Un bail pour les Abeilles

Dans les années cinquante à Quimper, comme partout ailleurs en France, la crise du logement résultant de la Seconde guerre mondiale sévit. Des ouvriers mal logés vont alors prendre leur destin en main, en décidant, malgré les difficultés, de construire des maisons pour chaque famille de leur communauté. C’est ce que raconte ce roman graphique, en montrant les vertus et pouvoirs de la solidarité.

100 maisonsCet événement, qui a paraît-il marqué l’histoire de la Bretagne, a donné l’idée aux quimpéroises Marion Boé et Delphine Le Lay d’en faire une bande dessinée. Cette dernière s’est tournée vers Alexis Horellou pour le dessin, ce qui fait de 100 Maisons leur troisième collaboration, après Plogoff notamment, autre récit à caractère social et militant sur le projet de centrale nucléaire dans la petite ville bretonne à la fin des années 70.

Associé à une mise en page sobre et évocatrice, le trait humble de Horellou se prête parfaitement à cette aventure humaine qui m’a rappelé par bien des côtés un ouvrage publié l’an dernier chez Casterman et retraçant l’histoire des LIP, autres « héros ordinaires » qui se battaient pour la survie de leur entreprise à la fin des Trente glorieuses. Dans les deux cas, il s’agit d’une fiction construite autour d’un fait historique, avec quelques personnages en gros plan. Ici, on partage le quotidien pénible de deux familles mal logées mais nourri d’un espoir exaltant : vivre dans une maison digne de ce nom grâce à un projet associatif. La folle épopée de ces « cent familles » aura duré près de quatre ans, chaque homme valide consacrant son jour de repos dominical à la construction de la bien nommée « Cité des abeilles ».

100 Maisons est une histoire touchante, mais surtout un hommage sincère et militant à des citoyens qui, lassés de vivre dans des taudis, avaient décidé de se prendre en main. Considéré comme peu crédible au départ, leur projet ne cessa de gagner en popularité en Bretagne si bien qu’ils finirent par recevoir le soutien des pouvoirs publics. L’initiative émergea à une époque encore durement éprouvée par la guerre mais renfermant les germes d’un avenir meilleur. Il est à souhaiter que cette bande dessinée, en rappelant qu’un projet a priori utopique ait pu finalement voir le jour, fasse des émules, alors que le problème du mal logement apparaît plus prégnant que jamais dans notre cynique début de XXIème siècle.

100 Maisons – La Cité des abeilles
Scénario : Delphine Le Lay & Marion Boé
Dessin (noir et blanc) : Alexis Horellou
Editeur : Delcourt
Collection : Encrages
144 pages –  14,95 €
Parution : 4 février 2015

Publicités
Cet article, publié dans Société/Chroniques sociales, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Un bail pour les Abeilles

  1. Ping : Avant d’aller au talus… | La Case de l'Oncle Will

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s