La quête puissante d’un loser

blast

Blast © 2009-2014 Manu Larcenet (Dargaud)

C’est l’histoire d’un mec, mais c’est même pas une histoire drôle. Ce mec, c’est Polza Mancini, il a 38 ans, routard et… ex-écrivain. Et Mancini, il pèse lourd. Des tonnes. Il est en garde à vue. On ne sait pas ce qu’il a fait, mais il est pas tout à fait net… Un jour, il a décidé de quitter la ville pour aller vivre comme un ermite, dans les bois, loin de l’infecte civilisation. Mais visiblement, tout ne s’est pas passé tout à fait comme il l’aurait voulu…

blastManu Larcenet, on ne le présente plus. On sait qu’il est capable d’appréhender plusieurs genres très différents, qui vont des simples délires potaches à gros nez où le dessin se pare de couleurs vives à des récits introspectifs plus sombres recourant à un trait noir et épais proche de l’abstraction. Deux facettes à l’extrême opposé qui en font une personnalité aussi ambivalente qu’intéressante, une sorte de clown triste de la bédé. Dans Blast, on est évidemment plus dans la seconde approche. Le trait est parfois épuré à l’extrême, grossier ou abstrait, parfois glauque, mais cette « laideur » plus ou moins voulue colle à l’âpreté du sujet et sait se faire oublier, contrebalancée par la poésie qui imprègne le récit, avec un lavis noir et blanc donnant une touche très artistique à l’ensemble. Toujours cette fameuse ambivalence…

J’ai été vraiment captivé par cette drôle d’histoire avec ce personnage hors du commun, Polza Mancini, énorme baudruche quasi difforme, en apparence primaire et innocent mais beaucoup plus complexe qu’il ne veut le laisser paraître, plongeant les deux inspecteurs de police qui l’interrogent dans des abîmes de perplexité. C’est ainsi que Polza, soupçonné d’être à l’origine d’un acte monstrueux dont on ne sait quasiment rien, va dérouler le fil de son histoire, forçant par là même le lecteur à approcher au plus près son âme noircie par une enveloppe meurtrie.

Au départ rebuté par ce héros au corps monstrueux, vaguement inquiétant, dont on ne sait s’il est lucide ou fou (quoique lucidité et folie ne sont jamais si éloignées), on finit par s’y attacher. Comme lui, on finit par ressentir les souffrances qu’il a traversé, lui, cet être intrinsèquement pacifique qui ne demande rien à personne, élevé par un père à la fois protecteur et austère. On finit par comprendre sa rage face à la bêtise et la cruauté du monde, une rage intériorisée mais qu’on devine prête à se déchainer à un moment ou à un autre… Et puis il y a le fameux « blast » visiblement à l’origine de sa garde à vue, sorte d’orgasme psychique intervenant sous l’emprise de l’alcool ou d’une émotion forte, modifiant son état de conscience, un « instant en suspension » où le corps et l’esprit se dissolvent dans un absolu originel et sans limites, où surviennent ces visions obsédantes des moïas, ces fameuses statues de l’île de Pâques…

Il faut vraiment avoir le cœur bien accroché pour suivre cette odyssée âpre et mystique, où le sordide est à la hauteur du mystère. Cherchant à échapper au monde prétendument rationnel et civilisé qui le croit fou et requiert son internement, Mancini ne sera pas pour autant tranquille à l’extérieur. La communion avec la nature a un prix : l’errance, le froid et la cruauté humaine pour les parias comme lui….

Ce récit en quatre tomes est à la fois lent et immersif. Les pages se contemplent plus qu’elles ne se lisent, mais le texte, d’une qualité littéraire évidente, n’en est pas moins soigné. Il ne fait aucun doute que « Blast » restera une des œuvres marquantes de cet auteur. et une référence du 9ème art

Blast
Scénario et dessin : Manu Larcenet
Editeur : Dargaud
env. 200 pages par tome –  22,50 € pour le tome 1, 22,90 € pour les 3 suivants
Parutions :
tome 1 – Grasse Carcasse : 06 Novembre 2009
tome 2 – L’Apocalypse selon Saint Jacky : 8 Avril 2011
tome 3 – La tête la première : 5 octobre 2012
tome 4 – Pourvu que les Bouddhistes se trompent : 7 mars 2014

Prix Canal BD 2010 pour le tome 1 (Grasse carcasse)
Grand prix RTL 2011 pour le tome 2 ( L’Apocalypse selon Saint Jacky)

Publicités
Cet article a été publié dans Polar/Thriller, Société/Chroniques sociales. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s