre d’un débutant prometteur.

En somme, j’ai trouvé cette quête pour le moins laborieuse et trop touffue… En fait, j’avais voulu découvrir cette série, ayant bien apprécié le Peter Pan du même auteur. Je ne cache donc pas ma déception malgré certains bons passages, notamment dans le tome 2 (« le Temple de l’Oubli ») et le dénouement dans « L’œuf des ténèbres », mais l’ensemble ne m’a pas totalement convaincu. Quant au mythe révélé, on sait juste que c’est l’œuf qui est apparu en premier et non pas l’oiseau (non, là je plaisante juste). Bien sûr, je me doute qu’à l’époque de sa publication, cette œuvre était très innovatrice dans le sens où elle introduisait un genre totalement nouveau dans la bande dessinée : l’heroic fantasy. Et elle fut d’ailleurs très bien accueillie, tant par le public que par la critique. Mais pour moi qui l’ai découvert tardivement, il n’est pas certain qu’elle ait si bien résisté à l’épreuve du temps. (Juin 2011)

La Quête de l’oiseau du temps (Intégrale 4 tomes)
Scénario : Serge Le Tendre
Dessin : Régis Loisel
Editeur : Dargaud
55,96 €
Parution : de 1983 à 1987

Publicités
Cet article, publié dans Aventure, Fantastique, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Une œuvre innovatrice en son temps

  1. NO dit :

    Bon, je ne laisse que très rarement des commentaires, mais là, quand même ! T’es duraille avec cette BD culte. Les tomes 2 (le Temple de l’oubli) et 3 surtout (le Rige) sont excellents. En son temps, ça m’a vraiment fait tripper. La suite, en revanche (L’ami Javin) est nettement plus discutable. C’est comme Star Wars : la première trilogie est culte. Tu ne peux trop rien dire parce qu’en son temps, c’était un truc de ouf. Après, c’est sur, ce n’est pas un chef d’oeuvre, c’est grossier (bons contre méchants), mais pour toute une génération (dont je suis) ça a été une révélation. La suite de Star Wars est elle complètement ratée, surtout le dernier opus, carrément nul à ch.. !

    J'aime

    • Salut No ! J’avoue avoir eu la dent dure pour une série considérée généralement comme culte par le public et la critique. Du coup, la déception a sans doute été inversement proportionnelle aux attentes. J’aurais pourtant adoré adorer cette quête, que je n’ai lue que très tardivement ! J’étais conscient que ma critique risquerait de susciter des réactions, mais il se trouve que je n’ai pas été complètement emballé… contrairement à « Magasin Général » et « Peter Pan »…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s